On surveille pour vous

Le concept des entreprises d’entraînement

par Véronique Tremblay

Le fonctionnement d'une entreprise d'entraînement ou pédagogique (EEP) est simple : il s’agit de simuler les activités réelles d'une entreprise dans un contexte d’apprentissage.

Surtout connue dans les domaines de la vente, de la comptabilité, du marketing et des communications, des ressources humaines et de l’informatique, l’entreprise d'entraînement permet une simulation pour mettre en pratique les connaissances acquises. Elle peut aussi aider les personnes en retour au travail ou en recherche d'emploi (Therrien, 2015a).

Un concept qui n’est pas nouveau

Développée en Allemagne dans les années 50, l’entreprise d’entraînement servait à favoriser la réinsertion professionnelle d’anciens combattants. Les entreprises d’entraînement fonctionnent aujourd’hui au sein de réseaux comme le EUROPEN-PEN International (PEN), qui comporte plus de 7500 entreprises d’entraînement réparties dans plus de 40 pays.

C’est le New York City Department of Education qui introduit de telles simulations aux États-Unis. Il compte aujourd’hui une soixantaine d’entreprises d’entraînement intégrées aux programmes scolaires. Récemment, la City University of New York s'est engagée à intégrer le concept au niveau des études postsecondaires (source : Virtual Enterprises International).

Au Canada

Le Réseau canadien des entreprises d'entraînement (RCEE) comptait 30 membres en 2015, dont 22 pour une clientèle constituée de chercheurs d’emploi et 8 en milieu éducatif aux niveaux collégial et universitaire. Sa mission est de fournir des services aux entreprises d'entraînement canadiennes afin d'assurer leur fonctionnement, leur représentation et leur développement au sein du réseau international des entreprises d'entraînement (source : RCEE).

Au Québec, l’entreprise pédagogique de l’UQAR est l’unique entreprise en milieu universitaire membre du Réseau canadien des entreprises d’entraînement. Nommée AVISOEEP, cette PME fictive permet aux étudiantes et étudiants au baccalauréat en sciences comptables d’avoir une expérience de travail concrète durant leur formation universitaire.

Favoriser les apprentissages pratiques selon la méthode du learning by doing

L’entreprise d’entraînement va au-delà du stage en entreprise. Elle…

  • offre la possibilité d'apprendre en ayant droit à l'erreur, en recevant support mutuel et encouragements des pairs (Frétigné, 2001);
  • utilise une pédagogie qui valorise l’autonomie et la prise de responsabilités des apprenants;
  • devient le cadre de pratiques où l’autoformation participe au projet pédagogique des formateurs (Frétigné, 2010);
  • favorise l’apprentissage concret des savoir-faire et savoir-être en entreprise (Frétigné, 2010).

En plus de préparer au marché du travail, elles sont une source de motivation pour les apprenants. Grâce au learning by doing (Dewey, 1938) et aux pédagogies actives, l’apprenant se retrouve au cœur de la situation d’apprentissage où il doit apprendre dans et par l’action (Lison et Jutras, 2014).

Selon Scott Mitchell, directeur général d'Europen International, les cégeps, les universités et même les écoles secondaires au Québec auraient tout avantage à inclure les entreprises d’entraînement pédagogique dans leur cursus (Therrien, 2015b).

Questions en suspens

Est-ce que les entreprises d’entraînement concernent plutôt l’accompagnement vers l’emploi que la formation au sens propre? Y aurait-il intérêt pour les universités au Québec de s’inspirer davantage des entreprises d’entraînement pédagogique pour développer de nouvelles formules d’apprentissage, notamment en formation continue?

Sources

Bouchard, Jean-François, « Une première entreprise d'entraînement à l'UQAR », Info-UQAR, 27 mars 2014.

Frétigné, Cédric, « Les entreprises d’entraînement : logique formative ou logique productive? », Éducation et sociétés, 2001, vol. 1, no 7.

Frétigné, Cédric, « La formation individualisée en entreprise d’entraînement. Entre théorie et pratiques », Travail et formation en éducation, 2010.

Lison, Christelle, Jutras, France, « Innover à l’université : penser les situations d’enseignement pour soutenir l’apprentissage », Ripes, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 30 janvier 2014.

Réseau canadien des entreprises d’entraînement (site web consulté le 11 mai 2016).

Therrien, Yves, « Une entreprise d'entraînement pour apprendre à travailler », Le Soleil, 3 novembre 2015a.

Therrien, Yves, « Entreprise d'entraînement : une formation qui pourrait faire partie du cursus scolaire », Le Soleil, 6 novembre 2015b.

Virtual Enterprises International  (site web consulté le 11 mai 2016).

Perspectives SSF, mai 2016