Projet IRIS

Équipe

  • Guillaume Camiré
  • Élise Cécyre
  • Patrick Desaulniers
  • David Foley
  • David Funk
  • Solène Gentils

Description

Les discussions entourant la santé de notre planète prennent de plus en plus d’importance dans notre société. Des efforts sont déployés autour du monde afin de combattre les changements climatiques La population se conscientise et commence à poser des gestes concrets face aux problèmes environnementaux. Malgré tout, les activités humaines nécessitent une quantité impressionnante d’énergie et cette dernière est rarement produite en accord avec la volonté de réduire les émissions polluantes.

Néanmoins, depuis quelques années, la population devient de plus en plus critique en matière d’énergie. La production d’énergie propre constitue une valeur bien ancrée dans la mentalité des Québécois. La récente controverse au sujet du projet de la centrale thermique du Suroît prouve, de façon convaincante, que la population désire passer à l’ère des énergies renouvelables. Ainsi, les différents types d’énergies alternatives tels que l’éolien, la géothermie et le solaire ont fait leur apparition dans les discussions et dans les débats concernant les plans d’avenir. Le projet Iris s’intéresse plus particulièrement à l’énergie solaire employée comme source de chauffage énergétiquement rentable. Le prototype conçu se compose d’abord d’une lentille de Fresnel. Celle-ci, dont la taille pour le prototype est de 1600 cm2, présente une courte distance focale qui assure la compacité du système, diminuant ainsi les efforts dus aux intempéries. Elle converge les rayons solaires en un point précis, lequel est ensuite dirigé à travers un tunnel de lumière, permettant ainsi de faire entrer un faisceau d’énergie solaire dans un bâtiment quelconque. Afin de maximiser le potentiel énergétique, le système de lentille et miroir est programmé pour suivre la trajectoire du soleil. Il repose sur une base rotative, dont les mouvements sont assumés par deux moteurs électriques qui permettent le déplacement du capteur selon deux axes. Le concept d’Iris forme donc un héliostat qui optimise en temps réel la captation des rayons solaires. Les analyses effectuées démontrent d’ailleurs un potentiel de gain énergétique annuel d’environ 35 % par rapport à une même surface fixe, promettant au projet Iris un intérêt valable.

Partenaires et commanditaires

  • Dispaq
  • Velux
  • GE
  • Acier Simmonds

Photos