Avez-vous dit orignal?

À une époque où les Français et les Anglais se disputaient le continent nord-américain, un autre peuple européen visitait régulièrement les côtes du Canada, mais sans chercher à s'y implanter : les Basques. Attirés par la pêche à la morue et la chasse à la baleine, les Basques ont séjourné dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent du 16e au 18e siècle et ont laissé des traces de leur passage dans la toponymie (municipalité régionale de comté Les Basques, île aux Basques, Havre aux Basques, etc.) et dans la langue courante. On leur doit notamment le mot orignal, qui s'est déjà aussi écrit orignac, et qu'on trouve dans les écrits de Champlain au tout début du 17e siècle :

Ils sont habillez de peaux, une partie de leur corps est couvert & l'autre partie descouverte: Mais l'hyver ils remedient à tout, car ils sont habillez de bo[n]nes fourrures, comme d'Orignac, Loutre, Castors, Ours-marins, Cerfs, & Biches, qu'ils ont en quantité. 

 (Champlain, 1603)

Le mot apparaît dans le Dictionnaire de l'Académie française dans sa 4e édition, en 1762, avec la graphie orignal, et est défini ainsi : « Les Canadiens donnent ce nom à l'élan. »

Au siècle suivant, le mot orignal, paraissant sans doute incongru à des oreilles européennes, a été confondu à quelques reprises avec le mot original. Émile Littré précise dans son dictionnaire, sous l'entrée orignal : « On dit aussi original, par confusion d'un mot inconnu avec un mot connu. » (Littré, 1863-1872) Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse indique aussi en remarque à la fin de l'article orignal : « On a dit quelquefois ORIGINAL » (Larousse, 1874), semblant déjà considérer cette pratique comme dépassée. Plus téméraire, l'Académie française met original en vedette dans la 7e édition de son dictionnaire, qui paraît en 1878. Cette décision fait bondir le lexicographe québécois Oscar Dunn qui écrit dans son Glossaire franco-canadien, publié deux ans plus tard :

Original. N'en croyez pas l'Acad[émie] lorsqu'elle dit qu'on appelle ainsi l'Élan du Canada, notre magnifique Orignal.

(Dunn, 1880) 

Bien que l'orthographe de ce mot ait connu un parcours mouvementé, la variante original n'est jamais passée dans l'usage et orignal reste la seule graphie usuelle aujourd'hui dans toute la francophonie pour désigner l'élan d'Amérique.


Voir aussi :