Mission du GCIUS à Haïti

Jardins de café sous couvert forestier

Des membres de l'équipe du GCIUS, lors de la mission d'exploration en Haïti.
Des membres de l'équipe du GCIUS, lors de la mission d'exploration en Haïti.
Photo : GCIUS

Six étudiants en génie civil construiront un centre de traitement du café lavé dans la commune de Mombin-Crochu, au nord-est d’Haïti, d’ici la fin de l’année 2015. Une telle infrastructure assurera le développement des coopératives de producteurs de café en offrant les installations nécessaires pour traiter le café qui sera par la suite distribué en tant que produit équitable.

« En partenariat avec le Carrefour de solidarité internationale (CSI) et l’Institut de recherche et d’appui technique en aménagement du milieu (ITATAM), un organisme haïtien, nous appuyons les efforts d’intégration à la culture des ignames et autres activités maraîchères pour 120 familles », explique Gabriel Turcotte, responsable technique de l’édition 2015 du Groupe de collaboration internationale en ingénierie de l’Université de Sherbrooke (GCIUS).

Afin de contrer la déforestation qui fragilise la stabilité du sol haïtien lors de secousses sismiques ou fortes pluies, entre autres, et pour mieux protéger l’environnement, 20 000 plants d’arbres forestiers et fruitiers ainsi que 10 000 plantules de café seront mis en terre avec l’approche communément appelée « Jardin de café sous couvert forestier ».

« Nous travaillerons avec les gens du milieu, ce qui nous permettra d’échanger sur les diverses connaissances techniques, et nous serons à même de nous imprégner de la réalité locale. Le Guide de construction, rédigé suite au tremblement de terre de 2010, constituera pour nous, un outil indispensable », souligne l’étudiant au baccalauréat en génie civil. L’apprentissage du créole fait également partie des objectifs des étudiants sherbrookois afin de mieux communiquer avec les ouvriers locaux. D’autre part, la main d’œuvre et les matériaux proviendront de la région pour s’assurer que les gens locaux s’approprient le projet et qu’il perdure dans le temps.

Avec l’érection de ces nouveaux bâtiments, la coopérative haïtienne souhaite augmenter ses revenus de l’ordre de 75 % et surtout faciliter la vie des habitants de cette région qui doivent présentement vendre leurs grains de café à des prix dérisoires dans les marchés locaux.

À propos du GCIUS

Depuis déjà 14 ans, le GCIUS développe des projets concrets durables en ingénierie dans des pays en développement dont le Pérou, le Burkina Faso et le Malawi. Les membres du GCIUS souhaitent développer un monde solidaire et équitable à travers des projets ayant des répercussions locales dont la pérennité est l’objectif ultime. Pour les suivre durant la construction du centre de traitement de café lavé, joignez la page GCIUS dans Facebook.