Serres de haute technologie sur le Campus principal

Début de la construction du Complexe de recherche intégrative en sciences végétales et environnementales (CORSEVE)

De gauche à droite : Pr Peter Moffett; M. Francis Lauzé, surintendant de chantier; Pre Carole Beaulieu, doyenne de la Faculté des sciences; M. Gabriel Fluet, directeur de projet; Pr Marco-Festa-Bianchet, directeur du Département de biologie; Pr Jean-Pierre Perreault, Vice-recteur à la recherche et aux études supérieures; M. Hugues Grand'Maison, directeur administratif de la Faculté des sciences, Pr Sébastien Roy. 
De gauche à droite : Pr Peter Moffett; M. Francis Lauzé, surintendant de chantier; Pre Carole Beaulieu, doyenne de la Faculté des sciences; M. Gabriel Fluet, directeur de projet; Pr Marco-Festa-Bianchet, directeur du Département de biologie; Pr Jean-Pierre Perreault, Vice-recteur à la recherche et aux études supérieures; M. Hugues Grand'Maison, directeur administratif de la Faculté des sciences, Pr Sébastien Roy. 
Photo : UdeS

Après plusieurs années de planification, la construction du Complexe de recherche intégrative en sciences végétales et environnementales (CORSEVE) débute ses travaux de construction. Ce qui sera éventuellement le pavillon D10 de l’Université de Sherbrooke hébergera notamment des serres séparées en six compartiments de pointe, totalisant 400 mètres carrés. La compagnie de construction Béland-Lapointe effectuera les travaux de construction.

Le nouveau complexe de recherche permettra l’étude approfondie des plantes et des microorganismes interagissant avec elles. De plus, les serres offriront aux chercheuses et chercheurs la possibilité de modifier les conditions environnementales auxquelles les végétaux seront exposés, comme la température, la luminosité et l’humidité. Il sera même possible d’étudier différents pathogènes, puisque les équipements permettront de les confiner et de les observer en toute sécurité. Certains compartiments pourront également être enrichis en CO2, facilitant les études qui portent sur l’effet des changements climatiques sur les végétaux d’intérêt agricole et forestier.

La construction des serres et l’équipement qui va y être installé vont permettre d’augmenter notre capacité de recherche de façon très significative. Les plateformes de phénotypage installées ici et à l’Université McGill grâce à ce projet seront uniques au Canada. Cette infrastructure nous donnera la possibilité d’élargir nos programmes de recherche et former davantage de collaborations avec des chercheurs et chercheuses des milieux académiques et issus de l’industrie.

Peter Moffett, professeur au Département de biologie et directeur scientifique du Centre SÈVE

Les efforts de plusieurs personnes portent fruit aujourd’hui. De l’idée initiale à la capitalisation jusqu’à la conception, elles et ils ont travaillé d’arrache-pied pour que le CORSEVE voie le jour et je les remercie. Aujourd’hui, cette vision d’une infrastructure de recherche en sciences du végétal débute concrètement. En tant que doyenne, je conçois très bien la contribution de cette infrastructure à la recherche qui se fait à la Faculté des sciences. En tant que chercheuse… J’ai hâte de pouvoir l’utiliser!

Pre Carole Beaulieu, doyenne de la Faculté des sciences

Une dizaine de membres du corps professoral et plus de 50 étudiants et étudiantes de tous les cycles œuvreront au CORSEVE pour étudier les mécanismes moléculaires fondamentaux, les interactions symbiotiques, les cycles des nutriments ainsi que la résilience aux changements de différents systèmes végétaux.