Le SSF veille

C’est quoi ça, un tableau lumineux (lightboard)?

par Jean-Sébastien Dubé

Une photo en en-tête de l’article « Les formules hybrides : le savant calcul pédagogique de l’UdeS » paru en octobre 2020 dans Nouvelles UdeS a piqué la curiosité de nombreux enseignants et enseignantes. On pouvait y lire « Le professeur de physique André-Marie Tremblay a recours à un tableau lumineux pour favoriser la compréhension de concepts, lors d'une séance qu’il anime depuis sa demeure. »

Ce tableau permet de filmer une personne enseignante de face alors qu’elle écrit avec des marqueurs fluorescents.

Le dispositif utilisé par le professeur Tremblay se nomme Lightboard. Le Lightboard permet de filmer en studio une personne enseignante de face, alors qu’elle illustre un concept sur un tableau de verre qu’elle peut annoter à loisir au moyen de marqueurs fluorescents. La caméra filme à travers du tableau, puis inverse l’image numérique afin que les annotions apparaissent du bon côté pour les personnes qui visionneront la vidéo. Au besoin, un second flux vidéo permet d’incruster l’image d’une présentation PowerPoint sur le tableau pendant les explications de la personne enseignante. Le Lightboard – aussi appelé Learning Glass – a été développé au début des années 2010 à l’Université Northwestern par le professeur Michael Peshkin.

“The Lightboard is a glass chalkboard pumped full of light. It’s for recording video lecture topics. You face toward your viewers, and your writing glows in front of you. I’m not writing backwards! The board is videotaped in mirror reflection. I developed the Lightboard to be able to record attractive online lectures, easily. In technical subjects equations and sketches are important and I use my hands a lot as I write and talk…” (Peshkin, 2013)

Une brillante notoriété

Au Canada, un tableau lumineux a été rendu disponible à tout le personnel intéressé à l’Université de Colombie-Britannique (UBC) dès mars 2014. Des universités comme Carlton, Lethbridge et McMaster s’en sont aussi équipés. Au Québec, la Faculté de génie de l’Université McGill dispose d’un tel tableau depuis 2018. Le professeur Christopher Moraes, du Département de génie chimique à McGill, a utilisé des plans disponibles en accès libre pour construire son propre studio. Depuis, l’Université Laval, l’Université Concordia et Polytechnique Montréal se sont également dotés de cet outil qui facilite la production de vidéos d’enseignement, notamment en contexte de pandémie.

Dans un article paru sur Profweb, Caroline Cormier, enseignante en chimie au Cégep André-Laurendeau, raconte comment son institution a développé un tableau lumineux après qu’elle en a fait la découverte à McGill. Elle explique avoir « enregistré un très grand nombre [de vidéos] devant un tableau blanc (ou vert). Mais depuis que je connais le Lightboard, je ne reviendrais pas en arrière! Avec le Lightboard, je fais face à la caméra : les étudiants peuvent à la fois très bien me voir et voir ce que j'écris. C'est le meilleur des mondes! »

« La force du studio est qu'il permet d'enregistrer les vidéos éducatives comme on enseignerait naturellement devant un groupe. Le fait que les étudiants voient leur enseignant leur parler renforce l'aspect affectif dans la valeur qu’ils accordent aux vidéos. » (Cormier, 2020; emphases dans le texte original). Certains enseignants et enseignantes placent un objet à côté d’eux et inscrivent sur la vitre tout autour des renseignements à propos de cet objet (Peshkin et al., 2014). Pour des enseignantes et enseignants qui apprécient particulièrement l’utilisation du tableau pendant leurs exposés, le Lightboard devient vite essentiel à la production de vidéos explicatives, notamment dans un contexte de classe inversée.

Un tableau lumineux à l’UdeS

Depuis octobre dernier, Michel Blanchette, technicien multimédia au SSF, a travaillé d’arrache-pied afin de développer un tableau lumineux conçu spécialement pour l’UdeS. Il a mené ce projet sous la supervision de Catherine Pilon, directrice de la Division du développement numérique et de la formation à distance du SSF. Michel a été assisté tout au long du processus par les techniciens en audiovisuel Marco Guérin et David Larouche.

À partir de plans initiaux obtenus sur les sites lightboard.info, revolutionlightboards.com et learning.glass, Michel Blanchette a d’abord conçu chez lui un prototype afin d’effectuer tous les tests d’éclairage et de caméra requis. Par la suite, les pièces nécessaires à l’assemblage du tableau lumineux « pleine grandeur » ont été commandées. Le Lightboard maison de l’UdeS consiste en une plaque de verre trempé extra clair (pour bien diffuser la lumière) de 4 x 8 pieds et de 3/8 po d’épaisseur qui pèse près de 150 livres. Cette plaque est montée sur un cadre en acier avec roulettes et éclairée par des néons de type LED. 

Lors de sa construction, l’équipe du Studio de création de la Faculté de génie a gracieusement fourni un local pour le montage, les outils et l’expertise pour fabriquer certaines pièces spécifiques. Comme le lance fièrement Michel : « Le tableau lumineux, c’est un travail d’équipe! »

Il a fallu passer par les tunnels pour éviter un déménagement complexe.

Le transport du tableau lumineux du Studio de création jusqu’aux locaux du Service de soutien à la formation a sans doute été l’étape la plus délicate de ce projet. Même avec des roulettes, déplacer un tableau large de 8 pieds et faisant 82 pouces de hauteur, avec un poids approximatif de 250 livres, reste une entreprise audacieuse. Il a fallu passer par les tunnels pour éviter un déménagement complexe en camion et mesurer plus d’un cadre de porte pour s’assurer que le tableau se rendre à bon port.

Une caméra vidéo 4K, un ordinateur pour éditer les fichiers, de même que des moniteurs pour consulter les résultats des tournages complètent l’installation du studio. Des micros cravate et des marqueurs fluorescents sont disponibles pour les personnes enseignantes qui feront l’expérience d’enregistrer un cours à l’aide du tableau lumineux.

Le Lightboard de l’UdeS sera disponible pour essais à compter de la fin mai 2021. Le studio d’enregistrement sera situé temporairement dans le local A1-110, avant d’être déménagé ultérieurement à l’Institut quantique, où il demeurera accessible à l’ensemble de la communauté enseignante universitaire qui souhaite l’utiliser.


Sources

Cormier, Caroline, «Un studio lightboard pour enregistrer des vidéos éducatives d’aspect professionnel simplement et facilement», Profweb, janvier 2020.

Gardner, Sophie, « UBC Lightboard lights up the classroom », Centre for Teaching, Learning and Technology, Université de la Colombie-Britannique, 15 octobre 2014

Gaulin, Francheska, « Encourager l’utilisation du tableau lumineux (LightBoard) pour enseigner à distance », L’éveilleur, 21 juin 2015

Peshkin, Michael, J. Birdwell, H. Inzko, C. Bobbert, L. Evans, “7 Things You Should Know About Lightboard”, EDUCAUSE, 18 août 2014

Peshkin, Michael, “Northwestern ‘Light Board’“, YouTube, 27 novembre 2013, 1 min 02

Sites lightboard.info (2014), revolutionlightboards.com (2020), learning.glass (2018) qui présentent tous les composantes nécessaires et diverses ressources associées [pages consultées le 22 avril 2021]

Stanford VPTL, “Stanford Online’s Lightboard Demo“, YouTube, 5 janvier 2015, 2 min 09