Baladodiffusion

Le nouvel âge des extrêmes? – Les démocraties occidentales, la radicalisation et l’extrémisme violent


1er mars 2021 | Sabine Gauthier

Les Presses de l’Université de Montréal lançaient le 1er mars 2021 un ouvrage collectif codirigé par les professeurs David Morin et Sami Aoun. Le nouvel âge des extrêmes? regroupe les textes de plus d’une quarantaine d’auteurs issus de différentes disciplines et d’une dizaine de pays. L’ouvrage de quelque 600 pages met en exergue la nécessité d’engager une diversité de points de vue dans un dialogue constructif et fécond.

Discussion entre deux passionnés, les professeurs Sami Aoun et David Morin, questionnés par une experte du sujet, Sylvana A Baba Douaihy

« Quel est le portrait de la radicalisation et de l’extrémisme violents en Occident? », Sylvana Al Baba Douaihy

Photo Michel Caron UdeS

La radicalisation est un certain dérapage de la normalité…

 Professeur Sami Aoun

Les pays occidentaux sont un pourcentage infime des actions des groupes djihadistes sur la scène internationale… 

Professeur David Morin

… Oui c’est infime, mais ça pourrait éclabousser la confiance citoyenne. 

 Professeur Sami Aoun

Premier segment

« Quels actes faut-il considérer comme violents et inclure dans l’analyse du phénomène de la radicalisation et de l’extrémisme violents ? »

Photo Michel Caron UdeS

 … la radicalisation en soi, c’est-à dire-le fait d’avoir des idées radicales, est quelque chose d’acceptable dans une société démocratique. 

Professeur David Morin

 …un discours radical est tolérable dans la démocratie parce que la démocratie a cette largesse, cette générosité. Oui, il y a des radicaux qui ont fait bouger l’Histoire. Il y en a beaucoup. Mais ces radicaux n’ont jamais posé un acte de violence pour éliminer ceux qu’on prétend être l’ennemi. 

Professeur Sami Aoun

Deuxième segment

« Quelle est selon vous l’importance des réseaux sociaux par rapport à la question de la radicalisation? Font-ils en sorte que des gens se radicalisent davantage ? »

Le gourou n’est plus celui qui est dans ce club, cette association avec qui on interagit, c’est un gourou caché dont on ne connait pas le profil. Et on ne sait pas quel est son savoir culturel, philosophique ou religieux.

 Professeur Sami Aoun

Troisième segment

On n’a pas attendu Internet pour avoir de la propagande. Mais clairement, aujourd’hui, c’est un défi important parce que n’importe qui peut y communiquer des thèses extrémistes violentes, encourager des actes violents.

Professeur David Morin

Photo Michel Caron UdeS

« Quelle est la différence entre le djihadisme et l’extrême droite ? Y a-t-il un groupe qui est plus menaçant dans l’espace occidental? Et à travers ces deux tendances, où se situe l’extrême gauche? »

Photo Michel Caron UdeS

Tout extrémisme violent est menaçant. Il y a, dans le djihadisme, de l’extrémisme de droite, c’est pourquoi il a aussi en lui beaucoup d’idées fascistes; il y a un regard qui se rapporte même parfois à l’extrême gauche…

 Professeur Sami Aoun

On a de plus en plus une narration, une trame commune entre ces groupes d’extrême droite qui est en train de se constituer avec des figures marquantes, des histoires…

  Professeur David Morin

Quatrième segment

« Quels sont les débats récurrents et les enjeux que la radicalisation et l’extrémisme violents soulèvent dans le champ scientifique? Où en est la recherche? Comment nous donne-t-elle des éclairages? »

Cinquième segment

Notre ouvrage fait un pas en avant en ce sens parce qu’il va dissiper plusieurs angles morts. C’est notre prétention.

Professeur Sami Aoun

…Souvent on nous a dit, il faut nous aider à comprendre. Oui. Mais les chercheurs sont en train de s’impliquer aussi dans les solutions et dans la façon dont on peut mesurer l’impact des solutions.

Professeur David Morin


« Comment peut-on faire face à la radicalisation et à l’extrémisme violents et quelle peut être la contribution de la recherche sur ce plan? »

Photo Michel Caron UdeS
Sixième segment

On peut répondre aux armes par les armes… mais il faut répondre aux idées par d’autres idées… Ce qui ressort clairement, c’est que l’État, les gouvernements ne peuvent pas seuls faire face à la situation. Il faut qu’ils misent sur les acteurs de la société civile, sur les éducateurs, les enseignants, les travailleurs de rue, les travailleurs psychosociaux, sur les médias.

 Professeur David Morin

Le livre n’a pas seulement mis des jalons; il a indiqué les portes de sortie pour chercher une solution globale à cette radicalisation qui pourrait déraper à un certain moment et menacer le quotidien des gens qui vivent dans des démocraties occidentales.

Professeur Sami Aoun


David Morin est professeur titulaire à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et cotitulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents. Sami Aoun est professeur associé à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et directeur scientifique de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents. Sylvana Al Baba Douaihy est docteure en études du religieux contemporain et coordonnatrice générale de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents.