Aller au contenu

Dévoilement des candidatures au concours Forces AVENIR

Des personnes étudiantes engagées qui portent fièrement les valeurs de l'UdeS

L'UdeS sera bien représentée au gala Forces Avenir de septembre prochain grâce à ces personnes étudiantes d'exception.
L'UdeS sera bien représentée au gala Forces Avenir de septembre prochain grâce à ces personnes étudiantes d'exception.
Photo : Michel Caron - UdeS

Les Services à la vie étudiante, en compagnie de la secrétaire générale et vice-rectrice à la vie étudiante, la professeure Jocelyne Faucher, ont dévoilé les quatorze candidatures qui représenteront l'UdeS dans le cadre de l'édition 2022 du concours interuniversitaire Forces AVENIR, à l'occasion d'une rencontre conviviale qui se déroulait au Pavillon de la vie étudiante, le jeudi 12 mai.

Entraide, développement durable, éducation, lutte contre la désinformation, coopération internationale, équité, diversité, inclusion  étaient au cœur des présentations étudiantes.

Des projets concrets qui répondent à de réels besoins

L'équipe de Parlons sexe!
L'équipe de Parlons sexe!
Photo : Fournie

Dans la catégorie Santé et saines habitudes de vie, le projet Parlons sexe! représentera fièrement l’UdeS pour la création et l’animation d’ateliers interactifs sur différents thèmes concernant la sexualité auprès des élèves du secondaire. Abordant des sujets comme la pornographie, le sextage, l’hypersexualisation et la diversité sexuelle et de genre, ce projet se présente comme une initiative novatrice et plus d’actualité que jamais.

L’UdeS comptera sur le balado EXPLIK et les cours de LSQ à la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) dans la catégorie Société, communications et éducation.

Alexis Marcotte-Chénard et Thomas Deshayes
Alexis Marcotte-Chénard et Thomas Deshayes
Photo : Fournie

Mis sur pied par deux doctorants de la Faculté des sciences de l'activité physique, Thomas Deshayes et Alexis Marcotte-Chénard, le balado EXPLIK se démarque par sa mission éducative qui vise à informer la population francophone sur les saines habitudes de vie et la pratique d'activité physique tout en luttant contre la désinformation. Leurs balados, d’une durée de 30 à 40 minutes, ont été visionnés plus de 2200 fois en 6 mois seulement.

Cours de LSQ offerts à la FMSS
Cours de LSQ offerts à la FMSS
Photo : Fournie

Myriam Arès, étudiante à la FMSS, a de son côté mis sur pied une série de 10 cours de langue des signes québécoise s'adressant aux étudiantes et étudiants du programme en médecine. Ayant comme objectif de permettre aux personnes participantes de développer des compétences à desservir une certaine population, ce projet a mis de l'avant la réalité des soins prodigués aux personnes aux prises avec une déficience auditive.

Cuistots le temps d’une pandémie et la Pair-mission sont les deux projets qui représenteront l’UdeS dans la catégorie Entraide, paix et justice.

Livre de recettes Cuistots le temps d'une pandémie
Livre de recettes Cuistots le temps d'une pandémie
Photo : Fournie

Le livre de recettes rassemblant les mets coups de cœur de 104 groupes de personnalités québécoises, Cuistots le temps d’une pandémie, est le fruit de deux étudiantes en médecine, Annabelle Harpin et Catherine Laferté. Né d’un désir de collecter des fonds pour la construction et l’aménagement de trois salons des familles au sein du nouveau Centre mère-enfant du CIUSS de l’Estrie–CHUS, ce projet s'est avéré un réel succès. Plus de 205 000 $ ont été amassés jusqu'ici.

L'équipe étudiante qui a fondé la Pair-Mission
L'équipe étudiante qui a fondé la Pair-Mission
Photo : Fournie

Souhaitant à tout prix faire leur part pour aider leurs pairs sur la plan de la santé psychologique, quelques étudiantes et étudiants en psychologie ont lancé le projet la Pair-Mission, un service d’écoute et de soutien accessible et confidentiel, en pleine pandémie. Ce projet se démarque par la façon dont il contribue à promouvoir une culture de bienveillance à l’Université, au sein de laquelle chaque personne étudiante se donne la « permission » de demander de l’aide lorsqu’elle en a besoin. La Pair-Mission compte maintenant plus 35 personnes aidantes issues de plusieurs facultés.

En lice dans la catégorie Environnement, l’UdeS compte sur les candidatures de Ferme Espoir, édition 2022 et du colloque Penser la justice environnementale pour une société plus équitable.

Étudiantes et étudiants du projet Ferme espoir au Bénin
Étudiantes et étudiants du projet Ferme espoir au Bénin
Photo : Fournie

Ferme Espoir est un projet de développement durable résultant du partenariat entre le Groupe de Coopération internationale de l'UdeS (GCIUS) et de l’organisme Jeunesse épanouie du Bénin. Sept personnes étudiantes provenant de quatre de facultés se sont rendues à Dassa-Zoumé pour soutenir la Ferme Espoir sur le plan éducatif tout en favorisant l'autonomie énergétique et la gestion durable en eau. L'équipe multidisciplinaire a permis au projet de se développer en plusieurs volets : électrification, développement économique, cartographie, etc.

Audrey-Maude Sauvé et Laurelle Quintin, étudiantes en environnement et membres du comité organisateur du 34e colloque de l'AMEUS.
Audrey-Maude Sauvé et Laurelle Quintin, étudiantes en environnement et membres du comité organisateur du 34e colloque de l'AMEUS.
Photo : Michel Caron - UdeS

L’organisation du 34e colloque de l’Association de la maîtrise en en environnement de l'UdeS sous le thème de Penser la justice environnementale pour une société plus équitable a réuni de nombreux conférenciers et conférencières de renom qui ont mis en lumière la croissance des inégalités environnementales liées aux changements climatiques actuels. Rassemblant plus de 150 personnes participantes, le colloque virtuel s’est déroulé sur une journée.

Rosemarie Santerre et Jessica Roux
Rosemarie Santerre et Jessica Roux
Photo : Fournie

Dans la catégorie Entrepreneuriat, affaires et économie sociale, deux étudiantes de l'École de gestion, Rosemarie Santerre et Jessica Roux, ont lancé le 5@7 Podcast. Ce dynamique balado a réussi à toucher de près ou de loin plus 5 millions de personnes, toutes plateformes sociales confondues. Cette initiative a engendré la mise sur pied d’un projet de studio d’enregistrement, le Studio 57.

Des modèles d’engagement et de persévérance

Cette année, Myriam Arès et Thomas Goudreault ont été sélectionnés dans la catégorie Personnalité 1er cycle pour tenter de se démarquer parmi les finalistes du concours.

Myriam Arès
Myriam Arès
Photo : Fournie

L'instigatrice du projet des cours LSQ, Myriam Arès multiplie les implications auprès de sa communauté et dans son domaine d’études depuis son arrivée à l’Université. Son engagement remarquable s’est déployé dans la au sein de la FMSS, dans les organismes Sex[M]ed et Grands frères et Grandes sœurs de l’Estrie.

Thomas Goudreault
Thomas Goudreault
Photo : Fournie

De son côté, Thomas Goudreault, diplômé de la Faculté de génie et étudiant maintenant à la Faculté des lettres et sciences humaines, se démarque par l’ensemble de son implication auprès de la communauté étudiante et locale, et ce, depuis le début de son parcours universitaire. Son engagement auprès de l’Association étudiante en génie, d’Ingénieurs sans frontières et du GCIUS lui a permis de s’établir comme un acteur de changement dans la société d’aujourd’hui et de demain.

Dans la catégorie Personnalité 2e et 3e cycles, ce seront Léa Museau et Simon Boudreault qui tenteront de se tailler une place en finale.

Léa Museau
Léa Museau
Photo : Fournie

Doctorante en microbiologie et militante féministe, Léa Museau est passionnée par son domaine d'études et les sciences en général. Son engagement se traduit par son implication au sein de sa faculté et sa participation à différentes activités scientifiques, comme l'Acfas.  Sa lutte passionnée contre les inégalités sociales l'a amenée, entre autres choses, à la création du collectif la Bande féministe.

Simon Boudreault
Simon Boudreault
Photo : Fournie

Quant à Simon Boudreault, étudiant au doctorat à la FMSS, il fait la démonstration de son engagement dans le domaine scientifique et dans sa communauté depuis ses débuts à l’UdeS, en 2014. Il partage son temps entre ses implications au RECMUS, au Comité cancer, à l'organisation de la Journée Phare ainsi qu'à la création de l’association FMSS-Alumni. L’ensemble de son engagement fait de lui un moteur de changement pour le monde qui l'entoure.

Dans la catégorie Personnalité persévérante, ce sont Joëlle Morin et Rémi Paré-Beauchemin qui représenteront l'UdeS.

Joëlle Morin
Joëlle Morin
Photo : Fournie

Grâce à sa détermination et son courage, Joëlle Morin incarne le parfait exemple de résilience et de persévérance. Malgré une enfance difficile, une maladie chronique et des difficulté d'ordre psychologique, elle a surmonté les défis quotidiens, sans lâcher prise. Ayant terminé un baccalauréat avec une mention d'excellence, elle poursuit maintenant ses études à la maîtrise tout en s'épanouissant un peu plus chaque jour.

Rémi Paré-Beauchemin
Rémi Paré-Beauchemin
Photo : Fournie

Étudiant à la Faculté d'éducation, Rémi Paré-Beauchemin se démarque par sa longue quête identitaire qui lui a permis, aujourd’hui, de trouver sa place dans les domaines de la psychologie et de la psychoéducation. Surmontant plusieurs obstacles, grâce à sa persévérance, il redonne au suivant en s'engageant maintenant au sein de plusieurs programmes dont HORS-PISTE et la Pair-Mission.

Le processus de sélection suit son cours. C'est en juin que nous connaîtrons les candidatures de l'UdeS retenues pour le gala du 27 septembre, qui se déroulera dans la ville de Québec.


Informations complémentaires