Collation des grades 2019

Une année grand cru pour la famille Pinard-Badaroudine

Le clan Pinard-Badaroudine, tout sourire lors de la collation des grades du 21 septembre 2019. De gauche à droite, Luc Pinard, Félix Pinard, Soucila Badaroudine, Frédéric Pinard et Thierry Pinard.
Le clan Pinard-Badaroudine, tout sourire lors de la collation des grades du 21 septembre 2019. De gauche à droite, Luc Pinard, Félix Pinard, Soucila Badaroudine, Frédéric Pinard et Thierry Pinard.
Photo : Martin Blache - UdeS

La cuvée 2019 de la collation des grades revêtait une saveur particulièrement exaltante chez les Pinard-Badaroudine. Et pour cause! Sous le regard fier de deux parents et d’un frère diplômés et à l’emploi de l’Université de Sherbrooke, Thierry et Félix ont été investis des couleurs de l’université, au terme de leurs études à la Faculté d’éducation. Portrait d’une famille engagée dans son milieu et ouverte sur le monde, qui a pris racine à Sherbrooke… un peu grâce à l’UdeS!

Conseiller à l’Agence des relations internationales (ARIUS), Luc Pinard a notamment mis sur pied des programmes de parrainage et d’accueil pour les personnes immigrantes. Soucila Badaroudine, quant à elle, est l’Ombudsman qui protège les droits et responsabilités des étudiantes et étudiants.

De Madagascar à Sherbrooke

Lorsque je leur demande de me raconter l’histoire de leur famille, celle qui œuvre auprès de la communauté étudiante depuis plus de 35 ans, lance de but en blanc :

C’est une histoire d’amour et une histoire de vie!

Luc Pinard et Soucila Badaroudine travaillent à l'UdeS depuis de nombreuses années, là où ils se sont rencontrés et même mariés.
Luc Pinard et Soucila Badaroudine travaillent à l'UdeS depuis de nombreuses années, là où ils se sont rencontrés et même mariés.
Photo : Martin Blache - UdeS

Durant un contexte politique difficile à Madagascar, elle quitte l’île pour rejoindre son frère et poursuivre ses études en français à Sherbrooke, il y a une quarantaine d’années. C’est à l’Université de Sherbrooke qu’elle et Luc s’éprennent l’un de l’autre et même… qu’ils convolent en justes noces! Par la suite naissent Thierry ainsi que les jumeaux Félix et Frédéric. Aujourd’hui, le premier diplôme d’un bac en éducation et le deuxième d’une maîtrise en orientation. L’an prochain, ce sera au tour du troisième, qui en est à compléter un doctorat en psychologie.

Des accomplissements qui remplissent de fierté les deux parents, pour qui l’éducation est une valeur importante.

« Ma mère disait toujours que l’éducation est le plus bel héritage que l'on peut léguer à ses enfants », affirme Soucila. « Celui qu’on ne peut jamais vous enlever », complète Thierry, visiblement bien au fait du leitmotiv, comme le reste de la tribu.

S’ils n’ont jamais cherché à influencer les parcours de leurs fils, ils les ont dès leur plus jeune âge amenés à se responsabiliser afin qu’ils puissent faire des choix éclairés, et les ont toujours soutenus dans leurs décisions.

Un intérêt pour le monde et les autres

Les frères Félix et Thierry Pinard, nouvellement diplômés de la Faculté d'éducation.
Les frères Félix et Thierry Pinard, nouvellement diplômés de la Faculté d'éducation.
Photo : Martin Blache - UdeS

À l’instar de ses parents, la fratrie Pinard est résolument ouverte sur le monde et s’intéresse aux rencontres interculturelles. Alors qu’ils sont à l’école secondaire, les jumeaux Félix et Frédéric participent à un échange linguistique dans des familles ontariennes. Leur grand frère, Thierry, se rend aussi à Toronto pour apprendre l’anglais… dans une famille d’origine hispanophone! Avant d’entamer leur parcours universitaire, ils ont tous choisi de prendre part à des stages de coopération internationale, en Asie et en Amérique centrale. Des expériences riches sur le plan humain, qui se sont avérées déterminantes dans leur choix de formation universitaire.

Le domaine de l’éducation permettait à Thierry de jumeler sa passion pour l’histoire et les contacts humains. Il enseigne présentement dans un collège privé et anime des ateliers de ludopédagogie. Ayant un intérêt pour les mouvements de population et l’interculturel, il aimerait enseigner aux personnes immigrantes. D’origine argentine, son épouse a d’ailleurs pu venir le rejoindre à Sherbrooke pour son projet postdoctoral… à l’UdeS!

D’abord tenté par le droit – notamment pour sa forte propension à argumenter aux dires des membres de sa famille – Frédéric a réalisé, à la suite de son séjour au Vietnam, que le côté social et la psychologie étaient des avenues qui l’intéressaient. Il s’est dirigé vers la psychologie organisationnelle, applicable dans les milieux de travail.  Il est actuellement conseiller pédagogique en mesure et évaluation à la Faculté de médecine et de sciences de la santé.

Doté d’une grande écoute et ayant vu son intérêt pour la relation d’aide et les relations humaines confirmé lors de son expérience de volontariat international, Félix s’est tourné vers le domaine de l’orientation. Il y voit une combinaison idéale alliant la relation d’aide aux contacts humains. Il est aujourd’hui conseiller en recrutement au Bureau de la registraire, un emploi qu’il occupe depuis trois ans, et qu’il a concilié pendant qu’il était inscrit à la maîtrise et impliqué dans plusieurs associations et regroupements étudiants.

Une bourse d’implication en l'honneur de... Félix Pinard!

Félix Pinard, un étudiant qui s'est démarqué par son engagement dans son programme d'études.
Félix Pinard, un étudiant qui s'est démarqué par son engagement dans son programme d'études.
Photo : UdeS

Dernier étudiant à la maîtrise dirigé par la professeure émérite Marcelle Gingras, Félix a su se démarquer par son engagement dans son programme, ce qui a mené à la création d’une bourse d’implication en orientation… qui porte son nom!

Tout ce que je connais de Félix Pinard, c’est une bourse à son nom!

Luc Pinard, rapportant les propos d'un étudiant du programme de parrainage avec qui il discutait de sa famille.

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Luc Pinard et Soucila Badaroudine sont des gens généreux et humains, qui s’engagent dans leur communauté. Pour eux, rien n’est plus précieux que la famille. Et cette année, c’était tout en liesse que la famille célébrait la tradition de réussite et de dépassement des Pinard-Badaroudine. Une famille née « d’une grande histoire d’amour et d’une grande histoire de vie ».