On surveille pour vous

Le Mois de la pédagogie universitaire 2015 : échos choisis

Le thème du Mois de la pédagogie universitaire 2015, Enseigner, apprendre : voyage au centre de la classe, renvoyait directement au lieu où se passe une grande partie de la mission de l’université : la classe. En effet, la classe est un lieu de rencontres, d’apprentissages, d’échanges, d’acquisition de connaissances, d’expression, de création, de réalisation, de transmission de passion, d’éveil et d’émerveillement, de structuration de la pensée, de développement d’une future carrière, de l’engagement social, de projets et de rêves.

Voici une sélection d’échos de la quinzaine d’activités * de la programmation 2015.


Comment être certain qu’un mémoire ou une thèse est pertinent, fiable et original? Les compétences informationnelles à la rescousse!

– Présentations en ligne

La question se pose avec acuité depuis l’explosion des connaissances, depuis que ces connaissances sont accessibles comme elles ne l’ont jamais été et ce, avec une facilité désarmante, notamment des mises en ligne libres. Si avant (avant!) il était relativement aisé, compte tenu que les ouvrages spécialisés étaient en nombre limité, de savoir si un étudiant avait trouvé les bons experts, s’il avait lu les bons livres et les bons articles, s’il avait plagié, aujourd’hui, c’est quasiment impossible. En anglais, les compétences informationnelles (CI) se traduisent par information literacy (literacy = alphabétisme, c’est-à-dire savoir lire et écrire dans la société industrielle) et, conséquemment se définissent comme savoir trouver, critiquer et utiliser l’information dans la société de l’information (Wikipédia).

Dans cette activité conjointe du Service de soutien à la formation et du Service des bibliothèques et archives, on a pu voir que l’Université du Québec à Chicoutimi s’est dotée d’une politique sur les compétences informationnelles aux cycles supérieurs recherche et que tout nouvel étudiant inscrit à un programme de grade de cycles supérieurs de l’UQAC doit faire la preuve qu’il maîtrise les CI, à défaut de quoi il doit suivre une formation donnée par la Bibliothèque. Ici, à Sherbrooke, en 2012-2013, le Service des bibliothèques et archives a formé 1877 étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs. Est-ce que c’est suffisant? La Direction des bibliothèques de l’Université de Montréal (2004) souligne que les formations offertes sont souvent facultatives, générales, limitées à l’utilisation des outils de recherche, concentrées en début de parcours universitaire, non évaluées de manière formelle, et dont les apprentissages ne sont pas renforcés au sein des cours.

Karsenti (2011) rapporte que les bibliothécaires universitaires souhaiteraient collaborer davantage avec les professeurs pour offrir des formations intégrées dans les programmes (April, Beaudoin, 2006; Delorme, 2008). Selon Bury (2011) rapporté dans Dubicki (2013), les professeurs croient aussi que le développement des CI devrait prendre la forme d’une collaboration entre les professeurs et les bibliothécaires. En réalité, peu de professeurs acceptent de réserver du temps dans le programme pour leur développement. À l’UQAC, la directrice de la bibliothèque, Johanne Belley, mentionne qu’il a fallu convaincre les professeurs et les administrateurs pédagogiques de l’importance des CI pour la réussite des étudiants et que ce travail de persuasion est toujours à refaire.

Selon l’Association of Colleges and Research Libraries (2005), l’intégration des compétences informationnelles dans tous les programmes d’études et services, et ce, tout au long de la vie universitaire, exige les efforts concertés des bibliothécaires, des administrateurs et des professeurs. Sans oublier les étudiants eux-mêmes.

Sources

Belley, Johanne, «Réflexion d’une directrice de bibliothèque universitaire sur les compétences informationnelles», Tribune Compétences Informationnelles, 25 mars 2013.

Catalano, A., «Patterns of graduate students’ information seeking behavior: a meta-synthesis of the literature», Journal of Documentation, vol. 69, no 2, p. 243-274, 2013.

Dubicki. E., «Faculty perceptions of students' information literacy skills Competencies», Journal of Information Literacy, vol. 7, no 2, p. 97-125, 2013.

Karsenti, Thierry, Dumouchel, Gabriel, Former aux compétences informationnelles au Québec : une mission partagée, 2011.

Pouliot, Jean-Philippe, «Un projet d’intégration des CI aux cycles supérieurs à l’UQAC», Tribune Compétences Informationnelles, 10 novembre 2011.

Université du Québec à Chicoutimi, Politique en matière de maîtrise des compétences informationnelles dans les programmes de cycles supérieurs.


Le droit d'auteur à l'ère numérique : comment s'y retrouver

Midi discussion –

La Loi sur le droit d’auteur a été modifiée en 2012 de manière à tenir compte, notamment, de l’avènement du numérique.

«La Loi sur la modernisation du droit d'auteur de 2012 visant, entre autres, comme l’écrit Industrie Canada (2011b) : "La promotion de la créativité et des nouvelles méthodes pédagogiques en offrant davantage de liberté au secteur de l'enseignement" introduit plusieurs modifications d’intérêt pour l’éducation, particulièrement en élargissant la portée des exceptions incluses. Ces changements incluent, dans l’ordre où ils sont énoncés dans la Loi :

  • Une précision sur ce qui constitue une communication au public par télécommunication (art. 2.4 (1.1));
  • L’ajout de l’éducation, ainsi que de la parodie et de la satire, sous l’exception relative à l’utilisation équitable (art. 29);

Ainsi que des exceptions pour :

  • Le contenu non commercial généré par l'utilisateur (art. 29.21);
  • La reproduction à des fins privées (art. 29.22); pour écoute ou visionnement en différé (art. 29.23) et les copies de sauvegarde (art. 29.24);
  • Les établissements d’enseignement (art. 29.3 à 30.1), couvrant certains usages plus directement liés à la formation à distance, comme la communication par télécommunication de leçons (art. 30.01) et l’utilisation d’œuvres accessibles sur Internet (art. 30.04);
  • La limitation des dommages et intérêts à 5000 $ dans le cas des violations commises à des fins non commerciales (art. 38.1);
  • L’ajout d’un interdit de contourner les mesures de protection de contenus numériques (chiffrement ou autre) (art. 41).»

Source : Audet, Lucie, Étude sur le droit d’auteur en formation à distance en français au Canada, REFAD, 2014, p. 26.

Conséquemment, l’Université de Sherbrooke a mis à jour sa Directive relative à la reproduction et à la présentation à des fins d’enseignement d’œuvres protégées par le droit d’auteur de l’Université.

À la demande du Secrétariat général, le Service de soutien à la formation a travaillé au développement d’outils pédagogiques à l’intention des enseignants qui désirent utiliser du matériel d’autrui dans leur propre matériel pédagogique. Trois outils, considérés «en construction», ont été présentés aux participants.

Les outils sont disponibles sur le site du Mois de la pédagogie universitaire 2015.


La salle de classe réinventée – Faire l’expérience d’une salle d’apprentissage actif

Atelier –

Les salles d’apprentissage actif sont des locaux centrés sur l’étudiant dont l'aménagement, flexible sur les plans physique et technologique, favorise l'apprentissage collaboratif. Les enseignants servent de guides et circulent entre les îlots pour permettre aux étudiants d’expérimenter différentes approches pédagogiques. Pourquoi de nombreux collèges et des universités s’équipent de telles salles?  Comment y enseigne-t-on?  Quels avantages pour les étudiantes et étudiants? L’activité de clôture du Mois de la pédagogie universitaire 2015 a permis aux participants, essentiellement des enseignants de la Faculté de droit, d’essayer une telle salle. Il faut savoir que la Faculté de droit disposera prochainement de telles salles d’apprentissage actif.

L’expérimentation, animée par Judith Cantin, conseillère pédagogique à HEC Montréal et doctorante à la Faculté d’éducation, a été suivie d’un panel auquel participaient François Brochu, professeur à l'Université Laval et chargé de cours à la Faculté de droit; Sawsen Lakhal, professeure au Département de pédagogie, secteur PERFORMA de la Faculté d’éducation; et David Laplante, conseiller pédagogique au Collège de Sherbrooke. Il s’en est suivi une période d’échanges des plus fructueuses.

Sources

Dubé, Jean-Sébastien, «Réinventer la salle de classe», Perspectives SSF, Service de soutien à la formation, avril 2010.

«CLAAC (Classe d’apprentissage actif)», Rubrique «Le fin mot», Perspectives SSF, Service de soutien à la formation, février 2015.


* Les présentations faites aux différentes activités seront progressivement rendues disponibles dans la programmation du Mois de la pédagogie universitaire 2015.

Perspectives SSF, mai 2015