Objectifs de la Phase C

Le résident ou la résidente entreprend la phase finale de sa formation. Cette phase est entièrement consacrée à la neurochirurgie clinique, avec des stages en surspécialité (neurochirurgie pédiatrique et fonctionnelle). Au terme de ces deux ans, il ou elle est apte à se présenter aux examens de spécialité du Collège Royal et du Collège des Médecins, et à s’orienter en pratique neurochirurgicale académique ou régionale.

La dernière phase de l’entraînement, la phase C, permet au résident ou à la résidente de mettre à profit les connaissances acquises durant les deux premières phases pour raffiner son approche face au patient atteint d’une pathologie neurochirurgicale et mettre sur pied un plan de traitement cohérent et en accord avec les pratiques admises de sa spécialité.

Le résident(e) possède donc une bonne banque de données qu’il doit utiliser afin de raffiner son expertise médicale. À cette étape, le résident(e) doit être capable d’extraire l’information nécessaire et appliquer l’information pertinente dans la construction d’un plan de traitement efficace et respectant l’éthique professionnel. Le résident se doit de pouvoir communiquer cette information au patient ainsi qu’à sa famille de manière appropriée, professionnelle, respectueuse et à l’aide d’un vocabulaire adapté aux connaissances de ces derniers.

Dans son travail de tous les jours, le résident(e) est amené à collaborer autant avec le personnel de l’hôpital qu’avec les différentes spécialités et il doit se montrer un collaborateur respectueux de ses collègues. Comme le résident est amené à prendre en charge, à cette étape, le diagnostic et le traitement des patients, il apprend graduellement à répartir sagement les ressources (gestion) et est confronté aux limites de notre système de santé. Il doit travailler avec efficacité et efficience à organiser des soins de manière optimale. Le résident(e) sera aussi appelé à faire la promotion de la santé auprès de ses patients et des familles, en fonction des différents facteurs de risque reliés à la pratique neurochirurgicale. Il devra développer son érudition en vue des examens finaux de spécialité. Ses connaissances sont d’ailleurs vérifiées tout au cours de son entraînement et plus particulièrement à la dernière année, lors de la préparation des examens.