Aller au contenu

Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées

La chaire vise à accroître les connaissances sur la prévention, le dépistage et les interventions qui permettent de contrer la maltraitance envers les personnes aînées.

Elle assurera la formation de personnel hautement qualifié, apte à mieux comprendre la maltraitance et à la combattre plus efficacement. Ainsi, les aînés maltraités seront dorénavant accompagnés par des professionnels formés spécifiquement pour restaurer leur bien-être psychologique, physique et social.

Chaire de recherche institutionnelle

Titulaire : Marie Beaulieu
Création en 2010
Chaire affiliée à l'École de travail social, en gérontologie

Quatre axes pour mieux atteindre ses objectifs

  • Axe 1 – Recherche : il s’agit de mener des travaux de recherche sur la maltraitance des personnes aînées et sur deux thématiques connexes : l’intimidation et la bientraitance. Ces travaux seront de nature théorique, empirique ou pratique (praxéologique), ou encore évaluative. Ainsi, ces travaux pourront traiter des concepts qui sont nécessaires soit pour comprendre ces phénomènes (formes et types de maltraitances, d’intimidation et de bientraitance, etc.), ou encore porter sur des acteurs, des dynamiques, des effets de ces phénomènes, des interventions (prévention, repérage, suivi), des facteurs de risque et des facteurs de protection, etc.
  • Axe 2 – Diffusion : il s’agit de communiquer (oralement ou par écrit) les connaissances acquises, sur les scènes scientifiques québécoise, canadienne ou internationale.
  • Axe 3 – Formation : il s’agit de transmettre les connaissances acquises par le biais de formations académiques (formation initiale aux 3 cycles d’étude universitaire et au Cégep) ou dans des formations conçues pour des praticiens en exercice.
  • Axe 4 – Transfert de connaissances : il s’agit de transférer les connaissances acquises vers le gouvernement, les planificateurs de politiques publiques, les milieux de pratique, les associations d’aînés, etc. Il s’agit également de donner des avis ponctuels sur les questions et enjeux soulevés par le Secrétariat aux aînés et d’échanger avec la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation, à sa demande, sur la maltraitance ou tout autre sujet connexe.