Aller au contenu

Humour et fantastique dans Les enfants du Sabbat

Georges DESMEULES

L'écriture hébertienne se révèle polymorphe, variée, l'auteure semblant se jouer des canons esthétiques dans une écriture romanesque qui, d'un livre à l'autre, ne permet jamais de la situer définitivement dans un cadre générique déterminé. À cet égard, le roman Les enfants du Sabbat semble une oeuvre exemplaire en cela que s'y combinent deux vecteurs formels de la modernité, à savoir l'humour et le fantastique. Nous entendons souligner dans le présent article le caractère subversif du roman, caractère essentiellement conditionné par la juxtaposition des formes humoristique et fantastique.