Le fin mot

Différenciation pédagogique

On observe depuis quelques années une diversification croissante du profil des étudiants à l’intérieur des classes, autant en raison de l’inclusion de clientèles dites « à besoins particuliers » qu’en raison de l’hétérogénéité des profils de formation antérieure des personnes qui s’y retrouvent. Dans ce contexte, les appels à la différenciation pédagogique comme moyen de favoriser l’équité, l’inclusion et la réussite de tous se font de plus en plus pressants.

L’idée de diversifier l’enseignement n’est pas nouvelle; dès 1971, Louis Legrand définissait la pédagogie différenciée comme étant « un effort de diversification méthodologique susceptible de répondre à la diversité des élèves ». On ne s’étonnera donc pas de constater que le premier numéro de la publication scientifique Learning and Individual Differences – Journal of Psychology and Education spécialisée sur la question remonte à 1989, soit bien avant que le concept de différenciation pédagogique se répande dans les milieux de l’enseignement. Bien qu’il existe depuis longtemps, le concept reste encore en mouvance à ce jour; ainsi, le colloque du 80e Congrès de l’ACFAS (2012) sur la différenciation pédagogique consacrait un volet entier à la définition du concept.

La différenciation pédagogique postule que les étudiantes et étudiants approchent l’apprentissage de manière différente suivant leurs capacités, leurs acquis antérieurs, leurs préférences ou leurs besoins. C’est donc dire que dans une situation pédagogique uniforme pour tous, les différences d’un étudiant à l’autre se transforment en inégalités puisqu’une pédagogie unique favorise toujours les mêmes étudiants, ceux dont les représentations et les capacités sont les plus compatibles avec ce qui leur est proposé.

La différenciation pédagogique postule que les étudiants approchent l’apprentissage de manière différente suivant leurs capacités, leurs acquis antérieurs, leurs préférences ou leurs besoins

Une approche basée sur la différenciation pédagogique permettra donc d’ajuster l’enseignement de façon à tenir compte de cette diversité, en prévoyant des modalités pédagogiques alternatives et variées. On souhaite ainsi proposer des situations pédagogiques les plus significatives possible pour chacun, et ce quelles que soient leurs différences sur le plan cognitif, socioculturel ou psychologique. C’est là une rupture importante par rapport à la tradition d’une pédagogie uniforme à laquelle chaque élève doit se conformer.

Quelques principes à la base de la différenciation pédagogique

  • diversité des modes de communication, autant pour la présentation des contenus que pour les modalités d’évaluation : écrite, orale, imagée ou gestuelle
  • diversité des activités proposées : emploi du temps, lieux de déroulement des activités, supports utilisés, mode de regroupement des élèves dans la classe
  • diversité des modalités de soutien : tutorat, collaboration entre étudiants, aide au travail personnel, etc.
  • importance des interactions (échanges, collaboration) pour créer un déséquilibre cognitif par la rencontre entre différentes conceptions et représentations mentales chez les étudiants
  • importance de l’évaluation diagnostique qui permet une meilleure compréhension de ce qui peut entraver l’apprentissage
  • importance de l’évaluation formative et de l’explicitation des stratégies de métacognition, autant pour aider l’étudiant à adapter sa propre démarche que pour aider l’enseignant à adapter son enseignement en fonction des difficultés rencontrées
  • mesure de la progression, et non seulement l’atteinte de l’objectif visé

Attention aux modalités suivantes, souvent confondues avec des initiatives de différenciation pédagogique :

  • des mesures d’accommodation ou d’allègement, réservées aux élèves handicapés ou présentant des difficultés particulières
  • des modalités d’enseignement individuel ou personnalisé, qui impliquent une intervention sur mesure pour répondre aux besoins d’un étudiant en particulier. Par la différenciation pédagogique, on cherche plutôt à varier les modalités proposées pour s’adapter aux besoins et particularités d’un plus grand nombre d’étudiants possible
  • des activités qui permettent d’apprendre à son rythme. Dans un contexte de différenciation pédagogique, le rythme devrait être plutôt standard, c’est plutôt le soutien, les modalités qui peuvent être différenciées d’un élève à l’autre

À ce jour, le concept de différenciation pédagogique est principalement utilisé en enseignement primaire et secondaire. Ainsi, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) parle de « flexibilité pédagogique », et rappelle que cette dernière doit s’accompagner de mesures de soutien adéquat pour bon nombre d’élèves présentant des besoins particuliers. (MELS, Qc, 2014) Mais dans un contexte où les moyens technologiques facilitent davantage une plus grande modularisation – voire personnalisation – des contenus de formation et considérant une préoccupation de plus en plus marquée relative à la réussite étudiante, l’idée est certainement appelée à se répandre en enseignement supérieur dans les années à venir.

Sources

Philippe Perrenoud, « Différencier : un aide-mémoire en quinze points », Vivre le primaire, vol. 2, mars-avril 2005.

Legrand, Louis, La différenciation pédagogique, Scarabée, CEMEA, Paris, 1984, cité dans « Différenciation pédagogique », Wikipédia, dernière mise à jour : 7 novembre 2015.

La différenciation pédagogique : recherches et pratiques pour favoriser la réussite de tous les élèves, colloque no 515 du 80e Congrès de l’ACFAS, Montréal, du 7 au 11 mai 2012.

La différenciation pédagogique – Réflexions et actions d’équipes-cycle du préscolaire, du primaire et du secondaire qui l’ont expérimentée.

Précisions sur la flexibilité pédagogique, les mesures d’adaptation et les modifications pour les élèves ayant des besoins particuliers, Québec, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2014.

Legendre, Renald, « Différenciation pédagogique », Dictionnaire actuel de l’éducation, 3e édition, Montréal, Guérin, 2005.

Learning and Individual Differences ‒ Journal of Psychology and Education.

Perspectives SSF, décembre 2015