« Pour que ces femmes soient entendues », vulgariser les conséquences de la prostitution

Quand un appel de projets de recherche sur les conséquences de la prostitution chez les filles et les femmes est lancé, Nadine Lanctôt refuse d’abord de s’y impliquer, troublée par l’ampleur de la question et des enjeux qu’elle soulève. Et pourtant… Pourtant, Nadine est la chercheuse dont ces filles et ces femmes ont besoin. Elle ne le sait juste pas encore.

Février 2015 : la professeure en psychoéducation voit apparaître une première invitation, dans sa boîte courriel. Le sujet l’effraie.

Je me disais que c’était trop gros, que je n’avais pas le temps… Peut-être parce que j’avais d’autres projets en cours, probablement parce que ça me faisait peur, m’embarquer dans un projet comme ça.

Nadine supprime le message. Une fois. Deux fois… Chaque semaine, ses collègues l’interpellent : « Elles soulignaient à quel point le projet était collé sur mon expertise. » Et elles le répètent, jusqu’à pousser la professeure Lanctôt à soumettre un projet. Ce projet, toute l’équipe de la Chaire de recherche du Canada sur le placement et la réadaptation des filles en difficulté y travaillera pendant 5 ans, de concert avec sa titulaire.

Tout ce travail porte fruit. La chaire publie un rapport de recherche de quelque 200 pages. Régulièrement, Nadine et son équipe sont invitées à présenter les résultats auprès du gouvernement ou d’organismes travaillant avec des personnes ayant vécu l’exploitation sexuelle.

Le « malaise » de passer à un autre projet

Puis arrive le moment où, en théorie, un projet terminé cède sa place à un autre.

Quand on revient en septembre, après les vacances d’été, la période des demandes de subventions commence. Cette fois, j’avais un haut-le-cœur en pensant lancer de nouveaux projets.

La professeure Nadine Lanctôt
La professeure Nadine Lanctôt

Photo : UdeS - Michel Caron

La chercheuse comprend vite que quelque chose cloche : « Habituellement, j’aime cette période-là. C’est stimulant, réfléchir aux occasions qui se présentent… Mais mon malaise perdurait. » Malgré les nombreuses conférences données sur les résultats de cette étude, elle sent que son équipe n’est pas encore allée au bout de tout le matériel récolté. Il reste encore du travail pour rendre justice à la confiance et à la générosité des participantes. Ce travail, c’est de porter leurs voix au-delà du monde scientifique. La professeure constate d’ailleurs que le timing est parfait.

Initiatives gouvernementales et politiques, commission spéciale, émissions d’affaires publiques ou fictions sur l’exploitation sexuelle… Il y a un élan social, une ouverture à la discussion, autour du sujet.

Aucun doute pour Nadine Lanctôt : la voix scientifique gagne à s’inviter dans les échanges. Un point de vue scientifique participera à mieux orienter les pratiques, à mieux soutenir les filles et les femmes exploitées sexuellement. Et elle espère y parvenir, entre autres, par la vulgarisation scientifique. Mais cette avenue est pavée de défis, comme la chercheuse ne tarde pas à le découvrir…

Pour faire connaître ses résultats, Nadine scénarise 10 capsules vidéo de moins de 2 minutes, chacune touchant un thème de la recherche.

Pendant l’hiver 2020, ces capsules sont diffusées chaque semaine après l’épisode hebdomadaire de Fugueuse 2, où le personnage de Fanny tente de dompter les fantômes de son passé et de l’exploitation sexuelle qu’elle a vécue.

« Du courage et du temps »

De son propre aveu, Nadine est « très bien » dans sa tête, naviguant entre réflexions et analyses… « Faire du transfert de connaissances, c’est sortir de ma tête. C’est inhabituel pour moi. Ça demande du courage. »

De ma tête, je passe à celle des autres, pour comprendre leurs besoins. Dans ce cas-ci, je parle à des gens tellement différents : des parents d’adolescentes exploitées sexuellement qui s’inquiètent ou les intervenantes qui les accompagnent, les gouvernements… Ça me force à passer du très pointu au plus général, sans que mon contenu devienne simplet. Je n’ai pas été formée pour ça.

« Si quelques filles s’en sortent mieux parce que les capsules ont atteint une personne significative pour elles, j’ai réussi», souligne la professeure Nadine Lanctôt.
« Si quelques filles s’en sortent mieux parce que les capsules ont atteint une personne significative pour elles, j’ai réussi», souligne la professeure Nadine Lanctôt.

Elle avoue de nombreuses versions, des essais-erreurs, des modifications, des validations… Échec ou succès? « Si quelques filles s’en sortent mieux parce que les capsules ont atteint une personne significative pour elles, j’ai réussi. » Dans l’espoir de toucher une poignée de vies, Nadine a donc bravé ses propres limites… de compétences et de temps.

Avant de se lancer dans l’aventure de la vulgarisation, la chercheuse teste ses résultats auprès de différents auditoires, au cours d’une quarantaine de présentations.

Certains résultats bouleversaient les gens, d’autres étaient contestés… toujours les mêmes. J’ai pris du recul et de l’assurance par rapport à mes résultats. J’ai vu les messages qui passaient et ceux qui passaient moins.

À ses yeux, ce recul est essentiel. « Ça arrive qu’on dise mal les choses puis, finalement, qu’on cause plus de tort que de bien. C’était mon rôle, mon devoir, envers les participantes de la recherche de tout faire pour éviter les répercussions négatives. »

Difficile, à l’écoute de Nadine Lanctôt, d’ignorer l’émotion qui l’enflamme quand elle parle des femmes qui ont contribué à sa recherche… Mais est-ce que ça se peut, une chercheuse sensible?

« Le plus beau projet de recherche que j’aurai mené… »

Oui, ça se peut. C’est le constat de Nadine, après ce projet, qui occupe une place de choix parmi ses souvenirs de chercheuse.

« L’image qu’on se fait d’une scientifique, c’est celle d’une personne froide, détachée, qui analyse des données, dans son laboratoire », explique la professeure, un sourire en coin.

Après ce projet-là, j’assume très bien d’être une scientifique sensible, parce que ça peut aller ensemble. En même temps, je pense que c’est un beau modèle, pour la relève en recherche, de se dire qu’on peut être crédibles, comme scientifiques, en étant sensibles. Ça ne veut pas dire que je suis biaisée, que je ne suis pas objective. Ça veut dire que je suis humaine.

Grâce à un projet de recherche qu’elle ne voulait pas mener à l’origine, grâce aux femmes dont elle a croisé les trajectoires, Nadine Lanctôt a fait la paix avec une facette de sa personnalité. Elle a aussi réalisé l’importance du transfert des connaissances… et tous les défis qu’il recèle.

L’exploitation sexuelle à la croisée des regards
Dans le cadre de ce projet de recherche, des filles ayant connu l’exploitation sexuelle ont rencontré régulièrement l’équipe de la Chaire de recherche du Canada sur le placement et la réadaptation des filles en difficulté.

Des femmes ayant vécu des expériences de prostitution se sont confiées lors d’entrevues durant entre 3 et 4 h. Des intervenantes ont dressé un portrait de leur réalité, pigeant dans leur temps précieux avec l’espoir d’améliorer le sort des filles et des femmes qu’elles côtoient.

L’équipe de recherche s’est intéressée aux études et aux pratiques venues d’à peu près partout dans le monde. « On arrive à croiser les regards et à dresser un portrait nuancé et objectif, grâce à la voix des différentes répondantes. »