Minute de silence en souvenir du
professeur Ferdinand Bonn
demandée par le professeur Bruno-Marie
Béchard, recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la collation des grades
de la Faculté des lettres et sciences humaines

Le 9 septembre 2006

Mesdames, Messieurs,

Au moment de commencer la cérémonie facultaire, je vous invite à ce que nous observions une minute de silence pour le professeur Ferdinand Bonn dont le décès accidentel ébranle notre communauté universitaire et représente une grande perte pour la communauté scientifique internationale.

Éminent chercheur, collègue respecté et ami, il restera à jamais présent dans nos mémoires.

Au nom de toute l'Université de Sherbrooke et en mon nom, je tiens à transmettre à sa famille, à ses proches et amis, ainsi qu'à tous ses collègues et étudiants, nos plus vives condoléances. Connaissant Ferdinand, je suis certain qu'il nous inviterait tous, malgré l'adversité, à accepter son départ dans la sérénité, le regard porté droit vers l'avenir.