Les débats de l'À propos

Faut-il connaître nos étudiants pour bien leur enseigner?

Dans le dernier numéro du bulletin Perspectives SSF, Serge Allary expliquait : « La prise en compte des véritables caractéristiques de l’étudiant permet un étayage de la formation, une adaptation adéquate du processus d’apprentissage, un choix judicieux au niveau des méthodes pédagogiques, particulièrement dans l’élaboration et la réalisation des situations d’apprentissage. »

En somme, il demandait aux professeurs et aux chargés de cours s’ils savaient qui sont leurs étudiantes, leurs étudiants? (Voir l’éditorial à ce sujet.) Des questions complémentaires pourraient être les suivantes :

  • Quelles caractéristiques définissent les étudiants actuels?
  • Lesquelles de ces caractéristiques doit-on considérer, et comment, afin de favoriser les apprentissages?
  • Quels avantages y a-t-il à tenir compte de ces caractéristiques? À bien connaître ses étudiants? Quels risques peut-il y avoir à enseigner pour un « étudiant moyen »?
  • Quels enjeux particuliers en lien avec les étudiants adultes, les étudiants internationaux, les étudiants avec difficultés d’apprentissage, etc.?

Deux professeurs ont accepté de répondre à nos questions.


Membre du corps professoral du Département de biologie depuis 1990, Carole Beaulieu se spécialise en phytopathologie. Ses travaux visent à comprendre les mécanismes de virulence des actinobactéries causant la gale commune de la pomme de terre. Elle dirige depuis 2004 l’équipe du Centre Sève, un centre de recherche interinstitutionnel financé par le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies qui vise à accroître la productivité végétale tout en tenant compte des divers impacts environnementaux, sociaux et éthiques qui sont liés à ce domaine. L’équipe du Centre Sève a d’ailleurs reçu le prix Grande distinction en enseignement universitaire – volet équipe de l’Université de Sherbrooke en 2018. Carole Beaulieu a dirigé plus de 60 étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs. Nommée vice-doyenne à l’enseignement en 2017, Carole Beaulieu est doyenne de la Faculté des sciences depuis le 1er juin 2018.


Titulaire d’un doctorat en sciences de la motricité obtenu à l’Université de Louvain (UCL, Belgique), François Vandercleyen est professeur à la Faculté des sciences de l’activité physique de l’Université de Sherbrooke depuis 2013. Ses travaux de recherche portent principalement sur les pratiques d’accompagnement des stagiaires en formation initiale à l’enseignement. François Vandercleyen participe également à un projet international de recherche collaborative qui vise à mettre en place un dispositif innovant de formation à l’égard des enseignants associés en éducation physique. Par ailleurs, il est membre associé du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante. Responsable de la formation pratique et des stages, le professeur Vandercleyen est directeur par intérim du baccalauréat en enseignement en éducation physique et à la santé.

Abonnement au bulletin Perspectives SSF