Approche

De la discussion précédante, il apparaît clairement que la première étape dans le traitement rationnel des tumeurs cérébrales est d’obtenir un diagnostic. Jusqu’à maintenant, le seul moyen d’obtenir un diagnostic fiable est de procéder à l’obtention d’un spécimen de la tumeur, par biopsie. Une biopsie implique une procédure chirurgicale menant au prélèvement d’une portion de la tumeur, ou de la majorité de la tumeur (biopsie excisionnelle).

  • Une biopsie stéréotaxique est une procédure utilisant un cadre de référence et un système informatique afin de procéder à un prélèvement à l’aide d’une aiguille, d’une infime portion de la lésion. Ce système fourni une précision millimétrique, et permet le prélèvement sous anesthésie locale à peu de risques, même si la lésion est située en profondeur.
  • Une biopsie ouverte sera effectuée par le chirurgien lorsque ce dernier le jugera indiqué. La biopsie ouverte implique une chirurgie sous anesthésie générale dans la majorité des cas, et comporte 2 objectifs : D’abord l’obtention d’un diagnostic, puis la résection la plus complète possible d’une lésion, sans toutefois endommager le tissu cérébral normal.

Il arrive fréquemment que la chirurgie initiale soit à visée diagnostique (biopsie) mais aussi thérapeutique (résection totale) dans les cas où il est jugé probable qu’une résection complète de la lésion sera curative, ou souhaitable à tout le moins. Cette décision est prise en fonction de l’apparence de la lésion à l’imagerie (tomographie axiale ou résonnance magnétique). Ce sera le cas d’une métastatse unique, par exemple.

Une fois le diagnostique obtenu, la suite du traitement pourra être orchestré. Le traitement s’articulera habituellement autour des axes suivants :

  • Observation

  • Ré-opération

  • Chimiothérapie

  • Radiothérapie

  • Radio-chirurgie

  • Traitements expérimentaux.

Dans certain cas de lésions de lésion de bas-grade, la bonne attitude peut en être une d’observation. Cette approche implique qu’aucun traitement actif n’est administré, et que la lésion est suivie par des images obtenues à intervalle régulier (tout les 3 mois, tout les 6 mois, ou même une fois tout les ans). Si un des examens démontre un changement dans l’apparence de la lésion, une attitude plus interventioniste est alors indiquée.

Il arrive qu’une biopsie révèlera un diagnostique compatible avec une cure chirurgicale. En d’autres termes que la résection complète de la lésion est susceptible de mener à une guérison, ou à une période de survie prolongée, auquel cas, il est indiqué de procéder à une chirurgie de résection totale. Le patient est donc ré-opéré.