Aller au contenu

Perception et préférence pour les solutions climatiques fondées sur la nature : protection, conservation et restauration des zones humides de la région des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent

Sommaire

DIRECTION DE RECHERCHE
Jie He, Professeure - Département d'économique
UNITÉ(S) ADMINISTRATIVE(S)
École de gestion
Département d'économique
CYCLE(S)
Stage postdoctoral
LIEU(X)
Campus de Sherbrooke

Description du projet

Les crises du changement climatique et de la perte de biodiversité sont inextricablement liées. Les solutions climatiques fondées sur la nature, telles que la protection, la conservation et la restauration des zones humides, sont particulièrement adaptées pour relever ces deux défis. Le Canada s’engage à prioriser les solutions climatiques fondées sur la nature (SCfN) pour renforcer la résilience sociale et écologique et pour atteindre les objectifs du Canada d’atténuation climatique de 2030 et 2050. 

Le Fonds de solutions climatiques axées sur la nature (FSCSN) , administré par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), soutient des projets menés par des partenaires – axés soit sur des actions adaptées au lieu, soit sur des politiques sectorielles – qui entraînent une réduction des GES et une augmentation de la séquestration sur le sol canadien au moyen d’activités présentant des avantages pour la biodiversité. Les activités du FSCSN de 2021-2022 à 2030-31 viseront à réduire les GES de 2 à 4 mégatonnes par an pour la période de 2030 à 2050 et au-delà. Plusieurs centaines de millions de dollars seront investis dans ces projets à travers le pays. ECCC a ainsi besoin de méthodes intégrées cohérentes et comparables pour évaluer les activités financées selon différents scénarios climatiques, sociaux, économiques et politiques d’ici 2030 ou 2050. 

Notre projet est la partie socio-économique d’un plus grand projet interdisciplinaire financé par l’ECCC. Ce projet vise à répondre au besoin du FSCSN et de l’ECCC de comprendre le contexte social et économique dans lequel les nouvelles solutions climatiques fondées sur la nature (SCfN) seront proposées. L’objectif est de fournir une évaluation précise sur les perceptions et préférences du public sur l'efficacité des milieux humides d'eau douce en tant que SCfN et leurs potentiels impacts sur les paysages agricoles du Canada, en se concentrant sur la région des Grands Lacs (Ontario) et du bassin versant du fleuve Saint-Laurent (Québec). Nos études couvriront à la fois la population générale et les agriculteurs, dans le but d'évaluer la demande et l'offre d'un régime potentiel de paiement des services écosystémiques liés aux SCfN. 

Ce projet se connecte également à un autre projet financé plus tôt, permettant que l’outil de recherche construit soit potentiellement appliqué aux trois autres provinces canadiennes, soit l'Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba. L’objectif sera de fournir des analyses comparatives entre les provinces et d'identifier les facteurs qui facilitent ou entravent la mise en œuvre et l’efficacité de ces nouvelles solutions SCfN selon différents scénarios environnementaux, sociaux, économiques et politiques.

Nous sommes à la recherche de personnes candidates pour travailler à temps plein sous la supervision de la professeure Jie He  dès janvier 2024 dans le cadre de ce projet.  Le durée du contrat sera d’un an avec la possibilité de 2 renouvellements pour une durée maximale de 3 ans. Le ou la candidat.e.s finalement choisi.e aura la possibilité d’être impliquées dans d’autres projets de publication menés par la professeure He.
 
Profil recherché

•	Ph.D/doctorat en économie, préférablement avec une spécialisation en économie de l’environnement et/ou des ressources naturelles. Le diplôme de doctorat doit avoir été obtenu depuis moins de 5 ans à la date de début du stage;
•	Formations/expériences antérieures des méthodes d’évaluation non-marchande;
•	Capacité à rédiger et à communiquer en français;
•	Capacité à travailler indépendamment et proactivement pour démontrer une grande autonomie;
•	Capacité à travailler dans une équipe diversifiée;
•	Bon niveau d’anglais écrit et oral pour la rédaction des articles scientifiques et pour communiquer avec les chercheurs de l’équipe élargie du projet des universités canadiennes anglophones.

Pour postuler

Le soutien financier prévu est de 60 000 $ (CAD)/an minimum. Un soutien au développement professionnel de l’Université de Sherbrooke sera offert à la personne candidate. Une personne candidate dûment qualifiée et expérimentée pourrait se voir proposer un soutien financier plus élevé. 

Pour postuler, veuillez envoyer les documents ci-dessous par courriel à jie.he@usherbrooke.ca. Le sujet du message doit être « Grands Lacs et Saint-Laurent MH post-doc ». 

1.	Curriculum vitae,
2.	Relevés de notes de tous les diplômes obtenus, 
3.	Lettre de motivation comprenant des descriptions d'expériences pertinentes,
4.	Au moins un exemple de recherche (articles, thèse, etc.)
5.	Coordonnées d'au moins deux références, dont une ou plusieurs académiques,
6.	Lorsque le français n'est pas la langue maternelle, preuve de maîtrise du français.

L'examen des candidatures se poursuivra jusqu'à ce que le poste soit pourvu.

L'Université de Sherbrooke valorise la diversité, l'équité et l'inclusion en emploi au sein de sa communauté et invite toutes les personnes qualifiées à soumettre leur candidature.

Discipline(s) par secteur

Sciences naturelles et génie

Eau et environnement

Sciences sociales et humaines

Économie

Financement offert

Oui

Minimum 60000$CAD/an pour trois ans

Partenaire(s)

Environnement et changement climatique Canada (ECCC)

La dernière mise à jour a été faite le 22 novembre 2023. L’Université se réserve le droit de modifier ses projets sans préavis.