Le fin mot

Il est parfois question d’environnement capacitant dans la réflexion sur les espaces d'apprentissage (classes d'apprentissage actif, fablabs, bibliothèques, laboratoires, espaces communs, etc.).

Environnement capacitant

Dans le plan d’action stratégique 2018-2022 de l’Université de Sherbrooke, il est question d’environnement capacitant en lien avec l’orientation « Développer la fierté et l’engagement de toute la communauté universitaire », action 14 : Concevoir des environnements de travail et d'études capacitants. Pour Jocelyn Beaucher, directeur de la Division santé et sécurité en milieu de travail du Service des immeubles, les environnements capacitants seraient des « environnements non seulement sécuritaires et favorables pour la santé physique mais aussi pour la santé mentale, des environnements favorisant la résilience, qui sont propices au développement et à la valorisation de chacun ».

Selon Falzon (2013), l’environnement capacitant est un concept qui a fait l’objet de plusieurs travaux en ergonomie. Il peut être abordé selon trois points de vue dans le monde du travail : préventif, universel et développemental. Alors que le point de vue préventif correspond à une « dimension classique de l’action ergonomique », le point de vue universel renvoie à :

« – un environnement sensible aux différences inter-individuelles […] : âge, sexe, culture, …

– compensant les déficiences liées à l’âge, aux maladies, aux incapacités,

– prévenant l’exclusion… ». (Falzon, 2013)

En ce sens, il pourrait être compatible avec la notion de conception universelle de l'apprentissage.

Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est le point de vue développemental qui favorise « la réussite et l’apprentissage ». Villemain et Lémonie (2014) parlent d’un « environnement permettant le développement de nouvelles compétences et de nouveaux savoirs, l’élargissement des possibilités d’action et du degré de contrôle sur la tâche et sur l’activité ». Il est parfois question d’environnement capacitant dans la réflexion sur les espaces d'apprentissage (classes d'apprentissage actif, fablabs, bibliothèques, laboratoires, espaces communs, etc.). C’est le cas lorsqu’on se demande comment on peut concevoir nos locaux universitaires – les classes, bien sûr, mais aussi les corridors, cafétérias, bureaux de professeurs, etc. – de même que les différents systèmes de l’organisation universitaire de manière à ce qu’ils favorisent l’apprentissage et la réussite des étudiants et du personnel.

« Du point de vue développemental (Falzon, 2008), l’approche par les capacités […] montre qu’un environnement capacitant est un environnement qui facilite l’accès aux ressources formatives (quelles qu’elles soient), leur identification, leur dynamisation, et qui apprend à les utiliser. » (Fernagu-Oudet, 2012)

Pour Villemain et Lémonie (2014), « un environnement de travail qui favorise le développement et l’apprentissage dans et par le travail…

  • offre des contraintes acceptables du point de vue de l’apprentissage-développement […];
  • laisse des marges de liberté et des marges temporelles suffisantes dans la réalisation du travail, autorisant l’erreur […] »;
  • permet aux opérateurs « [… d'] agir sur leur environnement, [de] s’organiser dans leur travail et [de] laisser dans l’environnement une trace dans laquelle ils peuvent se reconnaître ».

NDLR − L’auteur tient à remercier la professeure Marie-Ève Major, de la Faculté des sciences de l’activité physique, pour ses précieuses suggestions.

Sources

Beaucher, Jocelyn. « RE : Environnement capacitant : définition présentée au lancement de la planification stratégique », courriel personnel, 20 septembre 2018.

Falzon, Pierre. Le concept d'environnement capacitant, son origine et ses implications (vidéo), conférence « Des environnements capacitants à l’ergonomie constructive » donnée à l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, 30 mai 2013, 27 min 49.

Falzon, Pierre. Des environnements capacitants à l’ergonomie constructive (présentation PowerPoint) [sans date], 29 diapositives.

Fernagu-Oudet, Solveig. « Concevoir des environnements de travail capacitants : l’exemple d’un réseau réciproque d’échanges des savoirs », Formation-Emploi, no 119, juillet-septembre 2012, p. 24 (p. 7-27).

Université de Sherbrooke. Oser transformer – Plan stratégique 2018-2022, 4 p.

Villemain, Aude et Lémonie, Yannick. « Environnement capacitant et engagement des opérateurs : une mise en débat à partir de l’activité des techniciens de la base polaire Dumont D’Urville », Activités, vol. 11, no 2, octobre 2014, p. 26-43.

Abonnement au bulletin Perspectives SSF