Aller au contenu

Développement d'Onco-expert

Un logiciel qui veille sur la sécurité des traitements oncologiques

Image extraite de la vidéo
Image extraite de la vidéo

Au Québec, près de 60 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer chaque année. On peut donc imaginer le nombre de traitements oncologiques qui sont prodigués. On peut même supposer que, plus il y a de traitements, plus il y a de risques d'erreurs dans les prescriptions. À Sherbrooke, avec le développement de la médecine de précision, les personnes atteintes de cancer ont accès à une technologie qui veille, dans l'ombre et à tout instant, sur la sécurité de leur traitement de chimiothérapie personnalisé.

Le logiciel Onco-expert est issu d'un besoin clinique de sécuriser la trajectoire des prescriptions en oncologie, puis d'un projet de recherche universitaire en partenariat avec l'industrie. Son développement permet aujourd'hui d'offrir plus de sécurité dans les traitements de chimiothérapie.

La recherche partenariale en santé numérique à Sherbrooke

De prime abord, le logiciel devait répondre à plusieurs problèmes identifiés par les équipes soignantes. Par exemple, la mauvaise organisation des données, la difficulté à suivre l'évolution d'une patiente ou d'un patient ou de son historique de traitements, ou même la perte d'information d'un cycle de chimiothérapie à l'autre.

Grâce à leur collaboration et à leurs recherches, Thomas Joly-Mischlich, pharmacien, et Michel Pavic, professeur-médecin et chercheur, ont mis au point le logiciel Onco-expert avec l'aide de Vincent Nault, de Lumed, une entreprise spécialisée en optimisation des soins issue de l'Université de Sherbrooke. Son implantation au CIUSSS de l'Estrie – CHUS a, pour sa part, permis d'accroître de 20 % l'efficacité du travail du personnel soignant impliqué dans les traitements et les suivis en oncologie, un résultat impressionnant en matière de productivité.

Depuis 2019, plus de 35 000 ordonnances électroniques ont été faites sur la plateforme Onco-expert et, dans la dernière année, ce sont 13 500 suivis dont la note médicale est à 100 % informatisée.

Le logiciel importe sur une ligne de temps les informations du dossier de la personne à traiter, comme ses résultats d'imagerie ou de prises de sang ou les notes des infirmières-pivots. Le médecin, quand il voit la personne, il a une visibilité de tout ce qui s'est passé. Donc ça simplifie énormément le travail de tout le personnel impliqué dans le cas précis.

Pr Michel Pavic, médecin oncologue

En plus de nous montrer de l'information pertinente en lien avec le parcours passé des patientes et patients en oncologie, le logiciel nous permet de prescrire et de valider les protocoles de chimiothérapie. Nous avons même accès à des règles de validation automatisées qui s'assurent de la conformité de nos ordonnances. On clarifie le message, on l'organise sur une ligne de temps, et ça permet au clinicien d'avoir rapidement une idée sur le profil de la personne et où on tente de se rendre dans le traitement.

Thomas Joly-Mischlich, pharmacien

Onco-expert, un exemple concret de médecine de précision

Image extraite de la vidéo
Image extraite de la vidéo

Le logiciel développé utilise les données issues du dossier clinique informatisé des patientes et des patients à traiter, et le complète avec de l'information propre à l'oncologie. Il sert de prescripteur électronique et repose sur un gestionnaire de protocoles qui permet de personnaliser le suivi de la personne malade en fonction du traitement reçu.

Le développement de logiciels en médecine est extrêmement complexe. Puis, il y a les particularités de chaque personne. Chaque patiente ou patient est différent, chaque personne mérite un médicament ajusté à sa situation. Quand on parle de médecine de précision en informatique, il y a lieu de calculer automatiquement, en fonction de paramètres individuels, la prescription adéquate pour une personne donnée.

Vincent Nault, Lumed

À propos des intervenants

Pr Michel Pavic
Professeur-médecin, Département de médecine – Service d'hémato-oncologie, FMSS
Directeur de la recherche médicale en oncologie de l'IRCUS
Médecin oncologue, Chef du service d'hémato-oncologie au CIUSSS de l'Estrie – CHUS
Chercheur au CRCHUS

Thomas Joly-Mischlich
Pharmacien, Département de pharmacie, CIUSSS de l'Estrie – CHUS
Chercheur au CRCHUS
Professeur associé, FMSS
Membre de l'IRCUS

Vincent Nault
Président-directeur général, LUMED
Diplômé de l'UdeS, programmes Recherche en sciences de la santé, FMSS


Informations complémentaires