Le cours qui a changé mon regard sur le monde

Développer une vision globale des problématiques grâce à l’APPI

Albert Bourassa, étudiant en génie informatique.
Albert Bourassa, étudiant en génie informatique.
Photo : Michel Caron - UdeS

Robot jouet, système de barman automatique, jeu de Laser Quest, et bien plus encore! L’approche par problèmes et par projets en ingénierie (APPI) mise sur la pratique et le développement de projets stimulants pour préparer les personnes étudiantes au monde du travail.

C’est cette méthode pédagogique innovante qui a poussé Albert Bourassa, étudiant en génie informatique, à choisir l’UdeS. Pour ce détenteur d’une technique en informatique industrielle, le défi que représentait cette approche dynamique a été décisif. Aujourd’hui, il ne regrette aucunement son choix.

L’APPI rend les études plus motivantes, en plus de nous préparer aux résolutions de problèmes dans tous les domaines d’activité.

Albert Bourassa

Des projets formateurs

Équipe d'étudiantes et étudiants travaillant sur un projet intégrateur en génie. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Équipe d'étudiantes et étudiants travaillant sur un projet intégrateur en génie. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Photo : UdeS

L’APPI est intégrée au cursus du Département de génie électrique et informatique de la Faculté de génie. Les projets, qui commencent dès la première session, permettent de mettre en pratique les apprentissages et constituent un premier pas dans l’univers de la conceptualisation et du design d’un projet. En intégrant des compétences transversales telles que la communication et le travail d’équipe, cette formule d’apprentissage prépare concrètement les étudiantes et étudiants à s’intégrer dans n’importe quel milieu de travail.

De plus, ces projets offrent un degré de liberté afin que les personnes étudiantes suivent leur propre voie et trouvent des solutions à leur échelle. Il peut y avoir de multiples manières d’arriver à un résultat, chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Le but n’est pas nécessairement d’obtenir la solution optimale, mais de trouver celle qui a le plus de sens, selon la situation.

Forger sa capacité d’analyse et de gestion

Les projets intégrateurs qui ont passionné Albert sont sans contredit l’amélioration du site Web interne du Département de génie électrique et informatique ainsi que son projet de fin de baccalauréat en partenariat avec une entreprise. Ce dernier consiste à réduire la consommation énergétique d’usines en utilisant l’intelligence artificielle pour mieux contrôler les systèmes de ventilation et à essayer d’intégrer des capteurs solaires pour générer de l’énergie, au lieu d’utiliser celle d’Hydro-Québec.

Étudiants travaillant à la réalisation d'un projet intégrateur en génie. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Étudiants travaillant à la réalisation d'un projet intégrateur en génie. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Photo : UdeS

Le projet de fin de baccalauréat, c’est un peu la cerise sur le sundae de notre formation! On utilise tout ce qu’on a appris auparavant pour l’intégrer dans ce projet-là, qui dure un peu plus d’un an.

Albert Bourassa

La réalisation de ces projets a modifié sa manière d’approcher la résolution d’un problème, d’en comprendre les aspects techniques, afin de bien l’analyser pour ensuite mettre en œuvre ses apprentissages. Cela lui a aussi permis de développer une vision plus globale des problématiques et d’en comprendre les multiples facettes en composant avec les disciplines différentes qui s’y intègrent. Ces compétences acquises importent non seulement pour la gestion de problèmes dans sa future carrière, mais aussi pour sa vie en général.

Fusionner ses passions

Pour Albert, cette vision globale lui permettra − il l’espère − de travailler dans la résolution de problèmes à multiples facettes qui nécessitent la participation d’acteurs de plusieurs milieux. Passionné d’urbanisme, il compte par ailleurs poursuivre ses études dans ce domaine. Il aimerait contribuer au développement de villes intelligentes et à la résolution des problèmes qui y sont liés.

Combiner les villes avec la technologie peut être une excellente manière d’améliorer notre société.

Albert Bourassa

La difficulté est de comprendre comment intégrer correctement les différentes technologies aux milieux urbains. Les problèmes liés à l’environnement, au transport et à la sécurité sont à prévoir : une mine d’or pour ce passionné de défis.

À propos de la série Le cours qui a changé mon regard sur le monde
Cet article constitue le cinquième d’une série destinée à mettre en valeur l’enseignement innovant et l’apprentissage pratique à l’UdeS. Reconnue pour l’originalité de ses programmes, l’institution s’engage avec ses communautés à former des personnes citoyennes responsables qui changent le monde. Comment cette vision prend-elle racine concrètement dans les cours et activités pédagogiques qui sont particulièrement significatifs pour les étudiantes et étudiants et le personnel enseignant ou autre qui les entourent? C’est ce que décrypteront les productions diffusées dans le cadre de cette série.

Vous avez aussi suivi un cours qui a changé votre regard sur le monde? Faites-nous part de votre histoire, et elle pourrait peut-être faire partie de la série!