Véronique Giroux, Ph.D.

Professeure adjointe

Thème porteur : Cancer : biologie, pronostic et diagnostic
Axe du Centre de recherche du CHUS : Cancer : biologie, pronostic et diagnostic
Courriel : Véronique.Giroux@Usherbrooke.ca
Page personnelle : www.girouxlab.com

Laboratoire Giroux

Rôle des cellules souches gastrointestinales dans la régénération tissulaire et la carcinogenèse

Les cellules souches sont des cellules capables de s’auto-renouveler et de donner naissance à toutes les cellules différenciées d’un tissu (multipotentes). Elles sont responsables de la production de novo de cellules afin de compenser pour la perte de cellules qui se différencient ou meurent par apoptose. Elles sont des joueurs clés dans le maintien de l’homéostasie tissulaire mais également dans la régénération épithéliale suite à des stress tels que des infections, de l’inflammation, des radiations, etc. Les cellules souches sont extrêmement actives dans des tissus à renouvellement rapide comme l’épiderme et le tube digestif.

L’œsophage est tapissé d’un épithélium pavimenteux stratifié se renouvelant tous les 7 à 10 jours. L’existence de cellules souches au sein de cet épithélium demeurait controversée jusqu’à nos études. J’ai récemment identifié une population de cellules souches dans l’épithélium de l’œsophage chez la souris à l’aide du marqueur Kératine 15 (Krt15) (Giroux et al. JCI 2017). Les cellules Krt15+ de l’œsophage sont essentielles au maintien de l’homéostasie tissulaire et elles contribuent à la régénération épithéliale suite à une exposition à de fortes doses de radiation. Ces résultats étaient la première évidence de la présence d’une population de cellules auto-renouvelantes, multipotentes et régénératrices dans l’épithélium oesophagien et donc la confirmation de l’existence de cellules souches dans ce tissu. Notre objectif est maintenant 1) d’identifier les voies de signalisation ou processus biologiques responsables des caractéristiques distinctes des cellules Krt15+ et 2) de déterminer l’implication des cellules Krt15+ dans l’établissement d’une résistance aux traitements anticancéreux classiques (chimiothérapie et radiothérapie).

L’intestin est recouvert d’un épithélium prismatique simple se renouvelant tous les 3-5 jours. Deux principales populations de cellules souches ont déjà été identifiées : les cellules Lgr5+ localisées dans le bas de la crypte et les cellules « réserves » situées à la position +4 de la base de la crypte. Ces deux populations expriment différents marqueurs et possèdent certaines caractéristiques distinctes. Ces populations sont extrêmement dynamiques et font preuve d’une grande plasticité cellulaire. J’ai récemment décrite une population de cellules Krt15+ dans la crypte intestinale qui démontre des capacités auto-renouvelantes, multipotentes, régénératrices et initiatrices de tumeurs (Giroux et al. Stem Cell Reports 2018). Notre objectif est maintenant d’étudier le rôle de ces cellules dans la réponse inflammatoire et l’initiation et progression tumorale.

Méthodes utilisées

Immunofluorescence et immunohistochimie, microscopie confocale, cultures cellulaires 2D et 3D, transfection et infection virale, régulation génique (shARN, CRISPR/Cas9), RNA-seq, immunoprécipitation, WB, qPCR.

Modèles utilisés

- Modèle murin de traçage cellulaire, de délétion cellulaire ciblée, de délétion conditionnelle (Cre/LoxP), de carcinogenèse et d’inflammation

- Modèles de cultures 3D (organotypique et organoïde) dérivées de souris et de spécimens humains, cellules primaires et lignées cellulaires immortalisées

- Irradiation d’animaux et de modèles de culture 3D

- Tissus humains

Thèmes de recherche

- Cellules souches

- Régénération tissulaire

- Initiation tumorale

- Résistant aux traitements anti-cancéreux