On surveille pour vous

Les ressacs du raz-de-marée MOOC

Alors même que la vague MOOC (Massively Open Online Course) déferle en Europe, de ce côté-ci de l’Atlantique un certain nombre de commentateurs commencent plutôt à en voir les limites. Si nous suivons les développements de cette technologie, nous tenons également à rester critiques quant à ses revers. Pour certains, 2013 aura fait passer les MOOC du «pic des attentes exagérées» à la «vallée des désillusions» dans le cycle d’adoption technologique de Gartner.

  • En début d’année, nous avions expliqué que les MOOC ne constituaient pas vraiment une avancée sur le plan pédagogique et que leur évaluation posait plusieurs problèmes.
  • Dès février, on a assisté à l’écrasement d’un MOOC chez Coursera après une semaine d’existence, à la suite de problèmes technologiques et pédagogiques. Le hic? Ce MOOC de Georgia Tech portait sur les Fondamentaux de la formation en ligne. Des cours se plantent parfois, mais rarement devant 40 000 personnes intéressées par le sujet. Conclusion : ne s’improvise pas concepteur et animateur qui veut.
  • À la San Jose State University, l’administration a négocié des ententes avec des fournisseurs (ici Udacity et EdX) sans s’assurer de l’appui du corps professoral, amplifiant une crise de gouvernance. Question sensible puisqu’un projet pilote n’avait pas donné les résultats escomptés.
  • On a d’ailleurs vu des établissements (comme le Amherst College), invités par le prestigieux consortium edX, refuser d’y adhérer par crainte de voir se centraliser la formation universitaire et se perpétuer un modèle d’enseignement essentiellement magistral (en vidéo).
  • Plus récemment, Tom Palaima, un professeur de littérature classique, s’inquiétait que les MOOC ne signalent la disparition du mentorat universitaire, source d’inspiration pour de nombreux intellectuels. Des étudiants témoignent d’ailleurs de MOOC trop rigides, monotones et pas assez interactifs.
  • C’est peut-être pour cette raison que la mode est désormais aux SPOC (small private online classes) : des classes inversées à petite échelle utilisant le matériel des MOOC. D’ailleurs, les fournisseurs de MOOC tournent une partie de leurs activités vers le soutien à de la formation en ligne plus classique.
  • Udacity, un des premiers fournisseurs de MOOC, abandonne le marché universitaire.  En entrevue, Sebastian Thrun, son fondateur, qui avait attiré 160 000 étudiants avec son cours sur l’intelligence artificielle en novembre 2012, estime aujourd’hui que ses MOOC sont un produit «moche» (lousy product) qui n’éduquent pas les gens comme il le souhaitait.
  • Enfin, les MOOC constituent souvent des opérations de visibilité pour les universités. Après des partenariats avec Udacity et Coursera, l’Université Stanford, berceau des MOOC, tente de remettre sa marque à l’avant-plan. Elle constate que les étudiants retiennent les noms des fournisseurs de MOOC, mais rarement ceux de l’institution derrière un cours donné.

Sources

Bates, Tony, «When MOOCs Crash and Burn»,  Online Learning and Distance Education Resources, 5 février 2013.

Chafkin, Max, «Sebastian Thrun, Godfather of Free Online Education, Changes Course», Fast Company, 14 novembre 2013.

Jaschik, Scott, «MOOC Mess»,  Inside Higher Ed, 4 février 2013.

Kolowich, Steve, «Why Some Colleges Are Saying No to MOOC Deals, at Least for Now», The Chronicle of Higher Education, 29 avril 2013.

Kolowich, Steve, «The MOOC ‘revolution’ may not be as disruptive as some imagined»,  The Chronicle of Higher Education, 17 août 2013 [dans University World News, 19 août 2013].

Kolowich, Steve, «With Open Platform, Stanford Seeks to Reclaim MOOC Brand»,  The Chronicle of Higher Education, 4 novembre 2013.

Kolowich, Steve, «Angered by MOOC Deals, San Jose State Faculty Senate Considers Rebuff», Chronicle of Higher Education, 18 novembre 2013.

Morrison, Debbie, «How NOT to design a MOOC: The Disaster at Coursera and How to Fix it»,  Online Learning Insights, 1er février 2013.

Morrison, Debbie, «The MOOC Honeymoon is Over: Three Takeaways from the Coursera Calamity», Online Learning Insights, 5 février 2013.

Oremus, Will, «Forget MOOCs», Slate, 18 septembre 2013.

Palaima, Tom, «Tom Palaima on the power of mentors»,  Times Higher Education, 14 novembre 2013.

Roberge, Alexandre, «Quand le MOOC déçoit les étudiants», Thot Cursus, 26 octobre 2013.

Straumsheim, Carl, «The Full Report on Udacity Experiment», Inside Higher Ed, 12 septembre 2013.

Vaufrey, Christine, «Les apprentis-sorciers», Le Temps des TICE (blogue sur Educpros.fr), 6 février 2013.

Perspectives SSF, décembre  2013