Johane Deslandes

Cheminement d'une passionnée de physique

Je m’appelle Johane Deslandes. J’ai réalisé, entre 1978 et 1982, mon baccalauréat en physique à l’Université de Sherbrooke, dans le régime coopératif.

J’ai eu la chance de faire mes trois stages au Département de physique en continuité sur le même projet de recherche. Par l’étude des modes naturels de vibration, je m’appliquais à comprendre l’évolution des forces d’interaction entre les atomes dans les solutions solides de la famille ZrSxSe3-x. Travailler à la croissance des cristaux, puis enregistrer leurs spectres de transmission infrarouge et enfin analyser mathématiquement ces spectres constituèrent les différentes étapes expérimentales et théoriques de ce projet.

Ce fut pour moi très formateur de travailler avec les professeurs-chercheurs du département. Ils m’ont fait confiance et ont eu la générosité, même si je n’étais qu’au baccalauréat, d’inclure mon nom sur les publications scientifiques qui ont découlé de ces travaux. Grâce à eux, j’ai connu très tôt l’exaltation que peut apporter la recherche fondamentale.

À la fin de mon baccalauréat, j’ai d’ailleurs poursuivi ce projet de recherche, toujours à l’Université de Sherbrooke, dans le cadre d’une maîtrise que j’ai faite sous la direction du professeur Serge Jandl. Ces années furent très stimulantes et je garde un très beau souvenir de cette période.

À la suite de mes études, j’ai fait le choix personnel de rester à la maison pendant une dizaine d’années pour m’occuper de mes trois enfants. Puis l’appel de la physique s’est à nouveau fait entendre. Aussi, après un bref certificat en éducation, j’ai commencé, en 1996, une carrière d’enseignante en physique au cégep Édouard-Montpetit de Longueuil.

Inspirée par mes anciens professeurs de cégep et d’université, je continue aujourd’hui de porter le flambeau. À mon travail d’enseignante, j’ai ajouté la coordination du Département de physique et, depuis peu, la coordination du programme Sciences de la nature.

J’en profite pour mettre en place ou appuyer des activités stimulantes telles des conférences, des stages d’été à l’université, des projets de mobilité étudiante en Europe, sur le thème de l’environnement et des défis énergétiques. Tout cela afin de donner à d’autres jeunes le goût des sciences, ce goût que m’ont inspiré jadis mes professeurs de physique, en particulier ceux de l’Université de Sherbrooke.

Johane Deslandes, bachelière en physique 1982, maître en sciences 1984