Laurie Poisson

Programme Tribu Co-Vie d'Enactus et de l'AED

S'unir pour un monde meilleur

Une vingtaine d'étudiantes et d'étudiants de plusieurs facultés ont participé au programme d'été Tribu Co-Vie organisé par Enactus et l'Accélérateur entrepreneurial Desjardins.
Une vingtaine d'étudiantes et d'étudiants de plusieurs facultés ont participé au programme d'été Tribu Co-Vie organisé par Enactus et l'Accélérateur entrepreneurial Desjardins.
Photo : Fournie

Ce sont plus de 20 étudiants et étudiantes de différentes disciplines de l’Université de Sherbrooke qui, en mai dernier, se sont joints au nouveau programme en ligne  Tribu Co-Vie. Mis conjointement sur pied par l’Accélérateur entrepreneurial Desjardins (AED) et le groupe Enactus de l’Université de Sherbrooke, le programme a pris fin en juillet dernier pour les étudiantes et étudiants du profil exploration et se poursuit jusqu’à la fin du mois d’août pour ceux et celles du profil action.

Clément Moliner-Roy, conseiller aux initiatives entrepreneuriales à impact à l’AED ainsi que cofondateur de la Tribu Co-Vie, explique qu’il souhaitait, avec cette initiative, rassembler les membres de la communauté universitaire, toutes disciplines confondues, afin de les aider à développer des projets d’intérêt social et environnemental et d’ainsi stimuler l’innovation malgré la crise de la COVID-19.

L'étudiante en communication Maria Camila Gallego Betancur est vice-présidente aux communications d’Enactus ainsi que conceptrice et organisatrice du programme Tribu-Co-Vie.
L'étudiante en communication Maria Camila Gallego Betancur est vice-présidente aux communications d’Enactus ainsi que conceptrice et organisatrice du programme Tribu-Co-Vie.
Photo : Fournie

En effet, Clément et son équipe voulaient créer un espace sain où les participants pourraient réfléchir aux changements qu’ils veulent apporter dans le monde : « Pour faire émerger des solutions aux enjeux complexes de ce monde, il est primordial de rassembler les gens de différentes disciplines, comme dans la Tribu Co-Vie. » Sa collègue Maria Camila Gallego Betancur, étudiante en communication, vice-présidente aux communications d’Enactus ainsi que conceptrice et organisatrice du programme, ajoute : « Les participants prenaient part au programme pour trouver une communauté d’entraide et pour découvrir des outils d’innovation qui leur permettraient de mettre en place des projets. »

Devenir des acteurs de changement

Puisque certains participants avaient déjà des idées de projets à impact social ou environnemental, l'équipe organisatrice de la Tribu Co-Vie a décidé de sous-diviser le groupe en deux et, ainsi, d’offrir un soutien davantage adapté à leurs besoins. Les membres du programme avaient donc le choix d’assister aux séances hebdomadaires du profil exploration, centrées sur la découverte de concepts et la réalisation d’exercices pratiques, ou celles du profil action, axées davantage sur la réalisation de leurs projets à l’aide de mentorat par les pairs.

Philippe St-Martin, étudiant au baccalauréat en kinésiologie et participant du profil exploration, explique d’ailleurs avoir toujours eu plusieurs idées de projets sans toutefois savoir comment les mettre en œuvre. Participer à la Tribu Co-Vie était donc, pour lui, une occasion en or de clarifier certaines de ses idées avec l'aide d'autres étudiants et d’en apprendre plus sur le processus de réalisation de projets. « Le profil exploration permet de faire du ménage dans ces idées-là et de définir les prochaines étapes, explique-t-il. La Tribu nous pousse à passer à l’action par de petits gestes concrets et à réfléchir à ce que nous souhaitons réaliser. »

Lors de la dernière séance du programme, les étudiants ont également eu la chance de présenter leurs idées ou leurs projets embryonnaires à des spécialistes de différents milieux et ainsi de tirer profit de leur expertise et de leur expérience personnelle, ce qui a permis de mieux définir la suite.

Pierre-Emmanuel Goffi, étudiant en informatique à la Faculté des sciences, fait d’ailleurs partie des membres ayant grandement apprécié cette occasion unique d'apprentissage. Participant au programme dans le profil exploration, l’étudiant mentionne : « Cette rencontre était très enrichissante! Grâce aux nombreuses rétroactions reçues sur nos idées, nous avons pu retravailler nos projets et les pousser beaucoup plus loin. »

Des projets innovateurs

Plusieurs projets soutenant différentes causes, telles que la lutte contre la pauvreté, l’isolement chez les personnes plus vulnérables et le gaspillage alimentaire, ont vu le jour ou se sont développés grâce au programme. Par exemple, le projet Éco-motion s’attaque à l’enjeu de l’écoanxiété en aidant les gens à canaliser leurs émotions liées aux changements climatiques pour les transformer en actions positives.

Selon Isabelle Béliveau, étudiante au baccalauréat en environnement ainsi que cofondatrice de ce projet,  « La Tribu Co-Vie était une occasion de réfléchir avec d’autres entrepreneurs sociaux sur la manière d’adapter notre mission et notre vision de projet grâce aux apprentissages que nous avons faits de la crise sanitaire ».

Au-delà des projets

Bien au-delà de la création de projets, l'équipe fondatrice de Tribu Co-Vie avait pour objectif principal de bâtir une communauté solidaire, composée d’étudiantes et d'étudiants voulant apporter leur contribution à notre société en ce temps de crise. Par leur approche dynamique et interactive, l'équipe a réussi à créer avec les personnes participantes, malgré la distance, un sentiment de communauté ainsi que de forts liens grâce aux séances par vidéoconférence ainsi qu'aux ateliers interactifs en petits groupes.

Pour plusieurs, ce regroupement virtuel permettait non seulement d’approfondir leurs connaissances dans le processus de développement d’un projet, mais également de recevoir du soutien de leurs pairs en ces temps d’isolement. « Voir certains projets émerger durant la période difficile que nous traversons était assez encourageant, explique Philippe St-Martin. En mars dernier, nous avions l’impression d’être submergés de mauvaises nouvelles. Les rencontres hebdomadaires redonnaient le sourire et nous permettaient d’avoir de profondes discussions sur nos aspirations ». Une implication qui, pour plusieurs, aura été tout aussi bénéfique sur le plan personnel que professionnel!

À propos d'Enactus
Enactus de l’Université de Sherbrooke est un regroupement d’étudiantes et d’étudiants qui développe des projets à impact social et environnemental, dans le cadre du mouvement international Enactus. Pendant la dernière année, Enactus Sherbrooke a réalisé six projets avec 102 membres et effectué 4500 heures de bénévolat.

À propos de l'Accélérateur entrepreneurial Desjardins
L’Accélérateur entrepreneurial Desjardins (AED) de l’Université de Sherbrooke vise à accompagner les étudiantes et les étudiants à entreprendre et à réaliser des projets concrets. À travers des activités de coaching, l’AED offre à toutes et à tous la chance de se réaliser dans des projets entrepreneuriaux porteurs. Durant la dernière année, l'AED a ainsi accompagné plus de 500 étudiantes et étudiants, toutes facultés confondues.