3 questions à Myriam Lemelin… la géomatique au service des missions d’exploration spatiale

Des problèmes environnementaux aux missions d’exploration spatiale : le parcours de Myriam Lemelin étonne. C’est en étudiant des données géospatiales que la professeure en géomatique appliquée découvre le potentiel de ces outils dans un contexte de sciences planétaires. Puis, au fil de ses recherches, elle comprend que les problématiques environnementales sur Terre sont indissociables de tout ce qu’on observe sur les autres planètes.

La Chaire de recherche du Canada en télédétection de la géologie nordique et spatiale intègre donc ces deux passions. Elle permettra à Myriam Lemelin et à son équipe de poursuivre l’étude de la composition de formations géologiques dans l’Arctique canadien et sur la planète Mars. L’équipe analysera également la distribution de la glace et des minéraux aux pôles lunaires et sur certains astéroïdes afin de planifier les prochaines missions d’exploration spatiale. Le rover Yutu-2 de l’agence spatiale chinoise est d’ailleurs en train d’explorer la Lune grâce aux cartes des minéraux établies par la professeure, un accomplissement marquant de sa carrière!

Pour cette chercheuse, qui a commencé sa profession en télédétection spatiale en effectuant un stage à la NASA, la Lune reste un sujet de fascination. Et qui sait… Ces recherches lui permettront peut-être de s’y rendre un jour ou de soutenir les astronautes présents sur sa surface.

Discipline quelque peu méconnue, la géomatique consiste en tout ce qui a trait à l’acquisition, au traitement et à la diffusion des données géospatiales, qu’elles soient obtenues par des GPS, des missions sur le terrain ou encore des satellites. Cette discipline permet donc de brosser un portrait local ou global d’un phénomène d’intérêt.