Projet ORTHÈSE

Équipe

  • Etienne Fortier
  • Pascal Grondin
  • Patrick Laflèche
  • Yannick Munger
  • Maxime Ouellet

Description

Au début du processus de recherche, l'équipe Orthèse avait comme objectif de trouver un projet ayant un potentiel de commercialisation. Différentes avenues ont alors été explorées. Les idées suggérées n’ont toutefois jamais réussi à faire l’unanimité de tous les membres. C’est alors qu'ils sont entrés en contact avec différentes entreprises pour obtenir des suggestions de projet. L’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) est un des endroits où ils ont fait des démarches en ce sens. Différents intervenants de l’IRDPQ leur ont soumis un total d’une dizaine de projets. Sur le lot, deux ont retenus leur attention, les autres étant de trop petite envergure, ou ne les motivaient pas outre mesure. Le premier projet intéressant était le développement d’une orthèse de flexion de la hanche et d’extension du genou assistées. Le deuxième était le développement d’un système pour le calibrage d’un appareil d’analyse cinématique humaine. Ce projet intéressait l'équipe grandement à cause du défi mathématique qu’il représentait. Il fallu toutefois qu'il l’abandonner pour des raisons administratives, le centre de recherche de l’IRDPQ étant affilié à l’Université Laval.

Suite à ces démarches, l'équipe Orthèse c'est réunis et on analysé en profondeur le potentiel de chaque projet soumis. Après plusieurs discussions et après avoir analysé les projets selon une méthode inspirée de Kepner-Tregoe, il on décidé à l’unanimité de choisir comme projet le développement d’une orthèse de flexion de la hanche et d’extension du genou assistées. Pour des raisons évidentes de motivation, il était primordial d’avoir le consensus lors de la prise de décision. Si ce projet n’avait pas fait l’unanimité, il l’aurait laissé tomber.

L’orthèse en question servira aux gens souffrant d’une faiblesse musculaire unilatérale des membres inférieurs. En d’autres termes, elle permettra aux gens ayant une atrophie musculaire à une jambe de pouvoir se déplacer normalement, sans l’aide d’un fauteuil roulant. Dans la majorité des cas, ce type d’orthèse est utilisé par des gens souffrant de sclérose en plaques, cette maladie causant habituellement une faiblesse musculaire d’un des deux côtés du corps. Pour plus de détails sur la sclérose en plaques.

Partenaires et commanditaires

  • IRDPQ
  • Université de Sherbrooke

Photos