Aller au contenu

Rubrique no 5 - Un nouveau programme, deux approches!

Maxime est professionnel de recherche et chargé de cours. Karl est coordonnateur à l’entrepreneuriat et au programme scientifique de l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke. Ils ont rapidement été mis à contribution dans le déploiement du baccalauréat en sciences de l’information quantique. La Faculté des sciences a pris le pari qu’un programme mettant de l’avant trois disciplines phares telles l’informatique, la physique et les mathématiques, allait amener les personnes étudiantes finissantes de ce baccalauréat sur le marché du travail dans l’écosystème de la science quantique prêts, compétents et professionnels. C’est donc par des cours de projet intégrateurs, des cours de développement personnel et professionnel ainsi que des cours introduisant et préparant les personnes étudiantes à l’écosystème de la science quantique que la Faculté des sciences entend gagner son pari.

2 enseignants, 2 rôles et 2 approches complémentaires

Maxime et Karl ont rapidement mis leur expertise respective à contribution dans la préparation d’un cours d’introduction aux sciences de l’information quantique ainsi que de l’écosystème de l’entrepreneuriat quantique et d’un autre cours de réalisation de projets intégrateurs, pierre d’assise des 4 cours du même genre qui suivent dans la formation. Leur approche d’enseignement pour ces cours est différente.  Grâce à des tâches bien définies, ils arrivent d’une part à faire développer un sens critique et une connaissance du monde de la science quantique avec l’approche expérientielle que Karl met en place dès les premières séances de cours. D’autre part, Maxime prépare les personnes étudiantes au monde de la science quantique en leur faisant développer leurs compétences scientifiques comme leur compétence en collaboration et en communication au moyen d’une approche pédagogique par projet.

L’approche expérientielle

L’approche expérientielle, dans la classe, permet aux personnes étudiantes de prendre l’espace de discussion et de réflexion sur des questions scientifiques. Dans le cours d’introduction au monde de l’informatique quantique, Karl fait progresser les personnes étudiantes dans leur approche aux problèmes, dans leur sens critique aux enjeux de l’écosystème ainsi que dans leur façon de réfléchir aux solutions qu’ils proposent.  Dans le cours de projet intégrateur, les personnes étudiantes prennent encore un peu plus de place et s’entraident entre pairs dans leurs approches de résolution, dans leur réflexion. Elles apprennent à communiquer scientifiquement entre elles. Karl continu de les guider, de les accompagner et de leur enseigner, pour les faire évoluer dans leurs compétences disciplinaires comme transversales.

La pédagogie par projet

Les cours de projet intégrateur ont pour but de faire le pont entre les trois disciplines phares du programme (informatique, mathématique, physique) et l’informatique quantique. La méthode pédagogique qui a été retenue pour y arriver est la pédagogie par projet. Maxime, avec son expertise en programmation quantique, ainsi qu’avec la collaboration des personnes enseignantes des trois disciplines contributives, a développé une série de projets de programmation quantique qui permettent aux personnes étudiantes de développer les compétences scientifiques requises à tout bon programmeur quantique ainsi que des compétences transversales qui feront de ces personnes d’excellentes collaboratrices, leader et communicatrices dans le milieu de l’entrepreneuriat en informatique quantique.

Les défis, les réussites et les personnes étudiantes

La nouveauté en pédagogie vient souvent avec une série d’enjeux à adresser et à corriger dans les premières années du déploiement de nouveaux cours. C’est encore plus vrai lorsque le déploiement touche un nouveau programme.

L’automne dernier, Maxime et Karl en étaient à leur deuxième itération de leur cours. Ils ont rapidement pris conscience qu’évaluer les personnes étudiantes et leur contribution dans les projets est le défi principal autant en approche expérientielle qu’en approche par projet. Ils ont, entre autres, eu à composer avec des niveaux variables de participation et d’engagement des personnes étudiantes aux travaux d’équipe. L’évaluation de chaque personne, dans ces conditions, est très laborieuse. Pour palier de phénomène, ils changent régulièrement les équipes entre chaque projet et ils s’assurent de rencontrer les équipes à plusieurs moments différents dans la réalisation de leur projet pour recueillir le plus d’information possible et utile à l’évaluation de chaque personne.

Un autre phénomène qu’ils ont observé dans la première itération des projets est le manque de structure de réalisation de ceux-ci. Les personnes étudiantes, bien qu’elles aient réussi à mener à bien et à terme chacun des projets proposés, se retrouvaient, en début de projet, bien démunies devant la tâche à accomplir. Pour remédier à cet enjeu, Maxime et Karl ont établi une structure de réalisation des projets qui leur permet aux étudiants de voir un ou quelques chemins clairs de réalisation. Cela leur a d’ailleurs à Maxime et Karl de proposer des projets plus difficiles à réaliser. Sans trop de surprise, les personnes étudiantes ont réussi à mener à bien et à terme chacun des nouveaux projets.

Le bénéfice principal pour les personnes étudiantes que Karl et Maxime ont noté dans leurs cours est la progression importante qu’elles ont eue avec leur approche. Elles commencent tous un peu inquiète et gênées de se prononcer et de prendre l’espace qui leur est donné dans les cours. Petit à petit, elles prennent la parole, participent et contribuent aux apprentissages collectifs du groupe. De plus, en ayant déjà développé d’excellentes connaissances scientifiques dans leurs cours disciplinaires ainsi qu’en programmation quantique jumelée à une amorce de développement de compétences transversales de collaboration et de communication les personnes étudiantes sont prêtes à passer à l’étape suivante dans leurs apprentissages et à progresser dans leur expertise scientifique ainsi que dans leur développement de nouvelles compétences en travail d’équipe.