Aller au contenu

Campus écoresponsable

À l'automne 2018, l'Université de Sherbrooke déployait son Plan de développement durable 2018-2022 composé de 7 stratégies visant à intégrer encore plus le développement durable dans ses pratiques de gestion et ses opérations courantes.

Toute la communauté universitaire ainsi que les partenaires de l'Université de Sherbrooke sont invités à s'engager dans l'action!

Plusieurs gestes concrets ont été posés au cours des dernières années afin d'enrichir la qualité de l'environnement dans lequel évoluent les étudiantes et étudiants ainsi que le personnel de l'Université.

À l'automne 2018, l'Université s'est dotée d'une Stratégie d'aménagement des espaces verts élaborée grâce à un processus de collaboration des intervenantes et intervenants du milieu afin de permettre la création d’une vision concertée à l’égard du développement des espaces verts de ses campus.

Dans sa Stratégie de campus équitable et nourricier, l’Université s’est donné pour objectif :

  • d’améliorer les partenariats avec les producteurs issus de l’agriculture biologique et des chaînes courtes d’alimentation;
  • de sensibiliser la communauté universitaire aux enjeux de l’agriculture biologique et locale.

Conformément à ses orientations de développement durable, la Coopérative étudiante, que ce soit dans ses boutiques ou ses aires de restauration sur le Campus principal et le Campus de la santé, offre des produits variés dont plusieurs sont équitables et respectent les critères de la certification. 

Ainsi, la totalité du café vendu dans les cafétérias et cafés sur les trois campus est certifié équitable. Aussi, au moins trois variétés de thé et/ou une variété de chocolat certifié Fairtrade sont offertes aux endroits où du thé et/ou du chocolat est offert.

Conformément aux exigences de la désignation, un comité Campus équitable a été créé afin de veiller à la promotion et au développement du commerce équitable sur les campus de l'Université. Présidé par le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, il regroupe une personne représentant la Coopérative étudiante, des représentants de la FEUS, du REMDUS et du groupe Campus durable ainsi que des représentants du personnel des trois campus impliqués dans le développement durable. Ce comité a élaboré un plan d‘action qui a été adopté en mai 2016.

Soucieuse de minimiser l'impact négatif de ses activités sur l'environnement, que ce soit par des réductions de consommation d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre, une meilleure gestion de l'eau ou en s'approvisionnant de manière davantage responsable, l'Université intègre de plus en plus les principes du développement durable dans ses projets de construction et de rénovation.

Cette intégration est particulièrement manifeste dans certains projets de constructions plus récents pour lesquels l'Université s'est dotée de standards de construction qui les prennent en compte.

Dans un souci environnemental, l’Université de Sherbrooke s'est associée à la Coopérative étudiante de l’Université de Sherbrooke, au Café Caus, au Regroupement des étudiants de maîtrise, diplôme et doctorat (REMDUS) et à la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) pour retirer les bouteilles d’eau de format individuel des présentoirs et distributrices et inviter la communauté universitaire à boire l’eau du robinet.

Cette mesure est effective depuis 2011, dans tous les édifices de l’UdeS sur le Campus principal, sur le Campus de la santé et au Campus de Longueuil. Grâce à cette mesure, 40 000 bouteilles de plastique sont retirées du circuit, 40 000 bouteilles d’eau qui, chaque année, ne sont ni produites, ni remplies, ni transportées.

Très soucieuse de son impact environnemental, l’Université a mis en œuvre un plan de gestion de ses matières résiduelles dès 2002.

Elle s'engage depuis à améliorer la gestion des matières résiduelles selon les principes des 3RV, qui sont dans l'ordre : la réduction à la source, le réemploi, le recyclage et la valorisation.

Au sein des résidences étudiantes du Campus principal, des affiches présentent les bonnes pratique de tri sur les campus.

Plusieurs mesures ont été prises en ce sens, notamment :

À l'automne 2018, l'Université s'est dotée d'une Stratégie de gestion des matières résiduelles qui guide ses actions et décisions jusqu'en 2022.

Consultez le bilan complet de la gestion des matières résiduelles de l'Université de Sherbrooke.

Au cours des dernières années, plusieurs projets d’envergure favorisant la rétention des eaux pluviales, la réduction du ruissellement de surface et leur impact sur l’environnement ont été menés.

L’aménagement du Cœur campus permet l’utilisation, la valorisation et l’assainissement des eaux provenant des stationnements et des toits.

L’alimentation en eau des bassins et du ruisseau provient directement du réseau pluvial de l’Université de Sherbrooke. L’eau est interceptée dans un collecteur et est traitée afin d’enlever environ 75 % des matières en suspension qui y sont présentes, ainsi que les huiles et graisses pouvant provenir des stationnements et des voies de circulation. L'eau épurée est acheminée dans l’étang de décantation situé au bas du parc. L’eau est ensuite dirigée vers celui situé en haut du parc près du pavillon Georges-Cabana pour poursuivre son chemin le long du ruisseau.

Les plantes aquatiques présentes sur le parcours de 300 mètres, les trois étangs d’une superficie de 500 m² et plusieurs cascades permettent de finir le traitement des eaux pluviales.

Le jardin collectif du Campus principal, situé entre les pavillons E4 et E5, couvre une surface d'environ 150 m2. Il est le fruit de la collaboration entre l'Université, la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS), le Regroupement des étudiantes et étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat (REMDUS) et le Fonds conjoint pour les initiatives de développement durable,

Depuis 2009, le jardin collectif est ouvert à toute la communauté universitaire, étudiants et employés désireux d'y travailler. La planification de la saison, l'achat des semences, le travail du sol et les récoltes se font en groupe, ce qui favorise les échanges entre les membres.

Pour obtenir de l'information supplémentaire ou pour joindre l'équipe du jardin collectif, vous pouvez lui faire parvenir un courriel ou lui envoyer un message sur la page Facebook.

Depuis l’adoption de sa Politique de développement durable en 2005, l’Université de Sherbrooke s’est engagée résolument sur la voie de la mobilité durable, notamment par la mise en place des mesures suivantes :

La Stratégie de mobilité durable 2018-2022 permet d’intensifier les efforts de l’Université de Sherbrooke dans ce domaine, de mobiliser la communauté et d’intégrer, dans une même approche, les différentes actions mises de l’avant en matière de mobilité.

Depuis plusieurs années, l'Université de Sherbrooke offre à la communauté universitaire la possibilité de s’approvisionner en légumes et en fruits frais directement sur leur lieu d’études ou de travail. 

En cohérence avec son plan stratégique 2018-2022, et pour la mise en œuvre de la Stratégie de campus équitable et nourricier, l'Université s'est engagée à faire la promotion des chaînes courtes d'alimentation, du commerce équitable et de l'agriculture biologique. Cette initiative permet de faire rayonner davantage l'agriculture locale et de proximité tout en diversifiant son alimentation avec des produits frais. 

Informez-vous directement auprès des producteurs pour connaitre les modalités d'abonnement.

Un parc en l'honneur du cinquantième anniversaire de la Faculté de génie a été aménagé à l'été 2011. Cet espace, que les étudiantes et étudiants de la Faculté de génie ont tôt fait d’adopter, prend la place de 22 cases de stationnements, transformant ainsi un îlot de chaleur en îlot de fraîcheur.

Fait intéressant : la Faculté de génie plantait depuis bien longtemps des arbres en l’honneur de ses anciens doyens. Ces arbres ont été intégrés au paysage du nouveau parc. Cet espace vert a été financé par le fonds dédié de la Faculté de génie et par le Fonds de soutien aux projets de développement durable (FSPDD) de l’Université.

Adjacent au campus principal et situé en plein cœur de la Ville de Sherbrooke, le Parc du Mont-Bellevue est un parc naturel de quelque 200 hectares, le plus grand îlot forestier en zone urbaine à Sherbrooke.

L’Université de Sherbrooke est propriétaire d'environ 75 % de la superficie du parc, soit la partie sud constituée du sommet John-S.-Bourque, tandis que la Ville de Sherbrooke est propriétaire de 25 %, notamment le sommet du Mont-Bellevue avec sa croix lumineuse et la station de ski municipale.

Sur le plan écologique, le parc se distingue par la diversité des communautés végétales (cédrière, érablière à sucre, forêts mixtes, prucheraie) et ses milieux humides et hydriques. Outre les quelque 300 espèces végétales et près de 70 espèces d’oiseaux recensées, plusieurs espèces floristiques et fauniques à statut particulier s'y retrouvent.

Depuis 2011, le Parc écoforestier de Johnville jouit d'une protection à perpétuité qui permet d'assurer la pérennité de ses milieux naturels.

Conjointement propriétaires de 184 hectares du parc depuis décembre 2010, Nature Cantons-de-l'Est (NCE), l'Université Bishop's et l'Université de Sherbrooke se sont entendu pour que les terrains appartenant aux universités sherbrookoises et ceux acquis par Nature Cantons-de-l'Est (NCE) soient l'objet d'une servitude réelle et perpétuelle de conservation.

Le Campus principal s'embellit d'année en année grâce à des initiatives étudiantes de plantations d’arbres. Ces plantations successives permettent de transformer des espaces gazonnés en espaces boisés, contribuant ainsi à atténuer la pollution de l'air et les gaz à effet de serre, à tempérer les rigueurs du climat en créant de la fraîcheur l'été et à maintenir la biodiversité sur le campus.

De plus, l'utilisation d'espèces adaptées à nos climats et dont les exigences en matière de sol, d'eau et de soleil correspondent à l'endroit où ils sont plantés favorise leur implantation, diminue les besoins ultérieurs en entretien et accélère la revégétalisation naturelle.

En 2014, 45 pommiers ont été plantés entre les pavillons E3 et E4 des résidences étudiantes du complexe E du Campus principal de l'Université. Les pommiers proviennent d’une pépinière écologique spécialisée dans la préservation d’espèces patrimoniales du Québec adaptées au climat nordique. Le choix des plants a tenu compte des questions de rusticité, de résistance aux maladies et de facilité d'entretien.

Depuis 2019, le Réseau d'espaces verts éducatif et nourricier (REVE nourricier) y implante une forêt nourricière, en cultivant des espèces rustiques comestibles de toutes sortes. Il s'agit d'un espace où toutes les strates végétales s'imbriquent afin de générer une grande diversité de nourriture sur un espace restreint, tout en fixant un maximum de carbone dans le sol. Un endroit conçu pour que tous les membres de l'écosystème puissent se régaler, du colibri à l'homme.

Le projet Ruche Campus est né en 2014 d’une initiative étudiante visant à implanter des ruches sur le Campus principal de l'Université Sherbrooke. 

Piloté par une quinzaine d'étudiantes et d'étudiants de différentes facultés, Ruche Campus a comme objectif de promouvoir l'apiculture en milieu urbain auprès de la communauté universitaire, dans le but de faire connaître et de développer le savoir-faire pratique.

Pour en voir un peu plus...

Vous souhaitez voir comment ça se passe quand toute une université se transforme en laboratoire de développement durable?

Consultez la page DD en vidéos qui regroupe plusieurs vidéos qui abordent le développement durable tel qu'il se concrétise en recherche, en enseignement et dans les opérations quoditienne de l'Univesrité de Sherbrooke.