On surveille pour vous

Google Glass

L’informatique prête à porter

Quelques mots sur la tendance émergente aux ordinateurs vêtements (traduction de l’Office québécois de la langue française pour wearable computers ou wearables) comme un bracelet qui calcule votre activité physique, un gant qui contrôle d’autres appareils et permet de manipuler des objets 3D, etc. Si ces petits bijoux et accessoires informatisés peuvent nous apparaître encore éloignés dans le temps (quatre à cinq ans, selon le Horizon Report 2013), la livraison en février dernier des premiers prototypes de lunettes Google Glass, les rumeurs d’une montre Apple, de même que le potentiel pédagogique qu’y décèlent certains chroniqueurs techno, nous convainquent de ne pas les perdre de vue.

Certains experts croient que ces technologies sont mûres pour une percée dans le marché parce que la nouveauté du téléphone intelligent s’est affadie. D’autant que les ordinateurs vêtements intéresseront aussi bien les technophiles (pour le côté gadget) que le grand public (pour le côté accessoire mode). Munis de senseurs, ils permettront d’accéder en temps réel à des données sur le corps humain et sur nos façons de vivre. Cette rétroaction instantanée pourrait nous rendre d’autant plus adaptables à une variété de situations.

Quel intérêt pour l’apprentissage? Parce qu’ils sont légers et discrets, les ordinateurs vêtements constituent de merveilleux outils de mesure et de prise de vidéos, photos ou notes sur le terrain. Les données biométriques fournies par ces appareils nous renseigneront-elles sur le niveau d’attention des étudiants pendant un cours? Si les téléphones intelligents dotés de caméras soulèvent des questions importantes relativement au plagiat et à la vie privée, qu’en sera-t-il de bidules qui se fondent avec la tenue de celui ou celle qui les porte?

Ainsi, certains analystes (Kim, Cotnoir) imaginent le potentiel pédagogique des fameuses lunettes de Google.

Quelques scénarios à considérer

  • Pour la FAD : Avec des lunettes branchées, nul besoin d’un ordinateur portable ou d’un téléphone intelligent pour accéder aux contenus et interagir avec ses étudiants ou ses collègues. Le visionnement de vidéos, la consultation de contenus, la révision de messages dans les forums de discussion ou la captation vidéo d’un cours ne requièrent qu’une commande vocale. On imagine une professeure donner son cours à partir d’un laboratoire ou d’un site géologique particulier… 
  • Pour les plateformes en ligne : Comment optimiser un ENA institutionnel afin de profiter pleinement des fonctionnalités de ce type d’appareil?
  • Pour accélérer le passage du papier aux ressources numériques : De telles lunettes remplaceront-elles les tablettes et liseuses, plus encombrantes et limitées dans leurs fonctionnalités respectives? Un formateur pourrait accéder à ses notes de cours pendant qu’il enseigne, sans quitter sa classe des yeux.

Sources

Agence France-Presse, «Tim Cook nourrit les rumeurs d’une iWatch», Lapresse.ca, 29 mai 2013.

Cotnoir, Joseph, «Taking Classes with Google Glasses: Wearable Computers and Higher Education», Technology for Teaching and Learning, Worcester Polytechnic Institute, 30 mars 2013.

Kim, Joshua, «A few Google Glass Education Fantasies», Inside Higher Ed Blog, 28 avril 2013.

Lepi, Kathi, «7 Pieces Of Wearable Tech Being Developed Right Now», Edudemic, 18 février 2013.

New Media Consortium/EDUCAUSE, NMC Horizon Report 2013 Higher Education Edition, février 2013, 40 p.

Seraiocco, Nadia, «La technologie prête à porter de plus en plus présente», blogue Triplex, Radio-Canada, 27 mai 2013.

Ulanoff, Lance. «Google Glass Hands On», Mashable OP-ED, 1er mai 2013.

Warr, Philippa, «Robert Scoble: Google Glass has changed my life», Wired UK, 29 avril 2013.

Wilson, Mark, «7 Reasons Why Wearables Are Poised To Disrupt Our Lives», FastCompany, 12 février 2013.

Perspectives SSF, juin 2013