Le fin mot

Savoir-devenir

À la triade «savoir, savoir-faire et savoir-être», on peut désormais ajouter le savoir-devenir.

Sur son blogue, Jacques Rodet, consultant en formation à distance et maître de conférences à l’Université de Versailles, contextualise le savoir-devenir comme suit :

«L'obsolescence de plus en plus rapide des connaissances, l'évolution sans fin des technologies, l'apparition et la disparition des savoir-faire qui leur sont liés, tout pousse l'individu à ne plus se satisfaire d'une définition présente de ses compétences mais d'être en mesure également de se projeter dans celles qu'il est en train de construire et qui lui serviront demain.

«Ainsi, le savoir-devenir renvoie à la capacité de l'individu à se projeter, c'est-à-dire à concevoir ici et maintenant une représentation de son futur tant par identification de son parcours, de son itinérance, de son histoire de vie, que par imagination, ouverture aux opportunités et autorisation à être celui qu'il souhaite être, ou encore par la mobilisation d'habiletés à la planification dans le but de scénariser la succession de ses actions, d'identifier les contraintes et les risques, de réduire les incertitudes.»

Selon Marcel Lebrun, professeur en technologies de l'éducation et conseiller pédagogique à l'Institut de pédagogie universitaire et des multimédias de l’Université catholique de Louvain, le concept de savoir-devenir serait inspiré de l'évolution de la taxonomie de Bloom – largement dévolue aux savoirs et savoir-faire cognitifs – à laquelle Lorin W. Anderson en particulier a ajouté la notion de créativité.

Dans son dernier livre, Comment construire un dispositif de formation? (2011, De Boeck), Lebrun distingue notamment savoir-être et savoir-devenir :

  • «Le savoir-être concerne davantage la manière par laquelle l'individu se situe en tant que personne à part entière : par rapport au contexte, par rapport à lui-même dans ce contexte, par rapport à sa position personnelle face aux problèmes qui s'y posent, par rapport aux autres; nous entrons ici dans la sphère des valeurs, des attitudes et des comportements;
  • Le savoir-devenir ajoute au précédent une perspective dynamique et temporelle : la manière dont la personne se met en projet en tentant d'infléchir le cours des choses, en cherchant du sens dans son futur.»

Pour Charles-Henri Amherd, professeur au Département d’orientation professionnelle de l’Université de Sherbrooke, alors que le savoir-être renvoie à l’idée de «se connaître soi-même», le savoir-devenir, c’est la capacité de se projeter, de se découvrir en conjuguant «l’avenir et le présent». En cela l’expression rappelle le «devenir ce que nous sommes» de Nietzche. Très lié au développement de l’identité professionnelle, «c’est le défi de la formation de demain», selon le professeur Amherd.

Pour en savoir plus

Amherdt, Charles-Henri et Fatima Bousadra, «La santé émotionnelle au service du savoir-devenir : Le cas des étudiants en génie d’une université canadienne», site Orientaction.ca, automne 2007, [Document PDF].

Lebrun, Marcel et Renata Vigano, «Des multimédias pour l'éducation : de l'interactivité fonctionnelle à l'interactivité relationnelle», Cahiers de la recherche en éducation, Université de Sherbrooke, Canada, 1995, vol. 2, no 3, 1995, p. 457-482 [Document PDF].

Lebrun, Marcel, D. Smidts et G. Bricoult, Comment construire un dispositif de formation? coll. «Guides pratiques», De Boeck, 2011, 200 p.

Rodet, Jacques, «Savoir devenir», blogue t@d (tutorat à distance), 10 novembre 2007.