Projet UBICAM

Équipe

  • Marc-André Patry
  • André St-Pierre
  • Catherine Morier
  • Caroline Julien
  • Alexandre Morin-Guimond
  • Maxime Lalonde-Filion
  • Philippe Fauteux
  • Marie-Ève Bernard

Description

Depuis de nombreuses années, on entend beaucoup parler des répercussions des coupures de budget dans le domaine de la santé. C’est un fait, le système de santé du Québec est aux prises avec un manque de personnel (infirmières, médecins généralistes et spécialistes) dans ses hôpitaux. Un des nombreux problèmes causés par cette situation est le fait que les médecins manquent de temps pour participer efficacement à leur programme de formation continue dans lesquels ils perfectionnent leurs techniques d’interventions. Les urgentologues n’échappent pas à cette situation. Les urgentologues spécialisés sont peu nombreux (surtout dans les régions éloignées) et surexploités.

Pour tenter de remédier au problème de manque de temps, un programme de téléformation des gestes chirurgicaux a été expérimenté avec des urgentologues du Québec et hors Québec. Après quelques essais, les résultats sont remarquables. La nécessité d’un support clinique spécialisé pour la prise en charge des cas de traumatologie ainsi que le maintien à jour des connaissances et des compétences des urgentologues est également constaté.

C’est ainsi que le projet de télésupervision du CHUS, avec la collaboration des facultés de médecine et de génie, est né. La télésupervision permettrait de régler de nombreux problèmes dans le réseau de la santé. En implantant ce système dans les hôpitaux des régions plus éloignées, il sera possible de diminuer de façon significative l’effet du manque d’urgentologues puisque chaque hôpital aura accès aux conseils d’un urgentologue spécialisé et qualifié à l’intérieur d’un court délai (le temps que l’urgentologue se connecte au poste de contrôle). Cet aspect est très important puisqu’en traumatologie, les premières minutes sont critiques. Ce système va aussi permettre aux intervenants sur place d’acquérir des connaissances pratiques et de parfaire leur formation lors d’interventions et ce, sous l’aile d’un urgentologue spécialisé.

L’équipe UbiCAM a donc pour mandat de concevoir et de fabriquer un prototype fonctionnel qui saura répondre aux besoins énoncés précédemment. Le prototype devra être fixé au plafond de la salle de traumatologie au Centre Hospitalier de l’Université de Sherbrooke (CHUS) de manière à donner un bon angle de vision à l’urgentologue spécialisé à l’aide de deux caméras distinctes.

Trois systèmes sont nécessaires à l’accomplissement de cette tâche :

  • Mécanique : Permet le déplacement des caméras.
  • Électrique : Permet d’alimenter le système.
  • Informatique : Permet de contrôler le système.

L’intégration des ces trois systèmes permettra d’obtenir un prototype fonctionnel répondant aux besoins exprimés par le CHUS.

Photos