Projet HARFANG

Équipe

  • Patrick Barriault
  • Frédéric Beaudin
  • Guillaume Bégin
  • Ludovic Boily
  • Alexandre Larose
  • Benoit St-Germain

Description

Dans un monde où le profit à court terme est devenu une question de survie; dans une société où le succès est défini par la quantité de biens matériels qu’un individu possède; dans un univers où la technologie évolue au détriment du développement des valeurs humaines, il est très difficile de justifier un projet de recherche et de développement qui aura des répercussions qu’à très long terme. On doit produire vite et à moindre de coût, sinon, on perd la « game ».

Dans le domaine de l’aéronautique, où la plupart des entreprises ne pourraient survivre sans l’apport d’une aide gouvernementale quelconque pour les raisons mentionnées plus haut, il est de plus en plus rare d’observer des innovations majeures qui risqueraient de changer la définition que l’on a d’un avion. La plupart des industries tentent de rendre leurs appareils le plus grand possible tout en étant capables de se poser sur les aéroports qui puissent accommoder leur taille pantagruélique. De cette façon, la conception générale demeure à tout le moins identique, excepté la taille des composantes.

Toutefois, au niveau académique, les efforts de recherches peuvent se faire sans pression apparente d’un marché et d’une clientèle à satisfaire. Ce qui n’est pas toujours le cas bien sûr. En effet, comme la tendance veut que le gouvernement subventionne de moins en moins l’éducation, les fonds doivent provenir du privé. Ce qui permet aux étudiants de pisser en regardant une pub de Desjardins ou de Jeep. De plus, cette tendance veut que la plupart des projets étudiants se fassent de concert avec une entreprise susceptible de commanditer l’établissement académique. À plus long terme, le choix et la diversité des projets étudiants pourraient en être affectées et perdre de leur objectivité. Par exemple, on n’a qu’à penser aux facultés de médecine financées par des compagnies pharmaceutiques qui se servent de le pouvoir pour contrôler la publication des recherches.

Heureusement, l’équipe Harfang a choisi de mener à terme un projet intègre à ses valeurs propres : l’accomplissement humain par la création sans tutelle. Bien sûr, afin de mesurer le succès d’une telle aventure, les membres de l’équipe Harfang ont choisi de démontré le fruit de leurs efforts en participant à la compétition SAE AeroDesign East en avril 2002.

Compétition (SAE AeroDesign East 2002)
  • Soulever la plus grande charge possible Atterrir (en un morceau) sur une distance de 400 pi
  • Décoller sur une distance de 200 pi utiliser un moteur de 2 hp
  • Minimiser la surface projetée au sol à 1200 po²
  • Mission
  • Gagner la compétition
  • Faire évoluer la technologie
  • Mystifier la concurrence

Partenaires et commanditaires

  • ASD
  • Bombardier Aéronautique
  • CAE
  • CVTech-IBC
  • Desjardins
  • Elisen Technologies
  • FEUS
  • God Deux
  • Maya
  • Pratt & Whitney Canada
  • Polymos
  • Projets Milieu Université de Sherbrooke
  • Soft DB

Photos