Institut de pharmacologie de Sherbrooke (IPS) 

par Jean-Sébastien Dubé

Responsables - Nous avons rencontré M. Éloïc Colombo, coordonnateur de l’IPS, de même que Mme Veronik Lamoureux, stagiaire aux communications. À noter que les quatre balados actuellement disponibles sur le site de l’IPS ont été réalisés par Mme Marie-Pier Lajoie, stagiaire prédecesseure de Mme Lamoureux. Cette dernière a notamment le mandat de produire de nouveaux balados.

Objectif - Pour M. Colombo et Mme Lamoureux ces balados ont d’abord un objectif de vulgarisation, tout en augmentant la visibilité de l’IPS. C’est l’occasion de démystifier le travail des chercheuses et chercheurs et des étudiantes et étudiants de l’IPS. D’après M. Colombo, « On veut aller au-delà de certains préjugés liés à l’industrie pharmaceutique. On fait de la bonne science à l’IPS. C’est important de mettre en valeur les projets et les découvertes plutôt que de seulement faire connaître nos programmes. »

Public-cible - On cherche à rejoindre autant les professionnelles et les professionnels du domaine que le grand public, avec des sujets d’intérêt tant pour les scientifiques que pour les non-scientifiques. Les balados produits sont d’ailleurs rendus disponibles sur le site Web et sur la page Facebook de l’IPS, puis diffusés via les pages LinkedIn et Facebook de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, de même que sur celles de l’UdeS.

Éloïc Colombo et Veronik Lamoureux

Intérêt pour l’enseignement - M. Colombo et Mme Lamoureux croient que ces balados comportent une valeur certaine pour l’enseignement populaire et l’autoformation, notamment parce qu’ils offrent la possibilité d’écouter plusieurs fois des passages où sont données des explications scientifiques plus complexes. D’après Véronik Lamoureux, « En période de pandémie, il est intéressant de pouvoir apprendre sans être constamment devant son ordinateur. »

Rétroaction obtenue - Les balados de l’IPS ont commencé à être diffusés en mai 2020. Aussi M. Colombo admet qu’elles ont encore suscité peu de réactions autres que des mentions « J’aime » sur Facebook. Mme Lamoureux cherchera d’ailleurs à augmenter l’interaction autour des balados actuels et futurs, par exemple, au moyen d’un sondage adressé aux auditrices et auditeurs leur demandant ce qu’ils aimeraient entendre.

Objectifs atteints? Pour les gens de l’IPS, « raconter une histoire mène à des succès ». Les contenus sont choisis avec les professeurs Éric Marsault et Philippe Sarret, codirecteurs de l’IPS. La baladodiffusion est un moyen de communication parmi d’autres (ils utilisent aussi les capsules vidéo et des articles écrits). C’est le sujet qui dicte le format médiatique à adopter. Le ou la stagiaire mène les entrevues et coordonne la réalisation des balados.

Principal défi - Il faut du temps pour réaliser un balado, même au rythme d’un par mois. Rendre la captation intéressante reste toujours un défi, alors que toutes et tous ne sont pas à l’aise de partager, de communiquer leur science.

Principale fierté - Les personnes interviewées – chercheuses, chercheurs et autres - sont contentes, motivées et ouvertes. Il est facile de les recruter pour discuter de ce qui les passionne.