Du 27 mai au 31 juillet à la Galerie d'art Antoine-Sirois

L'exposition Téléphonexquis réunit plus de 40 artistes de la région dont des diplômés et employés de l'UdeS

Téléphonexquis se veut un mélange du jeu de téléphone arabe et d'un cadavre exquis. Une chaîne d'expressions artistiques entre créateurs talentueux de l'Estrie.
Téléphonexquis se veut un mélange du jeu de téléphone arabe et d'un cadavre exquis. Une chaîne d'expressions artistiques entre créateurs talentueux de l'Estrie.
Photo : UdeS - Michel Caron

Cet été encore, le tourisme local fera partie des plans pour plusieurs vacancières et vacanciers. Si vous êtes de passage en Estrie, profitez-en pour rendre visite à votre alma mater.

La Galerie d’art Antoine-Sirois, située près du Centre culturel, offre une exposition qui fait beaucoup parler dans la région : Téléphonexquis – Nos jours intérieurs.

Au cours des derniers mois, 40 artistes de l’Estrie ont participé à une grande chaîne créative portant sur l’année 2020. Vingt artistes littéraires et vingt artistes visuels se relaient dans une création collective en 40 tableaux, chacun devant répondre à une œuvre qui leur était envoyée anonymement.

Mélanie Noël, diplômée de l'École de gestion et Pascale Rousseau, employée au Service des communications.
Mélanie Noël, diplômée de l'École de gestion et Pascale Rousseau, employée au Service des communications.
Photo : La Tribune

Le projet est mené par deux membres de la Famille UdeS, soit la diplômée Mélanie Noël (Administration 1998 et 1999) et Pascale Rousseau, employée au Service des communications. Parmi les artistes, on retrouve plusieurs personnes diplômées, employées ou enseignantes de l’UdeS, tel que l’ambassadeur de la FLSH David Goudreault, Étienne Saint-Amant, Véronique Grenier, Patrick Nicol, Ariane Deslions et plusieurs autres.

Œuvre de Sébastien Pesot, chargé de cours à l’UdeS
Œuvre de Sébastien Pesot, chargé de cours à l’UdeS
Photo : UdeS - Michel Caron

Les commissaires tenaient à intégrer une grande diversité de médiums dans l’œuvre. On y trouve donc de la photographie, de la peinture, du dessin, de la vidéo, de l’illustration, etc. Du côté littéraire, on y retrouve de la poésie, de la chanson, du récit, de la chronique, de la nouvelle.

Le résultat est riche et met en lumière l’effervescence artistique et littéraire de notre région. Une exposition qui pose un regard sur l’expérience humaine que nous traversons actuellement et qui fait du bien.

Cette œuvre collective en 40 tableaux sera exposée jusqu'au 31 juillet à la Galerie d'art Antoine-Sirois du Centre Culturel de l'Université de Sherbrooke. Dans une volonté de pérenniser l'œuvre, un livre rassemblant les 40 créations est aussi publié. Il inclut un court essai, rédigé par les deux instigatrices, sur l'origine, le concept, la démarche et les résultats.