En mémoire des 215 enfants autochtones retrouvés morts

L'Université de Sherbrooke met son drapeau en berne

Par la mise en berne de son drapeau, l'UdeS affirme sa volonté de contribuer à la guérison et à la réconciliation.
Par la mise en berne de son drapeau, l'UdeS affirme sa volonté de contribuer à la guérison et à la réconciliation.
Photo : Michel Caron - UdeS

L’éducation devrait permettre aux gens de développer leur autonomie et leurs talents, et de se libérer par l’accès à la connaissance. Pour quelque 150 000 enfants autochtones et métis, les pensionnats auront plutôt été le lieu de privations et de souffrances, un lieu visant à effacer leur identité, d’où plusieurs ne sont jamais revenus ou ont été traumatisés à jamais.

En souvenir des 215 enfants dont les restes ont été retrouvés à Kamloops et pour se rappeler les vies brisées des jeunes autochtones et métis que le pensionnat a séparés de leur famille, a éloignés de leur culture et de leur langue, l’UdeS met son drapeau en berne et affirme sa volonté de contribuer à la guérison et à la réconciliation.