On surveille pour vous

Photo : Pixabay

La tendance aux formations bootcamp

par Véronique Tremblay

Dans le domaine informatique, les formations de type bootcamp séduisent depuis déjà quelques années aux États-Unis. Ces camps intensifs permettent en quatre à six mois d’apprendre à programmer dans un langage donné ou pour une plateforme spécifique. La plupart des participants sont déjà ingénieurs, ou au moins titulaires d’un diplôme. Avec la promesse d’un accès plus rentable et plus rapide à une carrière, le concept de formation bootcamp connaît une ascension dans d’autres domaines, par exemple pour les infirmières ou pour les entrepreneurs. Plusieurs entreprises offrent aussi des formations à la saveur bootcamp : on pense entre autres à Microsoft ou Google.

On s’en doute, ce concept vient de l'armée en référence aux camps d'entraînement imposés aux nouvelles recrues. Cet entraînement militaire de plusieurs individus effectué sous la direction d’un instructeur a pour objectif une mise en condition physique rapide tout en renforçant la cohésion du groupe.

Des programmes de formation ciblés basés sur l'apprentissage par la pratique

Les bootcamps sont la plupart du temps des programmes ciblés visant des compétences spécifiques qui sont très en demande par les employeurs. Souvent sans cours magistraux, ils permettent aux participants d’apprendre en travaillant sur des projets et en collaborant avec les autres.

En mode projet, l'approche du camp d'entraînement permet la réalisation d'un portefeuille de projets, ce qui peut s’avérer un élément de différenciation pour un professionnel qui cherche à se lancer dans une nouvelle carrière.

Un autre des avantages soulevés est que, contrairement à un programme crédité, le contenu d’un programme bootcamp peut être rapidement mis à jour pour refléter la réalité terrain.

Qui s’intéresse aux bootcamps?

Contrairement aux formations classiques, les bootcamps ont pour objectif une mise en application immédiate et concrète des notions apprises. Après leur parcours académique traditionnel, les individus maîtrisent la plupart des aspects de leur domaine, mais ils ont besoin d’acquérir de l'expérience. Plusieurs optent pour raffermir leurs compétences dans leurs temps libres grâce à des cours en ligne ouverts tels les MOOC. D'autres choisissent des options de développement professionnel intensif comme les cours du soir. Les bootcamps peuvent offrir à de jeunes diplômés un moyen d’acquérir rapidement de l’expérience et ainsi présenter une valeur ajoutée.

Le plus important, autant pour l’employeur que pour le professionnel, est que cette formule de formation est intensive et rapide

Aux yeux des personnes déjà en emploi, les bootcamps peuvent être intéressants pour maintenir leurs compétences ou avancer dans une organisation. Ils peuvent aussi répondre aux personnes qui veulent faire un changement de carrière rapide sans avoir à investir dans un programme de maîtrise.

Le plus important, autant pour l’employeur que pour le professionnel, est que cette formule de formation est intensive et rapide, le temps consacré à la formation pouvant être parfois un luxe que ni le professionnel, ni l'employeur ne peuvent se permettre. En fait, les bootcamps ont un attrait pour toute personne qui souhaite une formation nécessitant moins un engagement à long terme et qui réclame des expériences enrichissantes et concrètes, loin des présentations PowerPoint.

Questionnements

Le développement de formations courtes à très forte valeur ajoutée et promettant l’immédiate employabilité est-il l’avenir? Les questions soulevées par ce modèle sont nombreuses.

L’un des enjeux majeurs de la formation en entreprise est de pouvoir répondre aux besoins immédiats de ses collaborateurs en termes de savoirs tout en tenant compte de la rapidité de l’évolution de ce savoir. Peut-on voir les bootcamps en interne comme une extension des programmes de niveau collégial ou universitaire?

Ces programmes de formation spécialisés et intensifs, collés aux besoins du marché du travail, peuvent-ils mettre à mal les universités ou au contraire présenter de nouvelles opportunités?

Sources

Action Reporter Media, « Boot camp for nurses », FDL Reporter, 10 octobre 2015.

Amiel, Antoine, « Apprendre un métier en trois mois : le cas des "bootcamps" », Sydologie.com, 28 octobre 2013.

École d’entrepreneurship de Beauce, Boot camp entrepreneurial, section Formations [sans date].

Martellini, Catherine, « La tendance des formations "boot camp" », Journal Métro, 1er septembre 2015.

Riddell, Roger, « Flatiron's Enbar talks bootcamp accreditation, jobs, for-profit concerns », EducationDive, 25 octobre 2015.

Wexler, Ellen, « University-Run Boot Camps Offer Students Marketable Skills — but Not Course Credit », Wired Campus – The Chronicle of Higher Education, 13 octobre 2015.

Perspectives SSF, décembre 2015