Selon le classement Canada’s Top 50 Research Universities

L’UdeS, 15e plus grande université de recherche au pays

Photo : Jean-François Perreault

L’annonce crée une vague de fierté, et pour cause : l'UdeS s’est hissée 15e au palmarès des plus grandes universités de recherche au Canada, une position solide que l’institution attribue à la ténacité, au savoir-faire et à la diligence de ses équipes de chercheuses et de chercheurs.

Depuis 2 ans, la recherche à l’UdeS connaît une effervescence sans précédent, et cette grande vitalité se voit dans le prestigieux classement Canada’s Top 50 Research Universities.

Photo : Martin Blache - UdeS

En effet, dans ses résultats 2019 dévoilés le 7 novembre, la firme Research Infosource nous apprend que l’Université de Sherbrooke a bondi de la 18e à la 15place au palmarès des universités canadiennes affichant les plus importants revenus de recherche.

Loin d’être précaire ou provisoire, cette excellente position est soutenue par une hausse marquée des subventions de recherche, lesquelles sont habituellement accordées pour une période de 3 à 7 ans. Ainsi, il est tout à fait raisonnable de croire que l’UdeS maintiendra son rang enviable l’an prochain. Elle pourrait même grimper davantage dans le classement.

Les revenus de recherche désignent tout l’argent que l’institution reçoit en vue de soutenir ses activités de recherche : bourses aux chercheuses et chercheurs, subventions de recherche et contrats attribués par des entreprises privées ou des organismes gouvernementaux.

Selon le professeur Pierre Cossette, recteur de l’UdeS, il s’agit d’un saut prodigieux qui témoigne de l’excellente posture de l’UdeS :

Professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS
Professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS
Photo : Michel Caron - UdeS

Ces résultats confirment la pertinence de nos stratégies interdisciplinaires, qui mobilisent des équipes dans tous les secteurs et dans toutes les facultés pour répondre adéquatement aux grands enjeux de la société. La formidable adhésion des membres de notre communauté de recherche porte ses fruits et facilitera le recrutement aux cycles supérieurs.

Pierre Cossette, recteur de l’UdeS

Hausse fulgurante des revenus de recherche

Ce bond remarquable dans le Canada’s Top 50 Research Universities est précisément attribuable à une hausse substantielle des revenus de recherche de l’UdeS entre 2017 et 2018, lesquels sont passés de 132 M$ à 160 M$, une augmentation de 21 % en un an.

Professeur Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures
Professeur Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures
Photo : Michel Caron - UdeS

Selon le professeur Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, cette croissance est due à une panoplie de facteurs, mais celui qui prédomine est sans conteste l’impétuosité du corps professoral, qui travaille sans relâche à repousser les frontières du savoir :

Ce résultat est attribuable au succès de tous les secteurs de l’institution. Ce n’est pas un secteur en particulier qui nous a portés en avant. Dans les concours nationaux, on performe de manière égale ou supérieure aux moyennes, systématiquement, depuis 2 ans.

Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures

Les revenus de recherche provenant des partenariats avec les entreprises privées affichent également une hausse considérable de 27,5 % pour la période 2017-2018. Ce résultat favorable classe l’UdeS non seulement 3e à l’échelle nationale, mais 1re au Québec.

Le Canada compte près de 100 universités. Arriver 15e dans un classement national de recherche est une réussite spectaculaire, en particulier pour une université située dans une ville dont la taille est relativement petite.

L’Université de Sherbrooke sur une lancée

Les grands classements universitaires servent à témoigner de la performance des institutions dans diverses sphères. Tout récemment, on apprenait que, pour la 4e année consécutive, l’UdeS se classait 1re au Canada pour ce qui touche la satisfaction étudiante. Voilà qu’on apprend de surcroît qu’elle se positionne avantageusement au chapitre des revenus de recherche.

Avec plus de 100 groupes de recherche reconnus et près de 6000 chercheuses, chercheurs et personnes professionnelles de recherche, l’UdeS est assurément sur une bonne lancée.