Des stages, c’est payant!

Plusieurs centaines d‘entreprises emploient des stagiaires en génie de l’Université de Sherbrooke; la plupart au Québec, certaines dans les autres provinces du Canada et même quelques-unes en France et au Japon dans le cadre d’échanges. Depuis plusieurs années, le taux de placement est presque de 100 %.

Le « vrai » régime coopératif

L’Université de Sherbrooke a été la première au Québec et la deuxième au Canada à instaurer le régime coopératif, une méthode de formation basée sur l’alternance de sessions d’études et de stages rémunérés en entreprise. Depuis 35 ans, la recherche constante de nouveaux stages et l’ouverture de nouveaux domaines n’ont pas faibli.

« Au cours de mes quatre ans de stage, j’ai eu l’occasion de travailler dans différents secteurs reliés au génie mécanique, soit en génie d’usine, en entretien d’équipements mécaniques de mines de fer du Nouveau-Québec et aussi en recherche-développement pour une PME agissant comme fabricant de matériaux composites. J’ai donc pu orienter mon choix de cours et mes connaissances vers le domaine où j’aimerais le plus me retrouver à la fin de mon baccalauréat. »

Claude Girard, diplômé en génie mécanique