3 questions à Alexandre Langlois : l’étude de l’Arctique pour comprendre les changements climatiques

Comment l’Arctique réagit-il aux changements climatiques? Pourquoi? Répondre à ces questions signifie mieux s’adapter à la crise ou en modérer les effets. « Ce qui se passe là-bas viendra ici dans 50 ou 60 ans », explique le professeur Alexandre Langlois. Ce dernier sera à tête du projet d'Observatoire multidisciplinaire pour le suivi du changement climatique et des événements extrêmes en Arctique (OMCCA) qui verra le jour grâce à un financement de 4,3 M$ de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI).

Avec l’équipement acheté grâce au financement, des équipes de l’Université de Sherbrooke, de l’Université de Montréal, de l’Université de Toronto et de la Western University of Ontario créeront des installations inédites dans le Nord canadien, à la Station canadienne de recherche dans l'Extrême-Arctique, gérée par Savoir polaire Canada, un « partenaire à part entière ». Les équipes surveilleront aussi bien l’atmosphère que les populations animales. Et, surtout, elles tenteront d’identifier les liens entre tous les facteurs étudiés.