Antiplagiat

Plagiat

Définition du plagiat

Le plagiat est une forme de triche.

Le plagiat académique se produit lorsque quelqu’un :

  1. utilise les mots, les idées ou le travail de quelqu’un d’autre ou réutilise ses propres mots, idées ou son travail,
  2. alors que ces mots, ces idées ou ce travail peuvent être attribués à une personne ou une source identifiable ou que ces mots, ces idées ou ce travail ont déjà servi,
  3. sans reconnaître la source de ces mots, ces idées ou ce travail,
  4. dans une situation où existe une attente légitime quant à la paternité (authorship) ou à l’originalité (aspect inédit) des mots, des idées ou du travail,
  5. en vue d’obtenir un avantage, du mérite, un gain, des crédits, un diplôme…

Source : Teresa Fishman, directrice, Center for Academic Integrity et fellow du Rutland Institute for Ethics, University of Clemson, États-Unis, Lessons from the law: bringing the right kind of legalism to plagiarism policy, 4th International Conference on Plagiarism: Towards an Authentic Future,  New Castle, UK, juin 2010. Traduit librement et enrichi.


Déclaration d'intégrité relative au plagiat

La  Déclaration d’intégrité  de l’Université de Sherbrooke (à signer pour chaque travail ou à signer pour une période donnée) permet à l’étudiante, l’étudiant qui remet un travail d’attester qu’elle est l’auteure ou qu’il est l’auteur du travail en question ou de sa contribution au travail en question et que tout contenu emprunté a été attribué et cité selon les pratiques méthodologiques attendues.  Elle se présente en deux formats :

Il est également possible d’exiger la signature de la Déclaration lors de la remise d’un devoir dans Moodle en procédant de la façon suivante :  

  • Paramètres > Réglages de la remise des travaux > Demander aux étudiants d'accepter la déclaration de remise pour tous les devoirs.

Le recours à l’une ou l’autre des versions ainsi que les modalités sont à la discrétion des facultés.

Document informatif

Document informatif

Selon l'expérience positive d'autres universités, que le personnel enseignant ait dès le premier cours une discussion avec les étudiantes et étudiants au sujet du plagiat et de l'intégrité intellectuelle est une excellente pratique. 

Le document informatif (adopté par le conseil universitaire le 6 juin 2012) est un très bon point de départ pour cette discussion, d’autant plus qu’il est recommandé, depuis l’automne 2012, de l’intégrer systématiquement, selon les pratiques en vigueur dans chaque faculté,dans tous les plans de cours (ou leurs équivalents).

Quiz antiplagiat

Quiz antiplagiat

Le quiz de l'Université de Sherbrooke comprend 13 questions, inspirées des quiz d’autres universités et reprenant les formes de plagiat mentionnées dans le Document informatif. Il faut entre 5 et 10 minutes pour le faire.

  1. Questions seulement PDF
  2. Questions et réponses PDF

This quiz is available in English :

  1. Questions only PDF
  2. Questions & answers PDF

En cas de doute

En cas de doute

Vous soupçonnez une étudiante ou un étudiant ou encore une équipe d’étudiantes et d’étudiants de plagiat? Consultez la personne responsable des dossiers disciplinaires de votre faculté.

Logiciels de détection

L’Université de Sherbrooke ne dispose pas d’un logiciel de détection de similitudes dans le texte. Plusieurs spécialistes du plagiat considèrent que le recours à Google ou, dans le cas d’écrits scientifiques, à Google Scholar, permet de faire un premier repérage de plagiat.

Par exemple, Jonathan Bailey, dans son article du 9 février 2010 publié sur le site PlagiarismToday, donne cinq raisons justifiant l’utilisation de Google comme détecteur de plagiat : 

  1. L’analyse par un humain est meilleure que l’analyse par un logiciel de détection.
  2. Google est rapide, accessible et gratuit.
  3. Google est précis et à jour.
  4. Google est la plus grande base de données existante.
  5. Google est facile à utiliser.

Bon prince, l’auteur reconnaît que Google a des limites :

  1. Google ne fait que donner des résultats, sans les organiser.
  2. Google n’a pas accès à certaines bases de données spécialisées.
  3. Google ne fait pas d’analyse du contenu copié.

En conclusion, Google est efficace pour une première vérification en cas de doute. Pour lire l’article au complet : 5 reasons Google is My Primary Plagiarism Checker

Il existe des logiciels de détection de plagiat gratuits, mais ils ont plusieurs limites, comme le rapportent Pauline Chambonnet dans J’ai testé pour vous : 3 détecteurs de plagiat en ligne et gratuits et Clémence Jost dans Plagiat : 3 outils gratuits pour repérer les copiés-collés.

Le groupe sur le plagiat numérique, rattaché au Sous-comité sur la pédagogie et les TIC de la Conférence des recteurs et des principaux du Québec (CREPUQ) a produit en 2011 le rapport Les logiciels de détection de similitudes : une solution au plagiat électronique? (PDF).


Sources

Jost, Clémence, Plagiat : 3 outils gratuits pour repérer les copiés-collésArchimag.com, 1er janvier 2017.

Chambonnet, Pauline, J’ai testé pour vous : 3 détecteurs de plagiat en ligne et gratuits, Le blog du Content Marketing, 15 juin 2016.

Morin, Sonia, «Google : un détecteur de plagiat souvent suffisant»,  L’Éveilleur, 11 mars 2010.