Inauguration de la nouvelle section herboristerie du jardin historique

Valorisation des savoirs traditionnels autochtones

L’Abénaquis Michel Durand-Nolet a donné une conférence sur les usages autochtones des plantes médicinales.
L’Abénaquis Michel Durand-Nolet a donné une conférence sur les usages autochtones des plantes médicinales.

Photo : Michel Caron - UdeS

Ce 1er septembre, l’inauguration de la nouvelle section herboristerie du jardin historique a amené l’Abénaquis Michel Durand-Nolet, forestier et spécialiste des herbes médicinales, à offrir une conférence sur les usages autochtones des plantes dans le cadre de la journée d’accueil et d’information à la maîtrise en histoire. Le conférencier, originaire d’Odanak, a été invité par le professeur Tristan Landry.

Le jardin historique de l’université compte désormais onze plantes médicinales.
Le jardin historique de l’université compte désormais onze plantes médicinales.

Photo : Michel Caron - UdeS

Le jardin historique de l’université compte onze plantes médicinales qui accompagnent désormais les « trois sœurs », soit la courge, le haricot et le maïs. Si certaines d’entre elles sont utilisées depuis des années par les communautés autochtones québécoises, tels le tabac sacré, la consoude, la sauge et l’achillée millefeuille, d’autres ont plutôt été apportées par les Européens.

Le jardin, situé entre les pavillons E3 et E4, est accessible à toutes et à tous. Une pancarte informative a été ajoutée et le site Web du jardin historique a été mis à jour afin de détailler l’histoire et l’usage traditionnel des plantes pour les personnes intéressées à en apprendre davantage.