En partenariat avec la Ville de Sherbrooke

La collecte du verre maintenant possible au Campus principal

Deux conteneurs permettent le dépôt volontaire du verre au Campus principal, derrière le Centre sportif.
Deux conteneurs permettent le dépôt volontaire du verre au Campus principal, derrière le Centre sportif.
Photo : Michel Caron - UdeS

La pertinence environnementale du recyclage du verre n’est plus à faire, lorsque l’on sait qu’une seule bouteille prend 4000 ans à se dégrader. Grâce à un partenariat avec la Ville de Sherbrooke, deux nouveaux conteneurs installés au Campus principal rendront désormais possible le tri à la source du verre, permettant ainsi une valorisation plus optimale de cette matière.

Situés derrière le Centre sportif, à proximité du stade extérieur, les nouveaux points de collecte s’ajoutent à ceux déjà mis en place dans le cadre d’un projet pilote à Sherbrooke. Ils sont accessibles tant à la communauté universitaire qu’à l’ensemble de la population sherbrookoise. Un point de collecte se trouve par ailleurs à proximité du Campus de la santé.

Sensibilisée aux enjeux de développement durable, l’UdeS souhaitait déjà mettre en place un système de récupération spécifique pour le verre, ce que lui permet cette collaboration privilégiée avec la Ville.

« Ce nouveau programme de collecte à la source du verre répond à une action spécifique de notre Stratégie de gestion des matières résiduelles 2018-2022, qui vise à accroître l’efficience de nos programmes de récupération. Par surcroît, ce projet pilote de la Ville de Sherbrooke, auquel nous collaborons, s’inscrit parfaitement dans notre désir d’intégrer le concept d’économie circulaire afin d’augmenter la réduction à la source, le réemploi et le recyclage local de nos matières résiduelles au profit de notre planète », mentionne Patrice Cordeau, vice-recteur adjoint au développement durable.

De l’importance d’un meilleur tri à la source

Le verre représente 18 % des produits déposés au recyclage.
Le verre représente 18 % des produits déposés au recyclage.
Photo : Michel Caron - UdeS

Le verre compose environ 18 % des produits déposés au recyclage. Il contribue toutefois à contaminer les autres matières recyclables, puisqu’il se brise facilement lorsqu’il est jeté dans les bacs et lors du transport. Peu de centres de tri disposent d’équipements de pointe pour produire du verre recyclé de qualité et, bien souvent, comme à Sherbrooke, cette matière amassée au centre de tri régional est valorisée comme matériau de recouvrement au lieu d’enfouissement technique.

La collecte en amont assure donc un meilleur tri à la source, et par conséquent, une valorisation optimale du verre par la voie du recyclage. La matière sera ainsi réintégrée dans la chaîne de fabrication de nouvelles bouteilles et contenants, de produits d’isolation, d’agrégats utilisés dans la fabrication du béton, de moyens de filtration ainsi que d’abrasifs.

Seul le verre d’emballage, soit tout récipient de verre ayant contenu des liquides ou des aliments, comme les bouteilles de vin, les pots de cornichons ou de confiture, par exemple, peut être déposé dans les conteneurs, en prenant soin d’enlever les bouchons et les couvercles au préalable.

Le verre culinaire, comme la vaisselle ou les plats transparents, n’est pas accepté, puisqu’il s’agit de céramique transparente. À l’instar de la porcelaine, du grès, du carrelage, des pierres, du ciment, des métaux et verres spéciaux (verres armés, pare-brise, écrans de télévision, ampoules électriques), il doit être jeté aux rebuts ou alors déposés à l’écocentre.

Un complément à la consigne élargie

Le gouvernement du Québec devrait instaurer d’ici 2023 la consigne élargie de contenants. Toutefois, cette consigne ne s’appliquera qu’à certains types de contenants; les autres continueront d’encombrer les sites d’enfouissement. Dans cette perspective, la mise en place de conteneurs de collecte de verre s’avère une solution environnementale efficiente, que le gouvernement souhaite d’ailleurs pérenniser, afin de la rendre complémentaire à l’offre de consigne élargie.

L’actuel projet pilote de la Ville de Sherbrooke, auquel se joint l’UdeS, permettra de valider la réponse de la population quant à son engagement dans le recyclage du verre.