Aller au contenu

Journée mondiale de l'ingénierie pour l'avenir

Une ingéniosité de 50 M$ ?

À gauche : Martin Brouillette, Guillaume Gendron, Alexandre Camiré, Marc-Antoine Lacroix, Hugo Fortier-Topping, Thierry Hotte-Bélanger. À droite|rangée de gauche: Gabriel Vézina, Alex Marcil, Guillaume Dostie. À droite|rangée de droite : Philomène Marcotte, Jessica Jacques, Clément Ouellet-Léveillé.
À gauche : Martin Brouillette, Guillaume Gendron, Alexandre Camiré, Marc-Antoine Lacroix, Hugo Fortier-Topping, Thierry Hotte-Bélanger. À droite|rangée de gauche: Gabriel Vézina, Alex Marcil, Guillaume Dostie. À droite|rangée de droite : Philomène Marcotte, Jessica Jacques, Clément Ouellet-Léveillé.
Photo : UdeS - Michel Caron

Cinquante millions de dollars. Quelle équipe de recherche n’a pas un jour rêvé de pouvoir bénéficier d’une telle somme pour aller au bout de ses idées, de ses concepts, de ses rêves? Skyrenu, entreprise essaimée des travaux d’une équipe de recherche en génie chapeautée par le professeur Martin Brouillette, saura dans quelques mois si elle peut ajouter cette récompense inédite à sa feuille de route : elle fait partie des 20 équipes finalistes pour le grand prix de 50 millions $ de la compétition XPRIZE Carbon Removal!

Issue de la recherche à l’Université de Sherbrooke, la technologie novatrice de Skyrenu, évolutive et peu coûteuse, consiste en un système modulaire qui permet de capter le CO2 directement de l’atmosphère. Le procédé ingénieux vise ensuite la carbonatation de résidus miniers et industriels pour séquestrer le CO2 de façon fiable et durable.

En 2021, c’est une équipe étudiante de la Faculté de génie qui a tout d’abord été sélectionnée parmi 23 équipes gagnantes du concours XPRIZE Carbon Removal (Student Award). Par la suite, le projet a évolué à l’Université de Sherbrooke et est maintenant entre les mains de l’entreprise Skyrenu, qui vient d’être officiellement choisie parmi les 20 dernières équipes finalistes parmi les centaines de candidatures présentées à l'échelle planétaire. Fait intéressant à noter: elle est la seule équipe issue des prix étudiants à se retrouver en finale!

Cette distinction est une belle preuve de l'ingéniosité, de la ténacité et du dévouement de notre équipe. Cest en quelque sorte une forme de validation de tous les efforts faits par les étudiants, étudiantes et professionnels de mon laboratoire. Ça montre aussi qu'on a eu du flair lorsqu'on a ciblé la captation du carbone comme une avenue prometteuse. Les étudiants, ce sont eux qui concrétisent les idées farfelues des professeurs!

 Martin Brouillette, chef de la technologie de Skyrenu et professeur en génie mécanique

Les finalistes devaient démontrer entre autres une maturité opérationnelle et une possibilité réelle d’atteindre l’échelle du milliard de tonnes traitées dans les prochaines années, tout en tenant compte des impacts environnementaux et sociaux de leurs solutions.

Une technologie et une équipe teintées UdeS

La technologie utilisée par Skyrenu a été développée à l'UdeS, et les brevets appartiennent à l'Université par le biais de TransferTech. Skyrenu détient une licence exclusive mondiale pour la commercialisation de la technologie. « Actuellement, les étudiants sont en transition entre l'université et l'entreprise, explique le professeur. L'équipe actuelle compte six ingénieurs, tous diplômés de la Faculté de génie. Et, étonnamment – ou pas! – presque tous nos fournisseurs le sont aussi! »

Oser rêver

Gabriel Vézina, président et directeur général de Skyrenu et coordonnateur à la recherche à la Faculté de génie :

Nous sommes vraiment contents de la sélection de Skyrenu parmi ce groupe exceptionnel dinnovateurs climatiques. Cette nomination souligne le potentiel et l'importance cruciale de déployer des systèmes de captage direct de l'air combinés à la minéralisation du CO2 pour une élimination fiable et durable du carbone, en particulier pour des régions stratégiques comme le Québec.

En 2018, ce sont les enfants de Martin Brouillette qui ont semé une graine environnementale dans les activités de recherche de leur père :

Étant donné mon expérience d'inventeur, mes enfants, maintenant adultes, m'ont poussé à essayer de "sauver la planète.” Cest comme ça que le projet a démarré, sans savoir précisément ce que lon ferait ou même comment on allait le faire.  Mais maintenant, si on ose rêver un peu, gagner le concours permettrait à Skyrenu de mener à terme le développement et le déploiement de la technologie, pour le plus grand bien de tous et toutes.



Informations complémentaires