Aller au contenu

Expositions antérieures

POINT DE MIRE

Bertrand Carrière et Michel Lamothe
Présentée du 19 janvier au 8 mai 2022
Œuvres de la collection de la Ville de Longueuil

L’exposition Point de mire présente une sélection d’œuvres des photographes Bertrand Carrière et Michel Lamothe. Second volet aux expositions présentées à l’édifice Marcel-Robidas, elle est réalisée par le Bureau de la culture et des bibliothèques de la Ville de Longueuil.

Point de mire permet de découvrir d’autres corpus de travail de ces deux artistes aux pratiques qui se recoupent parfois, notamment à travers leur intérêt pour la photographie en noir et blanc et l’importance qu’ils accordent à la lumière, à l’aspect intime et sensuel des portions du réel qu’ils décident de capter, par l’appareil dans le cas de Carrière et, par la pellicule photosensible dans le cas de Lamothe. Laissez-vous transporter par ces lieux et ces personnages fascinants que nous présentent ici ces photographes aguerris.

Au cours des 40 dernières années, Bertrand Carrière a tissé une œuvre photographique à la fois personnelle et variée. Ses œuvres se retrouvent dans d’importantes collections muséales et privées au Québec, au Canada, aux États-Unis et en France. Il enseigne la photographie à l'Université de Sherbrooke et vit entre Longueuil et les Cantons de l'Est.

Après un baccalauréat en sciences appliquées à l'Université Laval, Lamothe poursuit des études en communications au Collège Loyola. Menant une carrière parallèle de photographe et de cinéaste, il a exposé au Québec, au Canada et en Europe. Ses films ont été présentés dans plusieurs festivals internationaux. Né à Saint-Louis-de-France, au Québec, il vit et travaille à Greenfield Park.

Pour en savoir plus sur le travail des artistes, procurez-vous la publication sur Michel Lamothe, Fréquenter le paysage, et sur Bertrand Carrière, Solstice 1971-2019, cette dernière éditée par Plein Sud et la Galerie Antoine-Sirois. Accédez à la librairie en ligne.

Visitez les expositions Bertrand Carrière. Avec le cinéma et Michel Lamothe. Prendre le temps, présentées du 27 janvier au 8 mai à l'édifice Marcel-Robidas, 300, rue Saint-Charles Ouest.
Horaire : mercredi et jeudi de 9 h à midi et de 13 h à 16 h - samedi et dimanche de 11 h à 17 h.
Ouverture : 27 janvier, 17 h. Consultez les détails.

NATURA & FIDES

Chloé Beaulac, Bertrand Carrière, Cara Déry 
Martin Désilets, Caroline Monnet et Sylvie Readman
Présentée du 27 août au 23 décembre 2021
Œuvres de la collection de la Ville de Longueuil

À l'automne 2021, la Ville de Longueuil poursuit sa collaboration avec le Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke en présentant à l’Espace culturel une sélection d’œuvres acquises récemment. Ces œuvres sont réalisées par des artistes résidant pour la plupart à Longueuil et impliqués de près ou de loin dans l’organisme Agrégat, lequel organisera la première biennale en arts visuels de Longueuil intitulée JE(US) en 2022.  

Réunies sous l’intitulé « nature et foi », les œuvres exposées plongent le spectateur dans une ambiance calme et énigmatique, dénuée de présence humaine. Cette exposition offre à l’esprit du visiteur, par voie d’introspection, une échappatoire salutaire empreinte de spiritualité et d’onirisme. 

Habitant cet espace architectural lumineux au cœur de la vie étudiante, les paysages recomposés de Chloé Beaulac répondent aux formes lithiques de Cara Déry. La superposition photographique de Martin Désilets partage quant à elle l’effet hypnotique du bois gravé de Caroline Monnet. La contemplation et la méditation sont également à l’honneur dans la photographie aux couleurs désaturées et inversées de Sylvie Readman, ainsi que celle du lac estrien au temps suspendu de Bertrand Carrière. 

Une invitation à s’arrêter et à s’évader, à travers des œuvres qui incitent à la contemplation. 

Pour en savoir davantage sur les œuvres de la collection municipale de la Ville de Longueuil, consultez l’ouvrage La collection d’œuvres d’art de la Ville de Longueuil : Acquisitions 2012-2017, édité par Plein sud et disponible à l’Accueil du 2e étage (gratuit sur demande). 

STANLEY FÉVRIER

Présentée du 8 avril au 9 mai 2021

Le travail d'Hercule

Les œuvres de Stanley Février ouvrent une réflexion sur la notion d’identité, qu’elle soit individuelle, sociale, culturelle ou artistique, issue du regard porté sur soi par autrui ou de celui que nous portons sur nous-mêmes. Celles présentées ici, réalisées en différents temps et lieux mais liées entre elles comme par osmose, partagent toutes les formes de l’autoportrait d’artiste — celui d’un homme « noir » à l’identité culturelle hybride, porteur de stigmates, qui se représente de manière déconstruite, torturée, figée dans un état transitoire mais encore malléable, ouvert à la transformation.

Expérimentant plusieurs médiums, Stanley Février crée ses œuvres sculpturales et graphiques à partir de ses performances. Il documente ces événements par la photographie, puis il s’inspire de ces images pour réaliser des moulages qui immortalisent ses mouvements et actions dans le silicone et le plâtre. Ces moulages sont ensuite photographiés à nouveau puis transposés sous la forme de dessins à l’encre et au fusain.

Le titre de cette exposition est emprunté à la série Le travail d’Hercule, constituée de photographies issues d’une performance réalisée par l’artiste en 2014, dont une œuvre a été acquise en 2019 par la Ville de Longueuil et cette œuvre est présentée ici pour la première fois au public. Elle montre l’artiste luttant avec différents éléments associés tant au monde de l’art qu’au monde du travail, dans une mise en scène évoquant les thèmes — récurrents dans sa pratique — du pouvoir, de l’injustice et de la mort. Cette œuvre est emblématique d’une production marquée par une sensibilité sociale à fleur de peau, que l’artiste matérialise habilement d’un médium à l’autre, à chaque fois avec la même efficacité formelle et la même économie de moyens, et toujours en dialogue avec les grandes traditions artistiques, classiques et contemporaines. 

Stanley Février vit et travaille à Longueuil depuis plusieurs années où il a débuté sa pratique au centre d’artistes Zocalo. Il a œuvré dans le milieu communautaire avant de plonger dans le monde de l’art et de réaliser une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Ayant participé à une cinquantaine de projets d’exposition ici et ailleurs dans le monde, ses œuvres ont intégré les plus grandes collections publiques et privées, incluant celles du Musée national des beaux-arts du Québec et du Musée des beaux-arts de Montréal. Récipiendaire du prix 2020 en art actuel du MNBAQ, il est l’une des personnalités les plus dynamiques de la scène artistique québécoise actuelle.

Cette exposition est réalisée en collaboration avec la Ville de Longueuil. Pour en savoir plus sur l'artistes, visitez son site Internet

VANESSA SUZANNE

Présentée du 15 février au 21 mars 2021

De l'infini, de l'univers, des mondes et des entités

Originaire de Belgique, Vanessa Suzanne est une artiste chercheuse multimédia dont les réalisations se définissent comme des installations. Elle réside aujourd’hui à Longueuil et elle poursuit un doctorat en études  et pratiques des arts à l’UQAM. Son travail a été présenté dans différents lieux d’art actuel en Belgique et au Québec.

La particularité de la démarche de cette artiste est de concevoir la pratique du dessin et de l’installation comme le lieu privilégié d’une rencontre où la philosophie, l’astronomie, l’astrologie et l’art peuvent entrer en dialogue et s’activer. Le titre de cette exposition et du triptyque central De l’infini, de l’univers et des mondes s’inspirent du livre De l’infinito, universo e mondi de Giordano Bruno. À travers cette installation, Vanessa Suzanne désire rendre un hommage à ce frère dominicain et philosophe italien du XVIe siècle qui fut brulé sur le bucher par l’inquisition, car il prônait l’héliocentrisme et  considérait l’univers comme infini, sans centre ni circonférence.

Cette exposition est présentée à l’Espace culturel du campus Longueuil – Université de Sherbrooke, en collaboration avec la Ville de Longueuil qui a acquis le triptyque De l’infini, de l’univers et des mondes en 2020.