Le SSF veille

Génération globaliZée

par Alain Mélançon

On a dit que la génération Y était ouverte sur le monde, qu'elle arrivait dans un monde à réinventer avec un super pouvoir dans ses mains : le numérique.

« Pour nous, la Terre est plate. Aujourd’hui, entre un jeune Sud-Africain, un jeune Américain et un jeune Français de 25 ans, il y a plus de points en commun qu’entre un jeune Français de 25 ans et un baby-boomer français de 55 ans! » (Duez, 2015)

Cependant, si les Z sont dans la continuité de leurs prédécesseurs, leur génération est la première issue de la mondialisation.

Par exemple, entre 2000 et 2010, selon le Bureau du recensement des États-Unis, la population hispanophone a connu une croissance quatre fois plus élevée que le reste de la population (U.S. Census Bureau, 2011). Le nombre d’Américains qui ont déclaré être métissés de race blanche et noire a grimpé de 134 % et ceux mélangeant les races blanches et asiatiques ont connu une hausse de 87 % (U.S. Census Bureau, 2012).

Ces changements démographiques influencent la culture de la jeunesse Z : « For today’s 14-year-olds, the nation’s first African-American president is less a historic breakthrough than a fact of life ». (Williams, 2015) Cette jeunesse représente la mixité des cultures et des intérêts et elle est totalement globale par son accès constant aux technologies et son appétit insatiable à consommer des contenus :

« Gen Z is the first generation to be truly a global one. Not only are the music, movies and celebrities as global for them as they have been for previous generations, but through technology, globalisation and our culturally diverse times, the fashions, foods, online entertainment, social trends, communications and even the “must watch YouTube videos and memes” are global as never before. » (McCrindle, 2012)

Cette jeunesse représente la mixité des cultures et des intérêts et elle est totalement globale par son accès constant aux technologies et son appétit insatiable à consommer des contenus

Globalisation et mobilité internationale

Depuis 10 ans, les étudiantes et étudiants qui passent les frontières à la recherche de connaissances et d’expériences sont en croissance. On estime qu’en 2014, le nombre d’étudiants en mobilité internationale a dépassé la marque des cinq millions et qu’en 2022, ce nombre aura atteint les sept millions (ICEF, 2014; OCDE, 2014).

Une étude de 2014 sur le programme de bourses Erasmus (Commission européenne, 2014) illustre que les étudiantes et étudiants qui ont participé à une expérience internationale ont des valeurs plus élevées dans six traits de personnalité que les employeurs ont dit importants à l’employabilité :

  • la tolérance à l’ambiguïté;
  • la curiosité;
  • la confiance en soi;
  • la sérénité;
  • l’esprit de décision;
  • la résolution de problèmes.

De par sa population massive ‒ un peu plus de 50 % de la population mondiale (Unesco, 2012) ‒ la génération de moins de 30 ans bénéficiera de plus en plus d’un accès à l’éducation à la grandeur de la planète. Les programmes de mobilité internationale des étudiants et l’accès à la formation à distance permettront de combler les aspirations professionnelles de la génération Z.

Cependant, trop peu d’étudiants canadiens participent à des programmes d’études à l’étranger : seuls 3 % des inscrits à l’université et 1 % de ceux inscrits au collège s’en prévalent. Conséquence : une génération qui pourrait ne pas avoir acquis les compétences essentielles pour s’y retrouver dans un monde de plus en plus interconnecté.

Remarquons toutefois que les Z n’estiment plus toujours nécessaire de parcourir le monde pour développer leur réseau professionnel :

« Si leurs aînés de la génération Y, surnommée génération Erasmus ou Ryanair, adoraient partir à l’aventure aux quatre coins du monde, les jeunes Z discutent avec des gens du monde entier sur la toile, mais sont beaucoup moins enclins à se lancer sur les routes. » (Majcherczyk, 2015)

Le défi de l’internationalisation locale

En se concentrant sur cette prémisse que les Z préfèrent utiliser les TIC aux voyages, il est de plus en plus urgent d’intégrer l’internationalisation aux formations universitaires, afin que tous les étudiants puissent bénéficier des résultats positifs de l’exposition à ces réalités. Cette nouvelle tendance se nomme « internationalisation locale ». Ce terme, largement utilisé aujourd’hui, constitue un développement majeur du concept d’internationalisation.

« L’internationalisation locale est l’intégration intentionnelle de dimensions internationales et interculturelles au cursus officiel et officieux pour tous les étudiants en milieu d’apprentissage national (Beelen et Jones, 2015). »

L’utilisation du terme « milieu d’apprentissage national » insiste sur le fait que l’internationalisation locale ne se limite pas au campus; elle comprend les possibilités d’apprentissage interculturel et international acquis grâce aux activités et à la participation à la communauté locale.

Les exemples suivants (BCEI, 2015) peuvent donc s’intégrer à l’enseignement universitaire et rejoindre les valeurs des nouvelles générations pour qui l’université ne se limite plus à l’institution, et peuvent faire de l’apprentissage une expérience plus ouverte :

  • mobilité des étudiants arrivant dans le pays;
  • internationalisation des cursus;
  • mobilité et formation des enseignants et du personnel (dans les deux sens);
  • recherches comparatives;
  • activités en dehors des salles de classe;
  • liaison avec la communauté locale.

Enfin, alors seulement que nous commençons à comprendre les Y et à appréhender l’arrivée des Z, ces tendances nous indiquent possiblement qu’il ne s’agit pas seulement d’une histoire de jeunes ou de générations, c’est peut-être seulement le symptôme d’un monde qui change.

Sources

Bureau canadien de l’éducation internationale, Un monde à apprendre : Résultats et potentiel du Canada en matière d’éducation internationale 2015, novembre 2015.

Duez, Emmanuelle, La génération Z en action : pourquoi rien ne l’arrêtera (vidéo), Positive Economy Forum, Le Havre, France, septembre 2015.

Majcherczyk, Julie, « La génération Z invente un nouveau langage », IP Belgium, 2015.

McCrindle, « Global », blog, GenerationZ.com.au, 2015.

UNESCO, Statistics on Youth, World Radio Day, février 2013.

U.S. Census Bureau,Two or More Races Population, 2010

U.S. Census Bureau,The Hispanic Population, 2010.

Perspectives SSF, décembre 2015