L’appropriation de connaissances scientifiques pour éclairer l’innovation dans les pratiques pédagogiques

par Stéphanie Lanctôt, professeure Marilou Bélisle, Nathalie Lefebvre et Dominic Brierre

Que retenir des modèles de leadership en santé pour l’élaboration d’un microprogramme de 3e cycle en réadaptation?

Quels sont les cadres de référence les plus adaptés pour soutenir le développement de la compétence numérique dans un programme de 2e cycle en conseillance pédagogique?

Voilà deux questions à l’origine de la phase d’appropriation des connaissances de deux incubées[1], l’une des phases clés de la démarche SoTL[2] (figure 1) privilégiée dans l’i2P. Dans le but de bien accompagner ces personnes dans la phase importante qu’est l’appropriation de connaissances, nous avons établi une démarche rigoureuse de recension, d’organisation, de traitement, d’analyse, de synthèse et d’intégration des connaissances. Cette démarche permet de s’assurer (1) de garder le cap sur le problème ou le besoin à combler dans la pratique ou le contexte d’enseignement et (2) d’éclairer les choix à faire aux phases ultérieures de conception, d’évaluation et d’implantation de l’innovation pédagogique ou curriculaire.

Figure 1. La démarche SoTL

La phase d’appropriation de la démarche SoTL permet au personnel enseignant (professeures et professeurs, chargées et chargés de cours, conseillères et conseillers pédagogiques) de renseigner leur pratique par des écrits en pédagogie de l’enseignement supérieur. 

Lorsqu’elle suit la phase d’analyse, la phase d’appropriation peut servir à clarifier les intentions pédagogiques, c’est-à-dire les apprentissages visés par le projet d’innovation (ex. : que signifie l’interdisciplinarité ou la collaboration?), ou encore à identifier des écrits, des sujets ou des pratiques à explorer qui s’apparentent à ce que la personne incubée souhaite faire avec ses étudiantes et étudiants. Parfois, lorsqu’on a une idée de la formule pédagogique qui sera au cœur de l’innovation (ex. : l’apprentissage par projet), la phase d’appropriation sera plus « bénéfique » parce qu’elle permettra alors de formaliser ou de consolider les cadres théorique(s) et pratique(s) qui sous-tendent le projet d’innovation pédagogique ou curriculaire.

Figure 2. Se poser les bonnes questions

Toutefois, se lancer dans la phase d’appropriation sans préparation serait comme ouvrir la boite de Pandore… C’est pourquoi l’i2P propose une démarche qui permet de cerner et de délimiter adéquatement le ou les thèmes de la recension à réaliser et de déterminer les ressources matérielles ou humaines, les espaces physiques ou virtuels de partage et de développement, etc. qui sont effectivement disponibles. Pour éviter de se perdre dans les méandres de la recherche documentaire, voici les cinq questions à se poser pour réaliser la phase d’appropriation des connaissances (figure 2).

Figure 3. Les 5 étapes de phase d’appropriation de connaissances

Ces questions sont au cœur des 5 étapes de la phase d’appropriation de connaissances (figure 3). Elles permettent aux personnes incubées et à celles qui les accompagnent de bien cibler l’objectif de la recension des écrits et des pratiques afin d’en arriver à effectuer le choix d’un cadre de référence, d’un modèle ou d’un concept en adéquation avec le projet d’innovation.

En guise de présentation des résultats d’une recension, nous avons opté pour la réalisation d’un portrait des connaissances à l’intention de la personne incubée ainsi que de l’ensemble de la communauté. À l’intersection d’une synthèse de veille scientifique, d’un texte de vulgarisation et d’une affiche scientifique, le portrait des connaissances se présente en deux formats : une affiche et une capsule.

Pour exemplifier ce qui précède, reprenons maintenant les questions à l’origine de deux projets d’innovation curriculaire portés respectivement par les incubées Chantal Sylvain, professeure à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, et Nancy Granger, professeure au Département de gestion de l’éducation et de la formation de la Faculté d’éducation.

Le projet de la professeure Chantal Sylvain

Ce projet d’innovation curriculaire concerne la création d’un microprogramme de 3e cycle à distance dans le domaine de la réadaptation (Lead-R). Il vise à développer le rôle de gestionnaire de la pratique avancée à travers un leadership partagé chez des professionnelles et professionnels en exercice dans le champ de la réadaptation. Lors de la phase d’appropriation, l’équipe de conception et de mise en œuvre du projet Lead-R cherchait à répondre aux questions suivantes :

  • Quelles sont les distinctions entre les rôles de gestionnaire et de leader en santé?
  • Sur quel(s) cadre(s) de référence prendra appui le microprogramme?

L’appropriation de connaissances a porté sur deux thèmes : un état des lieux des programmes de formation en gestion de la pratique avancée et de leadership en santé au Canada et à travers le monde et l’exploration des modèles de leadership en santé. Les résultats de la recherche documentaire ainsi que les consultations auprès du milieu professionnel ont, entre autres, orienté l’équipe du projet Lead-R dans la formulation des compétences visées par ce microprogramme et dans l’explicitation du cadre de référence sur le leadership et les orientations pédagogiques.

Le projet de la professeure Nancy Granger

Ce projet d’innovation curriculaire vise la révision du DESS de 2e cycle en conseillance pédagogique à distance afin d’y intégrer le développement de la compétence pédagonumérique. La question à l’origine du projet est celle-ci :

  • Comment accompagner le développement de la compétence numérique des personnes formatrices et étudiantes en conseillance pédagogique?

La recension réalisée par les membres de l’i2P a permis d’explorer différents cadres de référence portant sur la compétence numérique, renommée compétence pédagonumérique. La professeure Granger a ensuite pu choisir le cadre conceptuel correspondant le mieux au contexte de son projet et sur lequel elle s’est appuyée pour élaborer un questionnaire sur la compétence pédagonumérique. Ce questionnaire a été rempli par les formateurs et formatrices de son programme. Les données ont permis d’établir un portrait de la compétence pédagonumérique et des besoins de formation des personnes formatrices en plus de cibler des priorités au sein de l’équipe-programme. Ces analyses ont permis à la professeure Granger de proposer et de mettre en œuvre un plan de codéveloppement des formateurs et formatrices basé sur un cadre conceptuel explicite et connu de tous. 

J’avais l’impression de retrouver à l’intérieur de ce [cadre]-là toutes les facettes sur lesquelles on pouvait travailler […] Grâce à cette recension, j’ai pu établir un plan de match comme incubée et le proposer à toutes les ressources professorales avec qui je travaille.

professeure Nancy Granger

Le portrait des connaissances réalisé dans le cadre de ce projet d’innovation curriculaire peut être consulté sous forme d’affiche et de capsule.

Enfin, lors de la phase d’appropriation de connaissances, la personne incubée est amenée à préciser ses questionnements sur sa pratique ou à cerner une notion à approfondir dans le but, par exemple, de préciser les apprentissages visés par son innovation ou d’expliciter ses cadres théoriques et pédagogiques. En d’autres mots, cette phase de la démarche SoTL contribue à l’adoption d’une posture de praticien chercheur. Il s’agit d’une phase déterminante et essentielle à la conduite d’une recherche pédagogique, car c’est à ce moment-là que seront documentés rigoureusement, puis choisis de manière éclairée les modèles, les cadres ou les concepts nécessaires à la poursuite du projet (conception, implantation, évaluation) et à sa diffusion auprès de communautés d’intervention et de recherche en pédagogie universitaire.

Cette boucle d’appropriation peut être revisitée à différents moments du projet d’innovation pour approfondir la compréhension sur un aspect du projet, pour répondre à une question émergente ou pour clarifier des aspects en lien avec les besoins de la personne incubée et l’évolution de ses idées. En explicitant la phase d’appropriation des connaissances, l’équipe de l’i2P souhaite outiller l’ensemble de la communauté universitaire sur les théories de l’apprentissage et les pratiques existantes et les aider à réaliser des projets d’innovation pédagogique et curriculaire documentés et inspirants!

Des questions, des idées, des pratiques à partager? Écrivez-nous.


[1] Une personne incubée est porteuse d’un projet d’innovation pédagogique ou curriculaire.

[2] Tirée de Bélisle, Lison et Bédard (2016), la démarche SoTL (Scholarship of teaching and learning) comprend six étapes itératives et non linéaires permettant de soutenir, de manière rigoureuse et renseignée par les écrits, la conception et l’implantation d’une innovation; elle a pour but l’amélioration des apprentissages des étudiants. Cliquez ici pour en savoir plus sur la démarche SoTL.


Référence

Bélisle, M., Lison, C. et Bédard, D. (2016). Accompagner le Scholarship of Teaching and Learning. Dans A. Daele et E. Sylvestre, Comment développer le conseil pédagogique dans l’enseignement supérieur? Cadres de référence, outils d’analyse et de développement (75-90). Bruxelles : De Boeck.