Colloque annuel 2018

3 et 4 mai 2018

Campus principal de Sherbrooke
Agora du Carrefour de l'information

Ce colloque interdisciplinaire et bilingue réunira des spécialistes (professeurs-chercheurs, juristes, étudiants), des membres du SoDRUS et de nombreux autres centres de recherche. Des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux ainsi que les acteurs communautaires ont été conviés à prendre part aux débats du colloque. Les conférenciers proviennent de différentes disciplines (science politique, droit, sociologie, études religieuses, études féministes). La réflexion se portera à la fois sur le contexte canadien et s’inspirera des expériences comparées, notamment européennes.

L’objectif du colloque est de décortiquer les différents aspects des problématiques liées aux rapports qu’entretiennent les musulmans avec le cadre juridique et les exigences éthiques de la gestion de la diversité religieuse au Canada. La pertinence de cette interrogation vient de la croissance numérique des communautés musulmanes et la progression notable de leur influence politique, intellectuelle et économique dans la destinée de leur pays d’adoption.

Comment se façonnent les identités des musulmans au Canada eu égard au contexte migratoire et aux politiques d’intégration canadiennes? De quelle manière, le droit permet-il de garantir les droits et libertés des personnes de confession musulmane compte tenu des exigences de la neutralité religieuse? De quelle manière le dialogue démocratique permet-il  de cadrer les tensions sociétales autour de l’Islam? 

D’éminents spécialistes se rencontreront à Sherbrooke afin de tenter de répondre à ces questions.

Programme

Jour 1Jeudi 3 mai 2018
10 hAccueil
10 h 30 - 11 hMots d'ouverture

Pierre Noël, codirecteur du SoDRUS
Sami Aoun, professeur, Université de Sherbrooke
11 h - 12 hPLÉNIÈRE
Entre droit national et droit religieux : la femme musulmane comme sujet de droit comparé

Pascale Fournier
Professeure, Université d'Ottawa
12 h - 13 hDîner
13 h - 15 hPANEL 1
Les ambitions de l’inclusion et les pesanteurs de la différenciation


Présidence : Stéphane Bernatchez, professeur, Université de Sherbrooke
Les musulmans québécois. Une pluralité singulière.

Fréderic Castel
Chargé de cours, UQAM
Assimilation ou intégration? Le droit international privé québécois en tant qu’instrument de gestion du pluralisme religieux

Harith Al-Dabbagh
Professeur, Université de Montréal
Gaffes and Gaps in Scholarly Knowledge Production on Islam(s) in Canada

Jennifer Selby
Professeure, Memorial University
15 h 15 - 15 h 30Pause
15 h 30 - 17 hPANEL 2
Le cadre référentiel musulman : relectures et instrumentalisations

Présidence : Corentine Navannec, doctorante, Université de Sherbrooke
Être musulman canadien : les connexions et les déconnexions de la Foi et la citoyenneté

Nidhal Mekki
Doctorant, Université Laval
Une relecture de la Constitution de Médine peut-elle contribuer aux exigences contemporaines du vivre-ensemble au Québec?

Moussa Dieng
Doctorant, Université Laval
La radicalisation islamiste sur la toile : les jeunes canadiens face à la propagande numérique de DAECH

Karim Kardady
Étudiant, Université de Sherbrooke 
17 h - 17 h 30Le principe de l’égalité homme-femme dans les pays arabes : l’arsenal juridique interne en question

Imad Khillo
Maître de conférences, Sciences Po Grenoble 
Jour 2Vendredi 4 mai 2018
9 h - 10 hPLÉNIÈRE
Enjeux doctrinaux islamiques au sein de la modernité canadienne : l’État libéral n’a-t-il pas vraiment des compétences théologiques?

Sami Aoun
Professeur, Université de Sherbrooke
10 h - 10 h 15Pause
10 h 15 - 11 h 45PANEL 3
Musulmans(es) au Canada : mutations des identités et des politiques

Présidence :
Lorraine Derocher, Université de Sherbrooke
Quelques défis éthiques entourant des choix ou non-choix de politiques canadiennes affectant les relations musulmans/non-musulmans au Canada et à l`étranger depuis 2001 : Alerte pour une nouvelle philosophie politique inclusive et démocratique?

Patrice Brodeur
Professeur, Université de Montréal
La ou les communautés musulmanes au Québec, quels «parias» et quels «parvenus»?

Mohamed Ourya
Chargé de cours, Université de Sherbrooke
Débat public et pédagogie politique

André Duhamel
Professeur, Université de Sherbrooke
11 h 45 - 12 h 45Dîner
12 h 45 - 14 h 15PANEL 4
Au-delà de la récupération partisane : regards croisés sur les cimetières musulmans


Présidence : Raphaël Mathieu Legault Laberge, Université de Sherbrooke
Faire sa place dans la mort. Enjeux et pratiques autour des carrés et cimetières musulmans au Canada et au Québec

Chedly Belkhoja
Professeur, Université Concordia
Les cimetières musulmans : une deuxième affaire Guibord?

Pierre Noël
Professeur, Université de Sherbrooke
Cimetières musulmans et droit municipal québécois : entre équité procédurale et approbation référendaire

Guillaume Rousseau
Professeur, Université de Sherbrooke

Chiara Bolduc
Étudiante, Université de Sherbrooke
14 h 15 - 14 h 30Pause
14 h 30 - 16 hPANEL 5
Musulmans, droits et libertés : tensions au sein de la culture démocratique et dialogale

Présidence :
Sylvana Al Baba Douaihy, Université de Sherbrooke
In Your Face: The Rights of Niqab-Wearing Women in Canada

Natasha Bakht
Professeure, Université d'Ottawa
La nouvelle Loi 62 imposant la fourniture et la réception des services publics à visage découvert face aux droits fondamentaux et au principe de neutralité religieuse de l’État : une avancée ou un recul pour l’intégration des musulmanes et des musulmans à la société québécoise?

Daniel Proulx
Professeur, Université de Sherbrooke
Au-delà de l’électoralisme des discours sur l’islamophobie : qu’est ce qui cloche avec les musulmans canadiens?

Safa Ben Saad
Chargée de cours, Université de Sherbrooke
16 h - 16 h 20Synthèse

Mohamed Ourya
Chargé de cours, Université de Sherbrooke
16 h 20Mot de clôture

Sami Aoun
Professeur, Université de Sherbrooke

Barreau du Québec. Formation d'un dispensateur reconnu aux fins de la formation continue obligatoire pour une durée de 13 heures.  Numéro d'activité : 10103724.

Chambre des notaires du Québec. Toute activité qui a un lien avec l’exercice de la profession de notaire ou sa pratique professionnelle est admissible à une reconnaissance, conformément à l’article 4 du Règlement sur la formation continue obligatoire des notaires (chapitre N-3, r. 9.1).