Le fin mot

Professionnalisation

On entend beaucoup parler de professionnalisation dans certains programmes universitaires depuis quelques années. Si le terme a un usage général, on l’utilise dans certains cas avec un sens plus précis.

Plusieurs programmes universitaires mènent à l’exercice d’une profession bien définie qui est souvent – mais pas toujours – encadrée par un ordre professionnel ou un organisme semblable. On peut penser aux professionnels en physiothérapie, en psychologie, en conseil d’orientation ou en ingénierie, par exemple. Les enseignants des réseaux primaire et secondaire sont d’autres bons exemples. Au sens général, on dit de ces programmes qu’ils sont professionnalisants.

On peut aussi parler de professionnalisation des programmes disciplinaires lorsque l’on souhaite enrichir et expliciter le développement de savoirs et de compétences professionnelles qui débordent du strict cadre disciplinaire mais qui auront une grande importance sur le marché du travail. Par exemple, former l’étudiant à faire de la supervision de personnel, de la gestion de projets, etc.

Un autre sens spécifique de la professionnalisation d’un programme universitaire entre en jeu lorsqu’il est question de bâtir ou de réviser un programme sous forme de parcours de professionnalisation, dans un programme qui est par ailleurs déjà professionnalisant au sens général. On parle alors d’implanter un certain type d’approche par compétences qui vise à ce que les diplômés d’un programme professionnalisant soient encore mieux préparés à exercer leur profession, tant sur le plan de la compétence à exercer leurs fonctions que sur le plan de la culture et de l’identité professionelle.

Ces programmes proposent notamment des activités d’apprentissage qui correspondent aux activités authentiques typiques de la profession, et ce tout au long du programme. Ces activités vont en complexité croissante à mesure que l’étudiant avance dans le programme. En principe, tous les apprentissages pratiques et théoriques du programme devraient converger vers la capacité à agir de façon compétente dans ces types de situations. Simultanément, on entraîne les étudiantes et étudiants à devenir des professionnels réflexifs, en les guidant par divers moyens à prendre une distance critique face à leurs interventions.

Pour en savoir plus

Bélisle, Marilou et Tardif, Jacques (2013), «Baliser les parcours de formation professionnalisants : un cadre conceptuel intégrant compétences, culture et identité professionnelle», dans Actes du colloque Questions de pédagogies en enseignement supérieur 2013, p. 198-205.

Le Boterf, Guy (2000), Construire les compétences individuelles et collectives, Paris, Éditions d’Organisation.

Service de soutien à la formation (s.d.), Destination parcours, Université de Sherbrooke (authentification requise).

Wittorski, Richard (2012), «La professionnalisation de l’offre de formation universitaire : quelques spécificités», Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], vol. 28, no1, mis en ligne le 19 avril 2012, consulté le 7 mai 2015.

Perspectives SSF, mai 2015